Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

[81] "Se mettre à la place des autres?"

  • Compte-rendu du débat: "Jusqu'où peut-on se mettre à la place des autres?"

    Le vendredi 24 mai 2019, le café philosophique de Montargis se réunissait pour discuter autour de cette question: "Jusqu’où peut-on se mettre à la place des autres ?"

    Pour commencer le sujet, une vidéo qui nous met à la place d'une personne schizophrène grâce à l’intelligence artificielle est projetée. Elle illustre un moyen de se mettre à la place d’autrui.

    Une première personne considère qu’il est impossible de se mettre à la place des autres, ne serait-ce que parce que nous ne traversons pas les mêmes étapes de la vie, les mêmes épreuves.

    Par rapport à la question, quelque part il y a un début de réponse : "Jusqu’où peut-on se mettre à la place des autres ?" augure que l’on peut en partie le faire. Cela sous-entendrait, dit une participante qu’il y aurait une limite au-delà de laquelle on ne peut accéder à la compréhension totale d’autrui. Or, il y a aujourd’hui un "outil merveilleux", l’empathie, qui, si on en est doté, peut permettre de se rapprocher de l’autre pour pouvoir l’aider par exemple dans sa souffrance. On ne peut certes pas mesurer la souffrance, mais on peut écouter un parcours et cheminer avec autrui.

    Les mots nous servent à communiquer mais ils peuvent constituer un obstacle entre la réalité et nous. Savoir comment l’autre va recevoir mon message reste un mystère. : cette compréhension reste donc limitée ("Ce dont on ne peut parler, il faut le taire" écrivait Ludwig Wittgenstein).

    Lire la suite

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 10, Comptes-rendus des débats, [81] "Se mettre à la place des autres?", [82] "Les hommes ont-ils besoin d'être gouvernés?" Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Merci aux participants de la séance du 24 mai 2019 (avec une grande première dans l'histoire du café philo)

    photofunky.gifLe café philosophique de Montargis se réunissait le vendredi 24 mai 2019 pour un débat qui portait sur ce sujet : "Jusqu'où peut-on se mettre à la place des autres?"

    Un grand merci aux participants de ce nouveau rendez-vous qui avait lieu au Belman.

    En fin de séance, le vote du sujet de la séance suivante a connu une grande première : pour la première fois en dix ans, les animateurs ont dû procéder à un second tour de vote puisque deux sujets sont arrivés à égalité : "Les hommes ont-ils besoin d'être gouvernés?" et "Peut-on faire le bonheur des autres malgré eux?".

    Ce sera le sujet "Les hommes ont-ils besoin d'être gouvernés?" Le prochain rendez-vous du café philo aura lieu au Belman le vendredi 14 juin mai 2019 à 19 heures.

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 10, [81] "Se mettre à la place des autres?", [82] "Les hommes ont-ils besoin d'être gouvernés?" Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Pour aller plus loin

    Affiche Jusqu'ou peut on s emettre à la place des autres.pngPour compléter la séance du 24 mai 2019 qui portait sur la question "Jusqu'où peut-on se mettre à la place des autres?", retrouvez sur ce lien le diaporama qui était diffusé lors de la séance

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 10, Diaporamas, Documents, [81] "Se mettre à la place des autres?" Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Jusqu'où peut-on se mettre à la place des autres?

    Affiche Jusqu'ou peut on s emettre à la place des autres.png

    Après la séance exceptionnelle à la médiathèque le 26 avril, le café philosophique de Montargis proposera une séance au Belman le 24 mai 2019 à 19 heures. Le débat portera sur cette question : "Jusqu'où peut-on se mettre à la place des autres?" 

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 10, [81] "Se mettre à la place des autres?" Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Ricard : Qu'est-ce que l'empathie ?

    L’empathie est un terme de plus en plus fréquemment employé, aussi bien par les scientifiques que dans le langage courant et il est souvent confondu avec l’altruisme et la compassion. Le mot empathie recouvre en fait plusieurs états mentaux distincts. Le mot empathie est une traduction du mot allemand Einfühlung qui renvoie à la capacité de "ressentir l’autre de l’intérieur" ; il fut utilisé pour la première fois par le psychologue allemand Robert Vischer en 1873 pour désigner la projection mentale de soi-même dans un objet extérieur — une maison, un vieil arbre noueux ou une colline balayée par les vents — auquel on s’associe subjectivement. À sa suite, le philosophe Théodor Lipps étendit cette notion pour décrire le sentiment d’un artiste qui se projette par son imagination non seulement dans un objet inanimé mais aussi dans l’expérience vécue d’une autre personne.
    L’empathie peut être déclenchée par une perception affective du ressenti de l’autre ou par l’imagination cognitive de son vécu. Dans les deux cas, la personne fait clairement la distinction entre son ressenti et celui d’autrui, à la différence de la contagion émotionnelle durant laquelle cette différenciation est plus floue.

    L’empathie affective survient donc spontanément lorsque nous entrons en résonance avec la situation et les sentiments d’une autre personne, avec les émotions qui se manifestent par ses expressions faciales, son regard, le ton de sa voix et son comportement.

    La dimension cognitive de l’empathie naît en évoquant mentalement une expérience vécue par autrui, soit en imaginant ce qu’elle ressent et la manière dont son expérience l’affecte, soit en imaginant ce que nous ressentirions à sa place.

    L’empathie peut conduire à une motivation altruiste, mais elle peut aussi, quand on se trouve confronté aux souffrances d’autrui, engendrer un sentiment de détresse et d’évitement qui incite à se replier sur soi-même ou à se détourner des souffrances dont on est témoin.

    L’empathie cognitive, dénuée d’altruisme, peut même conduire à l’instrumentalisation d’autrui en tirant avantage des informations qu’elle nous procure sur l’état d’esprit et la situation de l’autre. À l’extrême, c’est l’une des caractéristiques des psychopathes.

    Les significations attribuées par certains penseurs et différents chercheurs au mot "empathie", ainsi qu’à d’autres concepts proches tels que la sympathie et la compassion, sont multiples et peuvent, de ce fait, aisément prêter à confusion.

    Toutefois, les recherches scientifiques menées depuis les années 1970-80, notamment par les psychologues Daniel Batson, Jack Dovidio et Nancy Eisenberg, ainsi que, plus récemment, par les neuroscientifiques Jean Decety et Tania Singer, ont permis de mieux cerner les nuances de ce concept et d’examiner ses liens avec l’altruisme.

    Matthieu Ricard, "Empathie, altruisme et compassion" (2016)

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 10, Compilation de textes, Documents, Sites Internet, [81] "Se mettre à la place des autres?" Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Lévi-Strauss : L’ethnocentrisme, une attitude ancienne

    L'Antiquité confondait-elle tout ce qui ne participait pas de la culture grecque (puis gréco-romaine) sous le même nom de barbare ; la civilisation occidentale a ensuite utilisé le terme de sauvage dans le même sens.

    On sait, en effet, que la notion d’humanité, englobant, sans distinction de race ou de civilisation, toutes les formes de l’espèce humaine, est d’apparition fort tardive et d’expansion limitée. Là même où elle semble avoir atteint son plus haut développement, il n’est nullement certain (...) qu’elle soit établie à l’abri des équivoques ou des régressions. Mais, pour de vastes fractions de l’espèce humaine, et pendant des dizaines de millénaires, cette notion paraît être totalement absente. L'humanité cesse aux frontières de la tribu, du groupe linguistique, parfois même du village ; à tel point qu'un grand nombre de populations dites primitives se désignent elles-mêmes d'un nom qui signifie les "hommes" (...), impliquant ainsi que les autres tribus, groupes ou villages ne participent pas des vertus ou même de la nature humaine.

    Claude Lévi-Strauss, Race et Histoire (1952)

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 10, Compilation de textes, Documents, Livres, [81] "Se mettre à la place des autres?" Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Cyrulnik : Les données de l’éthologie

    Lorsqu’un singe trisomique naît, les femelles et certains mâles s’occupent soigneusement de lui. Toujours chez les singes, l’empathie, c’est-à-dire l’émotion ressentie par la perception de la souffrance de l’autre, est attestée. Les macaques refusent ainsi de tirer sur une chaîne pour obtenir des vivres si cela provoque un choc à un de leurs compagnons. Ce phénomène de l’empathie se retrouve chez les hommes et se développe même très tôt chez l’enfant s’il grandit dans un climat affectueux.

    Boris Cyrulnik, in PhiloMag

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 10, Compilation de textes, Documents, Sites Internet, [81] "Se mettre à la place des autres?" Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Vitaa : "Pitié"

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 10, Documents, Musique, Vidéos/cinéma/TV, [81] "Se mettre à la place des autres?" Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Rousseau : La pitié naturelle

    Il y a d'ailleurs un autre principe que Hobbes n'a point aperçu, et qui, ayant été donné à l'homme pour adoucir en certaines circonstances la férocité de son amour-propre ou le désir se conserver avant la naissance de cet amour, tempère l'ardeur qu'il a pour son bien-être par une répugnance innée à voir souffrir son semblable. Je ne crois pas avoir aucune contradiction à craindre en accordant à l'homme la seule vertu naturelle qu'ait été forcé de reconnaître le détracteur le plus outré des vertus humaines. Je parle de la pitié, disposition convenable à des êtres aussi faibles et sujets à autant de maux que nous le sommes ; vertu d'autant plus universelle et d'autant plus utile à l'homme, qu'elle précède en lui l'usage de toute réflexion * , et si naturelle, que les bêtes mêmes en donnent quelquefois des signes sensibles. Sans parler de la tendresse des mères pour leurs petits, et des périls qu'elles bravent pour les en garantir, on observe tous les jours la répugnance qu'ont les chevaux à fouler aux pieds un corps vivant.

    Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l'origine et les fondements
    de l'Inégalité parmi les Homme
    s (1755)

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 10, Compilation de textes, Documents, Livres, [81] "Se mettre à la place des autres?" Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Mandeville : La truie et l’enfant

    BERNARD_DE_MANDEVILLE.pngSupposons l’un de nous enfermé à clef dans une pièce du rez-de-chaussée, où, dans une cours sur laquelle cette pièce donne, se trouve en train de jouer un bel enfant joyeux, de deux ou trois ans, assez près de nous (...) et que (...) une énorme et vilaine truie surgisse près de l’enfant, le fasse hurler et le terrifie ; il est naturel de penser que cela nous mettrait mal à l’aise, et qu’en criant, et en faisant le bruit le plus menaçant dont nous serions capables, nous nous efforcerions de chasser cette truie. Mais si celle-ci se trouvait être une créature affamée, qui, enragée par son appétit cherchait à manger, et que nous voyions cette bête vorace, en dépit de nos cris, et de tous les gestes de menace que nous irions imaginer, s’emparer sur le champ de cet enfant impuissant, le mettre à mort et le dévorer. Alors, en la voyant ouvrir toutes grandes ses mâchoires destructrices, en voyant le pauvre agneau accablé par sa hâte gourmande, en regardant la posture sans défense de ses tendres membres d’abord foulés au pieds, puis mis en pièces ; en voyant l’ignoble groin plonger dans les entrailles encore vivantes, aspirer le sang fumant, et en entendant par moment les os craquer, et le cruel animal grogner du féroce plaisir de son horrible festin, en entendant et en voyant tout cela, quelles tortures inexprimables est-ce que l’âme recevrait.

    Bernard Mandeville, Essai sur la Charité (1714)

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 10, Compilation de textes, Documents, Livres, [81] "Se mettre à la place des autres?" Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Ils ont dit, au sujet de se mettre à la place des autres

    "C'est la société d'autrui qui enseigne à l'homme ce qu'il sait." [Euripide]  

    "La connaissance de soi est un plaisir qui n’est pas possible sans la présence de quelqu’un d’autre qui soit notre ami ; l’homme qui se suffit à soi-même aurait donc besoin d’amitié pour apprendre à se connaître soi-même." [Aristote]

    "De toutes façons, le dicton "Connais-toi toi-même" n'est pas bien dit. Il eût été plus juste de dire : « Connais autrui »." [Ménandre]

    "Je suis un homme, et rien de ce qui est humain, je crois, ne m'est étranger" [Térence]

    "Le bon sens est la chose la mieux partagée." [René Descartes]

    "Je veux donc revenir à ceux qui préfèrent haïr ou railler les sentiments et les actions des hommes, plutôt que de les comprendre." [Baruch Spinoza]

    "La connaissance que nous avons des autres hommes est sujette à l’erreur si nous n’en jugeons que par les sentiments que nous avons de nous-même." [Nicolas Malebranche]

    "Je parle de la pitié, disposition convenable à des êtres aussi faibles, et sujets à autant de maux que nous le sommes ; vertu d'autant plus universelle et d'autant plus utile à l'homme qu'elle précède en lui l'usage de toute réflexion, et si naturelle que les bêtes mêmes en donnent quelquefois des signes sensibles." [Jean-Jacques Rousseau]

    "Quelles que soient les autres passions qui nous animent, orgueil, ambition, avarice, curiosité, désir de vengeance ou luxure, le principe de toutes c’est la sympathie : elles n’auraient aucune force si nous devions faire entièrement abstraction des pensées et des sentiments d’autrui." [David Hume]

    "La solitude offre à l'homme intellectuellement haut placé un double avantage : le premier, d'être avec soi-même, et le second de n'être pas avec les autres. " [Arthur Schopenhauer] 

    "Chaque langue renferme en elle-même une vision du monde spécifique. " [Alexander Von Humboldt]

    "Deux solitudes se protégeant, se complétant, se limitant, et s’inclinant l’une devant l’autre" [Rainer Maria Rilke]

    "La souffrance d'autrui est chose qui doit s'apprendre : et jamais elle ne peut être apprise pleinement." [Friedrich Nietzsche]

    "On s’aperçut que l’infrastructure linguistique (autrement dit, la grammaire) de chaque langue ne constituait pas seulement “l’instrument” permettant d’exprimer des idées, mais qu’elle en déterminait bien plutôt la forme, qu’elle orientait et guidait l’activité mentale de l’individu." [Benjamin Lee Whorf]

    "L'homme ne se forme jamais par l'expérience solitaire" [Alain]

    "Je n'appréhende pas « l'autre » tout simplement comme mon double." [Edmund Husserl]

    "Ce qui est vrai de moi vaut, aussi, pour tous les autres hommes que je trouve présents dans mon environnement. Par expérience que j’ai d’eux en tant qu’hommes, je les comprends et je les accueille comme des sujets personnels au même titre que moi-même, et rapportés à leur environnement naturel." [Edmund Husserl]

    "Je n’ai aucun moyen de savoir si l’impression colorée qu’il donne à l’autre est identique à la mienne. Nos confrontations intersubjectives ne portent que sur la structure intelligible du monde perçu." [Maurice Merleau-Ponty]

    "Le sommeil des hommes est plus sacré que la vie pour les pestiférés." [Albert Camus]

    "Autrui joue toujours dans la vie de l'individu le rôle d'un modèle, d'un objet, d'un associé ou d'un adversaire." [Sigmund Freud

    "Autrui se réduit pour moi à ce spectacle qui peut être un charme" [Maurice Merleau-Ponty]

    "Dans l’expérience du dialogue, il se constitue entre autrui et moi un terrain commun, ma pensée et la sienne ne font qu’un seul tissu." [Maurice Merleau-Ponty]

    "L'enfer c’est les autres." [Jean-Paul Sartre]

    "Mais, eu outre, autrui, en figeant mes possibilités, me révèle l’impossibilité où je suis d’être objet, sinon pour une autre liberté… Ainsi autrui est d’abord pour moi l’être pour qui je suis objet, c’est-à-dire l’être par qui je gagne mon objectivité" [Jean-Paul Sartre]

    "L'autre est indispensable à mon existence, aussi bien d'ailleurs qu'à la connaissance que j'ai de moi." [Jean-Paul Sartre]

    "J’ai honte de moi tel que j’apparais à autrui. Et par l’apparition même d’autrui, je suis mis en demeure de poter un jugement sur moi-même comme sur un objet, car c’est comme un objet que j’apparais à autrui." [Jean-Paul Sartre]

    "Le monde auquel je suis est toujours un monde que je partage avec d’autres, parce que l’être-au-monde est un être-au-monde-avec." [Martin Heidegger]

    “Il n’y a pas d’instauration de la vérité sans une position essentielle de l’altérité. La vérité, ce n’est jamais le même. Il ne peut y avoir de vérité que dans la forme de l’autre monde et de la vie autre.” [Michel Foucault]

    "Le moi, devant autrui, est infiniment responsable." [Emmanuel Levinas]

    "Autrui, pièce maîtresse de mon univers." [Michel Tournier] 

    "Contre l'illusion d'optique, le mirage, l'hallucination, le rêve éveillé, le fantasme, le délire, le trouble de l'audition... le rempart le plus sûr, c'est notre frère, notre voisin, notre ami ou notre ennemi, mais quelqu'un, grands dieux, quelqu'un !" [Michel Tournier]

    "L'humanité cesse aux frontières de la tribu, du groupe linguistique, parfois même du village ; à tel point qu'un grand nombre de populations dites primitives se désignent elles-mêmes d'un nom qui signifie les « hommes » (…) impliquant ainsi que les autres tribus, groupes ou villages ne participent pas des vertus ou même de la nature humaine." [Claude Lévi-Strauss]

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 10, Citations, Documents, [81] "Se mettre à la place des autres?" Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Husserl : Un monde partagé

    Ce qui est vrai de moi vaut aussi, je le sais bien, pour tous les autres hommes que je trouve présents dans mon environnement. Par l'expérience que j'ai d'eux en tant qu'hommes, je les comprends et je les accueille comme des sujets personnels au même titre que moi-même, et rapportés à leur environnement naturel. En ce sens toutefois je conçois leur environnement et le mien comme formant objectivement un seul et même monde qui accède seulement de façon différente à toutes nos consciences. Chacun a son poste d'où il voit les choses présentes, et en fonction duquel chacun reçoit des choses des apparences différentes. De même le champ actuel de la perception et du souvenir différencie chaque sujet, sans compter que même ce qui en est connu en commun, à titre intersubjectif, accède à la conscience de façon différente, sous des modes différents d'appréhension, à des degrés différents de clarté, etc. En dépit de tout cela nous arrivons à nous comprendre avec nos voisins et posons en commun une réalité objective d'ordre spatio-temporel qui forme ainsi pour nous tous l'environnement des existants, bien qu'en même temps nous en fassions nous-mêmes partie.

    Edmund Husserl, Idées directrices pour une Phénoménologie (1913)

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 10, Compilation de textes, Documents, Livres, [81] "Se mettre à la place des autres?" Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Merleau-Ponty : Les vertus du dialogue

    Dans l’expérience du dialogue, il se constitue entre autrui et moi un terrain commun, ma pensée et la sienne ne font qu’un seul tissu, mes propos et ceux de mon interlocuteur sont appelés par l’état de la discussion, ils s’insèrent dans une opération commune dont aucun de nous n’est le créateur. Il y a là un être à deux, et autrui n’est plus ici pour moi un simple comportement dans mon champ transcendantal, ni d’ailleurs moi dans le sien, nous sommes l’un pour l’autre collaborateurs dans une réciprocité parfaite, nos perspectives glissent l’une dans l’autre, nous coexistons à travers un même monde.

    Dans le dialogue présent, je suis libéré de moi-même, les pensées d’autrui sont bien des pensées siennes, ce n’est pas moi qui les forme, bien que je les saisisse aussitôt nées ou que je les devance, et même, l’objection que me fait l’interlocuteur m’arrache des pensées que je ne savais pas posséder, de sorte que si je lui prête des pensées, il me fait penser en retour.

    C’est seulement après coup, quand je me suis retiré du dialogue, et m’en souviens, que je puis le réintégrer à ma vie, en faire un épisode de mon histoire privée, et qu’autrui rentre dans son absence, ou, dans la mesure où il me reste présent, est senti comme une menace pour moi. 

    Maurice Merleau-Ponty, Phénoménologie de la Perception (1945)

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 10, Compilation de textes, Documents, Livres, [81] "Se mettre à la place des autres?" Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Descartes : "La raison-logiciel"

    Le bon sens est la chose la mieux partagée car chacun pense en être si bien pourvu, que même ceux qui sont les plus difficiles à contenter en toute autre chose, n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. En quoi il n'est pas vraisemblable que tous se trompent ; mais plutôt cela témoigne que la puissance de bien juger, et de distinguer le vrai d'avec le faux, qui est proprement ce qu'on nomme le bon sens ou la raison, est naturellement égale en tout homme ; et qu'ainsi la diversité de nos opinions ne vient pas de ce que les uns sont plus raisonnables que les autres, mais seulement de ce que nous conduisons nos pensées par diverses voies, et ne considérons pas les mêmes choses. Car ce n'est pas assez d'avoir l'esprit bon, mais le principal est l'appliquer bien.

    René Descartes, Discours de la Méthode (1637)

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 10, Compilation de textes, Documents, Livres, [81] "Se mettre à la place des autres?" Imprimer 0 commentaire Pin it!