Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"L'école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?"

  • COMPTE RENDU DE LA DERNIÈRE SÉANCE

    Thème du débat : "L'école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?" 

    Date : 24 février 2012 à la Brasserie du centre commercial de la Chaussée.

    éducation,écoleEnviron 55 personnes étaient présentes pour cette séance du café philosophique qui avait pour sujet : "L’école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?" Claire précise que l’expression "sert-elle" a été préféré à "peut-elle". Cela place déjà l’institution scolaire dans une démarche de service.

    Un premier intervenant affirme que si l’on parle de service, celui rendu par l’école est pour le moins sujet à caution : du point de vue de l’élève (sinon des parents d’élève), instruire sert à procurer un bagage intellectuel sensé être un bouclier, sinon une arme dans la vie post-scolaire. Dit autrement, on instruit vraiment bien lorsque le jeune homme ou la jeune femme a su s’insérer dans la vie professionnelle. Or, ajoute-t-il, il est indéniable que la surqualification comme la sous-qualification conduisent nombre d’actifs dans des situations professionnelles frustrantes voire dramatiques. La notion de plaisir d’apprendre – certes importante ! – prend souvent le pas, dans la bouche des professionnelles de l’enseignement, sur son utilité dans la vie professionnelle. 


    Il convient, dit Claire, de définir ces notions d’enseignement et d’éducation. Étymologiquement, "enseigner" c’est "marquer d’un signe" (signum). Cette notion n’est pas anodine : elle signifie que l’école entend apporter son empreinte à ses utilisateurs et être un lieu d’initiation. "Éduquer" a un sens différent : éduquer, littéralement "conduire hors de" (ex ducere) ou "guider" c’est "conduire vers".

    éducation,école

    Cette notion, incontournable dans le système scolaire français (on parle bien de Ministère de L’Éducation Nationale), donne à l’école un rôle directeur : l’enseignement, destiné à donner à l’élève un marqueur dont il ou elle usera ensuite en toute liberté, se fait dans le cadre d’une "éducation nationale" où, cette fois, l’élève est dans un système normé et doit s’y conformer. N’est-ce pas contradictoire ? L’enseignement n’est-ce pas avant tout, au contraire, donner à l’enfant des outils pour penser et se penser et pouvoir user de la maïeutique chère à Socrate afin de pouvoir dépasser les préjugés et le "prêt-à-penser" ? Cette difficulté de "servir" l’enseignement ou l’éducation a une explication indéniable, dit un nouvel intervenant (un professeur) : tenir une classe peut devenir d’une rare complexité. Plus qu’auparavant, l’école s’est ouverte sur le monde pour le meilleur et – hélas ! – souvent pour le pire. Les difficultés sociales, pour ne pas parler des violences sociales, font très souvent une entrée fracassante dans l’enceinte de l’école et parfois à l’intérieur de la salle de cours. Dans ce cas, pour le professeur, susciter un environnement favorable à l’apprentissage en classe devient difficile. Il faut avoir la santé pour affronter une salle de classe, ajoute ce professionnel ! Une ancienne enseignante rebondit sur cet avis, précisant qu’au cours des années elle a vu évoluer défavorablement le climat au sein des établissements scolaires, une situation aggravée lorsque des personnels d’encadrement spécialisés dans le soutien scolaire (les RASED) font les frais de sabrages budgétaires publics.

    Bruno met en avant un troisième terme, tombé en désuétude depuis 1945 : l’instruction. Son étymologie est particulièrement riche de sens : instruire (du latin instruere) c’est "assembler", "élever" ou "bâtir". L’instruction (d’où vient le terme "d’instituteur", symptomatiquement lui aussi en voie de disparition) a pendant des années été le terme central du système scolaire. Ne parlait-on pas de Ministère de l’Instruction publique sous la IIIème République ? La disparition de ce terme en dit long sur la direction prise par l’Éducation Nationale : celui d’une administration moins soucieuse de divulguer savoir et culture générale que d’apprendre à des jeunes gens à vivre dans une seule et même société.

    Alors, enseigner ou éduquer ? 

    éducation,écoleUn participant considère que l’école doit mener ces deux tâches simultanément : enseigner et éduquer. Ce sont deux notions qui lui semblent aller de paire dans le rôle assigné à l’institution scolaire. Bruno pose une question : l’éducation n’est-elle pas avant tout le rôle des parents ? Chacun convient que leur rôle est capital mais force est de constater qu’il est parfois peu ou mal rempli. L’école doit alors prendre le relais, lorsque c’est possible. Dans cette idée, une participante (parent d’élève) affirme que l’instituteur et le parent doivent travailler ensemble, de concert, et non l’un à côté de l’autre (sans se parler), voire l’un contre l’autre, comme cela arrive souvent. 

    L’enseignement ne doit pas être servi uniquement par l’école : la formation professionnelle – certes imparfaite et lacunaire, ajoute Bruno, surtout si on la compare au monde du travail scandinave (cf. 40 ans de formation professionnelle en France) – a des vertus indéniables. Car nombre d’adultes mériteraient d’être formés une fois sortis du cadre scolaire afin d’apprendre par exemple la lecture et l’écriture, parfois déplorable dans le milieu professionnel.   

    Ce "tableau noir" de l’école brossé ce soir par nombre de participants du café philo est nuancé par un intervenant qui souligne que l’école peut offrir de réels atouts en conduisant des élèves au départ déscolarisés vers des apprentissages plus souples (BTS professionnels par exemple). Les progrès de l’école sont indéniables depuis une cinquantaine d’années, avance Bruno (l'un des meilleurs systèmes scolaires au monde d'après nombre de spécialistes)  : baisse de l’illettrisme dans certaines tranches de la population, instruction massifiée, généralisation du baccalauréat (pour avoir une vision contrastée du niveau de l'enseignement, cliquez sur ce lien). Cela ne peut effacer cependant, nuance Claire, une réalité moins idyllique : statistiques parfois tronquées, apprentissage de la lecture et de l’écriture en difficulté ou violences scolaires.

    éducation,écoleS’agissant de cette violence, un intervenant souligne que l’école a son rôle à jouer dans l’apprentissage de la non-violence. Face à l’intrusion des violences en milieu scolaire et à l’impression pour les professeurs comme pour les personnels d’encadrement d’être démunis face à eux, la solution peut passer par l’utilisation de méthodes destinées à désamorcées les conflits dans la non-violence. Un débat avait été organisé par le café philosophique en avril 2010 (rendez-vous sur ce lien). L’école pourrait être à la fois un lieu où la non-violence devrait être pratiquée par ceux qui en ont la responsabilité (professeurs, surveillants, personnel d’encadrement, etc.) et le lieu où il est enseigné aux jeunes gens à des fins pédagogiques.

    L’incivilité – qui est une forme de violence - est abordée comme un des maux qui rongent le milieu scolaire. À qui la faute ? demande Claire. L’incivilité n’est-elle pas montrée en exemple par nous, adultes, et en premier lieu par nos plus hauts dirigeants en cette période électorale ? A quoi bon exiger d’un enfant qu’il respecte et apprenne à écouter autrui lorsque des personnalités appelées à gouverner notre pays se gardent bien de le faire publiquement, lors par exemple de débats publics ?     

    Faire bouger le mammouth ?

    En tout état de cause, dit Claire, la question de "faire bouger le mammouth" fait régulièrement débat. L’Éducation Nationale devrait passer, à en croire nombre de spécialistes et de politiques, par une phase de réformes. Elle en connaît d’ailleurs régulièrement, plus sans doute que n’importe laquelle des administrations. Réformes imparfaites ou vaines, avance un professeur, car souvent déconnectées des besoins du personnel sur le terrain (la suppression de stages de formation IUFM, par exemple).

    La dernière partie de ce café philosophique est consacrée aux solutions qui pourraient être envisagées pour, du moins réformer, sinon améliorer l’énorme administration qu’est l’Éducation Nationale. Une réflexion sur le métier de professeur doit être menée. Elle porterait sur leur formation en premier lieu afin qu’un professeur ait les outils nécessaires pour gérer des difficultés telles quel la violence scolaire ou l’incivilité. Toujours au sujet de la formation des professeurs, il apparaît que le recrutement via les concours est loin d’être la panacée. Ce système de recrutement, équitable sur le papier, a le grave défaut de mettre hors-jeu des personnes de qualité, potentiellement des pédagogues doués mais peu disposés à réussir des concours théoriques et universitaires ; au contraire, très régulièrement des gagnants de concours, brillants dans ce type d’examens, deviennent des professeurs aux méthodes délétères, des professeurs qui plus est indéboulonnables. Contre ceux-ci, le système de sanctions paraît bien faible ; contre ceux-là, l’Éducation Nationale se prive d’un réservoir de personnes de qualité. 

    éducation,écoleL’amélioration de l’école, dit une intervenante, doit aussi – et surtout – être menée en direction des enfants, et ce dès le plus jeune âge : apprentissage des règles de vivre en société, civilité et civisme, respect d’autrui dans toutes ses différences, enseignement sérieux de la lecture et de l’écriture. Un vaste chantier qui doit permettre à l’école de rester l’un des fondements de notre société et de l’enseignant un acteur important de notre vie : dans nos souvenirs d’enfance, il n’est pas rare qu’un instituteur ou un professeur soit devenu un personnage mémorable et dont on a plaisir à se souvenir…     

    Une participante, maman et médecin, dit rencontrer des professeurs et des parents en souffrance, chacun de leur côté. Elle affirme ainsi qu’il faut vraiment que les deux acceptent de se dire les choses, d’avouer leurs faiblesses, mais aussi qu’ils travaillent ensemble à "bousculer" les élèves. Selon elle, nous sommes passés d’un refus total d’écouter l’enfant à une sacralisation de sa parole. Dès lors, l’enfant, et l’élève, est surpuissant et l’autorité, en face, totalement démunie. Si les adultes prenaient leur responsabilités, tout se passerait mieux suppose-t-elle. On se rendrait compte que nous rencontrons souvent les mêmes problèmes au fond.

    Il est difficile de conclure ce débat ! Un débat passionné et qui pourrait être continué plusieurs heures durant. 

    La soirée se termine par le vote du sujet qui sera débattu lors de la séance du 30 mars 2012 : "Peut-on être jeune et heureux ?" Claire et Bruno annoncent que ce débat sera organisé et co-animé par des élèves de Terminale littéraire du Lycée Saint-François-de-Sales de Gien. Il s’agira d’un café philo tout à fait exceptionnel et qui ne manquera pas d’intérêt.

    Philo-galerie : Pour illustrer ce débat, nous avons choisi des photographies de salles de classe de toutes époques.


    Lien permanent Catégories : "L'école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?", =>Saison 3, Comptes-rendus des débats, Philo-galerie Imprimer
  • BIENTÔT, LE COMPTE-RENDU DE LA DERNIÈRE SÉANCE

    Très bientôt, sur ce site, vous pourrez trouver le compte-rendu de la dernière séance "L'école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?" qui avait lieu le 24 février 2012.

    Merci de votre patience.


    Lien permanent Catégories : "L'école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?", =>Saison 3, Comptes-rendus des débats Imprimer
  • BIENTÔT, LE COMPTE-RENDU DE LA DERNIÈRE SÉANCE

    Bientôt, sur ce site, vous pourrez retrouver le compte-rendu de la séance du 24 février "L'école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?"

    En attendant, vous pouvez retrouver sur le lien le compte-rendu de la séance de janvier dernier : "Vivre seul(e) ou mal accompagné(e) ?"

     

    Lien permanent Catégories : "L'école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?", "Vivre seul(e) ou mal accompagné(e) ?", =>Saison 3, Comptes-rendus des débats, Vie du site, vie du café philo Imprimer
  • MERCI AUX PARTICIPANTS DE LA DERNIÈRE SEANCE

    applause.gifMerci aux participants de la séance du café philosophique qui avait lieu le vendredi 24 février 2012. 

    Le débat avait pour titre : "L'école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?"

    55 participants étaient présents. Merci à eux. 

    Bientôt, sur ce site, le compte-rendu de cette séance.

    Prochain débat le vendredi 30 mars 2012 à 18H30 à la brasserie du centre commercial de la Chaussée. Le sujet choisi aura pour titre : "Peut-on être jeune et heureux ?" Il s'agira d'un café philo spécial car pour l'occasion des élèves de Terminale L du Lycée Saint-François-de-Sales de Gien seront invités

    A bientôt !

    Affiche de la prochaine séance

    Flyer de la prochaine séance


    Lien permanent Catégories : "L'école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?", "Peut-on être jeune et heureux ?", =>Saison 3 Imprimer
  • PROCHAIN CAFÉ PHILOSOPHIQUE

    prochainement.gifLe prochain café philosophique de Montargis se tiendra ce soir, vendredi 24 février, à partir de 18H30 à la Brasserie du centre commercial de la Chaussée.

    Cette nouvelle séance portera sur ce sujet : "L'école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?"

     

    Lien permanent Catégories : "L'école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?", =>Saison 3 Imprimer
  • FAUT-IL DES ÉCOLES EXPÉRIMENTALES ? L’AVIS D’EMMANUEL KANT

    kant74b.jpg"On s’imagine ordinairement que pour ce qui regarde l’éducation des expériences ne sont pas nécessaires et que l’on peut par la raison seule juger si quelque chose sera bon ou non. Mais l’on se trompe fort en ceci et l’expérience enseigne que dans nos tentatives ce sont souvent des effets tout à fait opposés à ceux que l’on attendait qui apparaissent. On voit ainsi, puisque tout revient à l’expérience, qu’aucune génération humaine ne peut présenter un plan d’éducation achevé. L’unique école expérimentale qui, d’une certaine manière, ait en ceci commencé la voie, a été l’Institut de Dessau. Il faut lui laisser cette gloire, en dépit des nombreuses fautes qu’on peut lui reprocher ; fautes que l’on découvre dans tous les raisonnements effectués à partir de d’expériences et qui consistent en ce que de nouvelles expériences sont toujours nécessaires. D’une certaine manière ce fut la seule école où les maîtres ont la liberté de travailler d’après leurs propres méthodes et leurs propres plans, et où ils fussent aussi bien unis entre eux qu’avec tous les savants de l’Allemagne."

    Kant, Réflexions sur l’Éducation, trad. A. Philonenko, Vrin, pp. 114-115

    Lien permanent Catégories : "L'école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?", =>Saison 3, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • DE LA DISCIPLINE

    Jean_Jacques_Rousseau_832.jpg"Jeune instituteur, je vous prêche un art difficile, c’est de gouverner sans préceptes, et de tout faire en ne faisant rien. Cet art, j’en conviens, n’est pas de votre âge ; il n’est pas propre à faire briller d’abord vos talents, ni à vous faire valoir auprès des pères ; mais c’est le seul propre à réussir. Vous ne parviendrez jamais à faire des sages, si vous ne faites d’abord des polissons…"

    Jean-Jacques Rousseau, Émile, livre II, t. III

     
    "La discipline transforme l’animalité en humanité. Par son instinct, un animal est déjà tout ce qu’il peut être ; une raison étrangère a pris soin de tout pour lui. Mais l’homme doit user de sa propre raison. Il n’a point d’instinct et doit se fixer lui-même le plan de sa conduite. Or puisqu’il n’est pas immédiatement capable de le faire, mais au contraire vient au monde à l’état brut, il faut que d’autres le fassent pour lui.
    L’espèce humaine doit, peu à peu, par son propre effort, tirer d’elle-même toutes les qualités naturelles de l’humanité. Une génération éduque l’autre."

    Kant, Réflexions sur l’Éducation, trad. A. Philonenko, Vrin, pp. 94-95

    Lien permanent Catégories : "L'école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?", =>Saison 3, Citations, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • "LE CERCLE DES POÈTES DISPARUS"

    Lien permanent Catégories : "L'école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?", =>Saison 3, Documents, Vidéos/cinéma/TV Imprimer
  • LA GAUCHE HÉGÉMONIQUE CHEZ DES ENSEIGNANTS DU PUBLIC CRISPÉS

    sondage politique.jpgLes enseignants ont l'intention de voter massivement et efficacement à gauche. C'est la principale leçon du sondage réalisé par l'IFOP pour Le Monde. Au premier tour de l'élection présidentielle, le 22 avril, 46 % des 712 enseignants représentatifs interrogés du 13 au 15 février, comptent voter pour le candidat socialiste François Hollande. Et au second tour, 79 % de ces enseignants du primaire, des collèges et des lycées ont l'intention de faire ce même choix. Le candidat Nicolas Sarkozy, lui, recueillerait 12,5 % de leurs suffrages au premier tour du scrutin et 21 % au second. Voici les sept leçons qui se dégagent de cette enquête, à 60 jours du premier tour.

    "Il n'y a pas d'autre catégorie professionnelle où 8 électeurs sur 10 ont l'intention de voter pour un même candidat au second tour. En 2007, les agriculteurs avaient opté à 70 % pour M. Sarkozy, et c'était exceptionnel", rappelle Jérôme Fourquet, directeur du département opinions à l'IFOP.

    Double prouesse, donc, pour le candidat socialiste. D'abord parce que ce taux est très élevé. Ensuite parce que François Hollande peut se targuer d'avoir réconcilié le corps enseignant avec le PS. Ses 46 % d'intentions de vote au premier tour sonnent comme une vraie victoire, si l'on se souvient que Ségolène Royal n'avait recueilli que 31,5 % du suffrage enseignant en 2007 et Lionel Jospin, 16 % en 2002.

    "Cette catégorie professionnelle, championne de la dispersion des voix aux deux précédents [scrutins] présidentiels, a décidé cette fois de jouer l'efficacité pour être sûre de ne pas retrouver Nicolas Sarkozy", estime l'analyste. Plus que d'une adhésion au projet socialiste, François Hollande bénéficie de la volonté d'en finir avec ce que les enseignants estiment être la "casse de l'école"...

    LA SUITE ICI...

    Source : Le Monde

     

    Lien permanent Catégories : "L'école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?", =>Saison 3 Imprimer
  • LES BIENFAITS DE L'ÉDUCATION À LA BAGUETTE

    Mme Charron et ses enfants.jpgDes enfants qui disent bonjour et merci. Se régalent de petits pois et de brocolis. Et restent à table sans broncher. C'est ainsi que Pamela Druckerman voit les petits Français.

    "Déguisement : les Indiens Peaux-Rouges." Jill, une Américaine installée à Paris, est restée médusée devant l'invitation à une fête d'anniversaire qu'a reçue sa fille. Pour comprendre son effroi, il faut imaginer des petits Français conviés aux Etats-Unis à un goûter sur le thème : "Les sauvages du fleuve Congo"... Pas facile de devenir une mère à la française. Mais Jill a décidé de s'accrocher. Elle a acheté le plus beau déguisement d'Indienne à plumes à sa fille et l'a conduite à l'anniversaire de son amie. Sans oublier, au retour de lui faire un petit cours sur l'histoire des Etats-Unis.

    Pourquoi une telle abnégation ? Vues d'outre-Atlantique, les Françaises seraient des mères modèles. Ou plutôt des mères d'enfants modèles : bien élevés, mangeant de tout et capables de rester à table sans broncher durant les (très) longs repas de famille. Tout le contraire des affreux petits Américains qui ne connaissent des légumes que les frites et ne conçoivent pas de manger assis. Cliché ? C'est une Américaine qui le véhicule. Mais elle connaît son sujet : elle vit à Paris...

    LA SUITE ICI...

    Source : M - Le Magazine du Monde

     

    Lien permanent Catégories : "L'école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?", =>Saison 3, Documents Imprimer
  • ÉDUQUER ET INSTRUIRE

    instruire.gif"La liberté dans l’éducation comme ailleurs doit être une affaire de degré. Certaines libertés ne peuvent être tolérées. J’ai rencontré une dame qu’on ne devait jamais  interdire à un enfant de faire quoi que ce soit, car un enfant doit développer sa nature de l’intérieur. "Et si cette nature lui fait avaler des épingles ?" demandais-je ? […] C’est pourquoi défendre la liberté dans l’éducation ne signifie pas que les enfants doivent faire exactement ce leur plaît toute la journée…"

    Bertrand Russel, Essais Sceptiques, § VXIV, p. 258/259, éd. Reider, 1928

    "S’il faut à la France 80% de bacheliers, ce n’est pas pour grossir administrativement la cohorte des Golden boys et des chevaliers d’industrie, c’est pour mener des générations entières à la tâche intellectuelle et morale qui leur incombe et à laquelle elles ont droit : se libérer, d’abord intérieurement puis extérieurement des slogans et des modèles d’une société sinistrée par l’économie."

    Alain de Libera, Penser au Moyen-Âge, p.78, Seuil

    En 1883 Jules Ferry écrit dans la célèbre lettre aux instituteurs :

    "Vous êtes et, à certains égards, le suppléant du père de famille ; parlez donc à son enfant comme vous voudriez qu’on parlât au vôtre ; avec force et autorité, toutes les fois qu’il s’agit d’une vérité incontestée, d’un précepte de morale commune ; avec une grande réserve, dès que vous risquez d’effleurer un sentiment religieux dont vous n’êtes pas juge."

    Thierry Wanegffelen, Le Poseau pensant, p.165, éd. Payot, 2011 

     
    Lien permanent Catégories : "L'école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?", =>Saison 3, Citations, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • L’ÉCOLE SERT-ELLE À ENSEIGNER OU À ÉDUQUER ?

    Le prochain débat du café philosophique de Montargis aura lieu cette semaine, le vendredi 24 février à 18H30 à la Brasserie du centre commercial de la Chaussée. Cette séance aura pour titre : "L’école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?"

    café philosophique,café philosophique de montargis,montargis,cafe philo,cafe philosophique,philosophieÀ cette question, qui prend une résonance particulière en cette période électorale, il serait aisé de répondre que ces deux fonctions sont indissolublement liées à l’école. Mieux, elles paraissent ne pouvoir se différencier l’une de l’autre. Est-ce si simple ? Enseigner c’est, littéralement, "marquer d’un signe". C’est développer un ensemble de connaissances, afin de rendre l’apprenant autonome, adulte, citoyen. Au départ, l’enseignement mêle instruction d’un savoir et éducation. Il s’agit d’élever l’apprenant (élève). Pourtant, il semblerait que ce métier soit de plus en plus décrit comme difficile par ceux qui l’exercent (selon M. Pochard, Livre vert sur l’évolution du métier d’enseignant, 2008 : "46% des enseignants du premier degré et 39% de ceux du second degré disent songer à quitter ce métier en raison du stress qu'il engendre", rapport en ligne sur ce lien) et mal fait par ceux qui le subissent. Alors, quel est le rôle de l’école ? Quel rapport doit-elle entretenir avec l’éducation parentale ? Ce rôle n’est-il pas en profond bouleversement ? Faut-il faire bouger "le mammouth" ? Est-ce possible ? Y a-t-il une perte d’autorité de nos professeurs ? Si oui comment la rétablir ? Le faut-il ? Le politique doit-il intervenir ? Quel est le rôle de l’école dans nos sociétés ? La culture générale, âprement débattue récemment, a-t-elle encore sa place ?  

    Claire et Bruno proposent à tous de venir débattre de ces points – et de bien d’autres encore – le vendredi 24 février à 18 h 30 lors du prochain café philosophique de Montargis, à la Brasserie du centre commercial de la Chaussée. Participation libre et gratuite.

    Renseignements : cafephilo.montargis@yahoo.fr

     
    Lien permanent Catégories : "L'école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?", =>Saison 3 Imprimer
  • PINK FLOYD - "THE WALL"

    Cliquez également ici.

     

    Lien permanent Catégories : "L'école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?", =>Saison 3, Documents, Musique Imprimer