Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

"Cela a-t-il un sens de philosopher?"

  • CELA A-T-IL UN SENS DE PHILOSOPHER DE NOS JOURS ?

    En novembre 2010, lors de sa deuxième saison, le café philosophique de Montargis proposait un débat intitulé : "Cela a-t-il un sens de philosopher de nos jours ?"

    Retrouvez les références, les documents et le compte-rendu de cette séance sur ce lien.

     

    Lien permanent Catégories : "Cela a-t-il un sens de philosopher?", "La philosophie a-t-elle une quelconque utilité ?", => Saison 2, =>Saison 6 Imprimer
  • COMPTE-RENDU DE LA DERNIÈRE SÉANCE

    Sujet : Cela a-t-il encore un sens de philosopher de nos jours ?

    Environ 20 personnes étaient présentes pour ce premier café philosophique de cette deuxième saison (et huitième en tout). Cette séance inaugure de nouveaux horaires : les cafés philos, toujours accueillis à la brasserie du centre commercial de la Chaussée, auront dorénavant lieu pour des raisons pratiques le vendredi soir à 18H30 (au lieu du samedi). Claire précise que ces rencontres gardent le même objectif que ceux de la première saison : faire de ces animations des lieux et des moments ouverts aux discussions sur des sujets que les participants choisissent. En aucun cas il ne s’agit de cours de philosophie !

    Il paraissait intéressant pour cette première séance de réfléchir à la place de la philosophie de nos jours et, par là, de l’utilité des cafés philosophiques...

    Pour cette première séance, une fois n’est pas coutume (et gageons que cela se reproduira avec d’autres personnes par la suite), ce n’est pas Claire qui lance et problématise le sujet mais Bruno.

    450px-Socrates_Louvre.jpgQuand on parle du sens de l’acte de philosopher, dit-il, il faut bien se demander quelle est la direction et l’objectif que l’on veut demander à cette activité. Et d’abord, qu’est-ce que philosopher ? Le mot « philosophie », activité véritablement née en Grèce, vient de la langue grecque, justement. Son étymologie vient de philo (« l’amour ») et sophia (« sagesse »). Or, Pythagore, l’un des premiers véritables « philosophes », considère que parvenir à la sagesse est impossible pour l’homme : pour lui, seuls les dieux ont cette sagesse et les hommes ne peuvent que tenter de s’en approcher. Finalement, cette vanité de l’acte de philosopher est inscrite dans les gènes de la philosophie. D’ailleurs, la question de l’utilité de la philosophie est aussi vieille que la philosophie elle-même. Ainsi, dans Les Nuées de l’écrivain et homme de théâtre Aristophane, ce dernier se montre corrosif à l’égard de Socrate et des philosophes en particulier : ces derniers sont considérés comme inutiles à la Cité grecque, obnubilés (trop obnubilés ?) par des considérations loin des préoccupations quotidiennes : le philosophe serait dans les nuages, dans la lune, dans "les nuées"… Platon reprend cette critique du philosophe, tout en la combattant. Dans Gorgias, Calliclès considère qu’il est bon qu’un jeune citoyen apprenne la philosophie et celui qui ne le ferait pas serait dans l’erreur. Par contre, un vieil homme qui s’y adonnerait serait ridicule. Plus près de nous, Hegel, dans Leçons sur l’Histoire de la Philosophie, ne cache pas sa vision « crépusculaire » de l’acte de philosopher : on ne philosophe, dit-il, que lorsque tous les besoins matériels sont assouvis, à la fin de la journée. La philosophie reste pour lui un acte de loisir (ce que dit également Platon). C’est également un acte crépusculaire dans le sens où les grands moments historiques sont des périodes de fin d’une époque : « La science et la philosophie moderne parurent dans la vie européenne au XVe et au XVIe siècle quand fut ruinée la vie médiévale… »

    hegel-farb.jpgClaire ajoute que justement cette étymologie en dit long sur la philosophie. En effet le grec philein se traduit par « aimer » certes, mais cet amour se distingue du « désir » (eros). La quête qui anime le philosophe n’a donc pas pour moteur un manque qu’il chercherait à combler (manque de recul, de connaissance, etc.) mais est d’abord guidée par un souci contemplatif. La philosophie est contemplative. Comme dit Hegel« La chouette de Minerve ne prend son envol qu’à la tombée de la nuit » et « la philosophie ne peint que du gris sur du gris ». La philosophie n’a donc jamais eu pour but de changer le monde, elle vient après la bataille. Le philosophe, dès lors, ne peut jamais anticiper mais simplement tirer des leçons et apprendre pour s’approcher, petit à petit, de la vérité ou de la morale. C’est ainsi un mouvement dialectique qui caractérise la pensée philosophique, mouvement qui remet en question (« je ne sais qu’une chose que je ne sais rien » dit Socrate) puis qui construit dans un souci positif. Dès lors, philosopher ce n’est pas simplement contempler mais c’est bien plutôt critiquer, au sens kantien du terme. La critique kantienne est en effet une remise en cause dans un souci de créer un moment positif à sa suite. Il faut donc distinguer la philosophie (l’ensemble des systèmes de pensées créées par les philosophes) et le philosopher (l’acte de réfléchir au sens littéral : de se réfléchir, tel un miroir, de se penser).

    Philosopher est donc avant tout une quête de sens. Et Gilles convient que cette quête fait de la philosophie un moment où l’on prend du recul sur soi, ses choix, sa vie. Dès lors, philosopher doit se pratiquer car l’homme n’est définit que par son rapport à soi. Etre homme c’est en effet être « pensée se pensant », c’est-à-dire être conscience. Tout le monde doit philosopher et tout le monde semble le faire.

    ca-me-saoule.jpgToutefois, il semblerait qu’il y ait un clivage entre philosophie (considérée comme la « vraie ») et philosophie (« philosophie de vie » pratiquée par tout un chacun). En effet, comme le rappellent plusieurs participants, il apparaît que la philosophie soit rendue hermétique parce que destinée à une élite alors que les penseurs que l’on comprend, et donc qui sont aussi destinés au « petit peuple » que nous sommes, sont taxés de non-philosophes. Nous convenons que ce clivage est affaire d’orgueil. Sans doute que le philosophe doit mériter ses lettres de noblesse, mais beaucoup d’entre nous regrettent que ceux que l’on entend soient par là même - et même en conséquence - exilés du cercle des penseurs contemporains.

    Bruno fait un  aparté en parlant d'un sondage publié par le magazine Marianne au sujet de la notoriété et de l'infleunce des intellectuels sur l'opinion française. Il apparaît que ce sont les personnalités les plus médiatiques qui sont citées (Bernard-Henri Lévy, Elisabeth Badinter ou Jacques Attali). "Sondage un peu vain", commente un participant. En tout cas, ce sondage (certes peu représentatif), est l'occasion de se demander ce qui fait la "légitimité" d'un philosophe. Claire prend l'exemple de l'écrivain Eric-Emmanuel Schmitt, auteur de nombreux ouvrages de vulgarisation en rapport avec la philosophie (L'Evangile selon Pilate par exemple). N'est-ce pas emblématique de voir un tel auteur, agrégé de philosophie, être considéré par certains intellectuels comme un auteur populaire (donc) négligeable ? La philosophie devrait-elle se cantonner à une science réservée aux élites ? 

    Dans cette lignée, reprend Claire, nous concluons sur la "presque mort" de la "philosophie" au sens classique du terme. Si nous autres petites gens, nous ne sommes pas bons à philosopher parce que nous ne lisons ni ne comprenons tout Kant, alors c’est que la philosophie va vite mourir. Finalement ce souci d’être destinée à une élite, car correspondant à la pensée pure, n’est-ce pas aller contre Socrate et Platon (premiers philosophes) ? Socrate commence le philosopher dans la sagesse de son ignorance et Platon condamne le sophisme parce que pure rhétorique. Condamner un homme à être simple essayiste parce qu’il s’adresse à toute la population et ne crée pas un système de pensée avec des nouveaux concepts, des néologismes et des mots compliqués n’est-ce pas ne s’intéresser qu’à la rhétorique ?

    Paris 2009 008.jpgContre cette mort, plusieurs d’entre nous affirment la construction d’une nouvelle philosophie, qui revient peut-être aux valeurs de Socrate : celle qui consiste à essayer de réfléchir sur soi et le monde, de cultiver son propre jardin comme Voltaire nous le demandait. Pour cela, l’homme semble devoir s’inscrire dans un dialogue, avec lui-même certes, mais aussi avec autrui. Sans tomber dans un pathos qui n’aurait aucun sens ici, quelques participants concluent au sens du philosopher aujourd’hui : il se veut échange et partage d’une pensée qui se construit au fur et à mesure du dialogue et qui refuse le soliloque des publicitaires ou même des politiques. Philosopher c’est se confronter à l’altérité avant tout, ne pas en rester là ! Doit-on rappeler que le premier café philosophique est né en 1992 à Paris (Café philo des Phares à Paris, 12e) et qu’aujourd’hui on en compte une centaine dans toute la France ? Finalement, ajoute Daniel, l’objectif de tout philosophe ne serait-il pas de s’exprimer, de communiquer ? Bruno va dans ce sens et conclue les débats par une citation de Jean Toussaint Dessanti (dans un texte de présentation d’un livre de conversation de François Chatelet (1925-1985), Une Histoire de la Raison) : « Qu’est-ce que la philosophie en effet, sinon cet entêtement dans la dépense du penser qui rassemble, exprime et forme en partage, donnant ainsi toujours et sans répit "de quoi penser" à qui veut entendre ? »

    A 19h45, ce huitième café philosophique se termine sur le choix des sujets des futures séances. Il est décidé que le prochain thème mis sur le tapis sera celui de l’engagement. Rendez-vous le vendredi 26 novembre à 18h30, à la brasserie du centre commercial de La Chaussée.


    A noter que ce billet est le 100e de ce blog !


    Lien permanent Catégories : "Cela a-t-il un sens de philosopher?", => Saison 2, Comptes-rendus des débats Imprimer
  • EN ATTENDANT LE COMPTE-RENDU...

     Cela a-t-il encore un sens de philosopher aujourd’hui ?

    Le sens de la philosophie semble être de donner un sens … à la vie. Cette vie qui semble par définition contradictoire : quel sens quelque chose qui ne peut que devenir néant peut-il avoir ?

    15995-philosopher-in-meditation-rembrandt-harmenszoon-van-rijn.jpgLa philosophie a toujours été une réflexion, une critique pourrait-on dire. Une critique de ce que nous sommes, ou plutôt de ce que nous faisons de nous : la manière du philosopher est donc, par définition, une remise en question (le « je ne sais qu’une chose, que je ne sais rien » du premier philosopher Socrate). Il s’agit donc de commencer par se remettre en cause, en question, mais pour construire une idée bien à soi, un soi unique qui me définisse et qui me construise. Il ne s’agit pas de se contenter de remettre en question, il faut en effet, pour que la critique soit efficace, qu’elle se fasse dialectique, c’est-à-dire qu’elle soit dépassée par un moment positif.

    Chaque philosophie est singulière car elle est la construction d’une personne, de sa définition (Sartre). Et chaque philosophie étant singulière, on trouve autant de philosophie que de philosophes. Tout penseur s’inscrit en effet comme singulier et surtout en rupture d’avec ses homologues. Dès lors, la philosophie ne possède pas un sens, mais doit plutôt s’apparenter à une orientation, une direction : philosopher c’est orienter sa vie vers une considération de soi et du monde, considération qui se veut introspective tout autant que rétrospective, mais qui entend également se charger de la construction d’un avenir. Philosopher c’est ainsi décider de soi. La réflexion doit donc s’allier intimement avec l’action : la philosophie est alors morale de vie.

    Et pourtant, et pourtant… Qui peut prétendre aujourd’hui avoir sa propre philosophie, savoir où il va et pourquoi il y va ? Qui peut même prétendre prendre le temps de philosopher ? Les philosophes ne sont-ils pas devenus des farfelus érudits que seule une élite consulte, et encore, pour entretenir sa tour d’ivoire (Kierkegaard) ?

    N’est-il pas plus aisé d’en rester aux prêts à penser délivrés par les médias, les politiques, la famille, les amis même ?

    Est-il seulement possible de philosopher au sens où nous l’avons décrit ci-avant ? Est-il possible, aujourd’hui, de ne pas suivre le mouvement, de construire sa propre définition, indépendamment de la société, des médias, des politiques, de la famille, des amis ?

    Si nous pouvons répondre par l’affirmative à cette question (à voir) quel sens (au sens Sartrien) cette réflexion et orientation auraient-elles ? Avancer à contre-courant ou en marge n’est-ce pas me condamner ? Me condamner à errer seul, à ce qu’on me considère comme un fou voire un homme dangereux pour la société. Et si nous faisions tous ce travail … à quelle vie le philosopher ne nous mène-t-il pas : le solipsisme résigné pour seule consolation ?

    Alors, à quoi sert-il de philosopher ? 

    Bientôt, sur ce site, le compte-rendu du café philo de Montargis qui était consacré à cette question.

     

    Lien permanent Catégories : "Cela a-t-il un sens de philosopher?", => Saison 2, Comptes-rendus des débats Imprimer
  • PREMIER CAFÉ PHILOSOPHIQUE DE LA NOUVELLE SAISON

    thanks.jpgClaire et Bruno remercient tous les participants pour ce premier café philosophique de cette deuxième saison. Cette séance, sur l'utilité de la philosophie aujourd'hui, nous a permis de commencer l'année sur de très bons auspices.

    Bientôt, sur ce site, le compte-rendu de cette séance.

     

    Lien permanent Catégories : "Cela a-t-il un sens de philosopher?", => Saison 2 Imprimer
  • PETIT COURS DE PHILOSOPHIE

    De la philosophie au philosopher ...

    http://pedagogie.ac-amiens.fr/philosophie/sujets/coursintro.htm.


    Lien permanent Catégories : "Cela a-t-il un sens de philosopher?", => Saison 2 Imprimer
  • PREMIER CAFÉ PHILOSOPHIQUE DE LA NOUVELLE SAISON

    Affiche cela a-t-il un sens de philosopher.jpgC’est le vendredi 29 octobre à 18h30 que se tiendra le premier café philosophique de la saison 2010-2011, à la brasserie du centre commercial de La Chaussée. Il portera sur ce thème : Cela a-t-il encore un sens de philosopher aujourd'hui ? 

    A cette occasion, il s’agira de commencer par se remettre en question et de réfléchir, ensemble, sur le sens d’un tel café. Plus précisément, les participants discuteront la question de savoir si cela a un sens de philosopher aujourd’hui.

    A l’heure où le prêt-à-penser fait fureur et où les dogmes sont légion, peut-on dire que la réflexion philosophique possède une signification, une direction, mieux une efficacité pratique ? N’est-ce pas beaucoup plus simple de se cantonner à l’opinion commune ? Inversement, ceux qui critiquent sans cesse, qui remettent tout en cause, sont-ils philosophes ?


    Pour la rentrée, Claire et Bruno proposent donc de réfléchir sur la réflexion... Vaste programme ! Ils vous attendent nombreux et motivés pour cette séance.


    Lien permanent Catégories : "Cela a-t-il un sens de philosopher?", => Saison 2 Imprimer
  • PROGRAMME DE LA SAISON 2010-2011

    philolivres.jpgLa rentrée du café philo de Montargis aura lieu le 29 octobre 2010. Pour cette nouvelle saison, le café philo a décidé de se tenir le vendredi à 18h30 à la brasserie du centre commercial de La Chaussée. Ce vendredi 29 octobre nous réfléchirons sur la question de savoir si cela a un sens de philosopher aujourd'hui.

    Les sujets des prochaines séances seront, comme la saison dernière, proposés ou choisis par les participants au débat. 

    Vous trouverez ci-dessous les dates programmées pour cette deuxième saison que nous espèrons riche et pertinente :

    29 octobre 2010, 18 h 30 : Cela a-t-il encore un sens de philosopher aujourd'hui ?

    26 novembre 2010, 18 h 30 

    17 décembre 2010, 18 h 30 : Café philo surprise

    28 janvier 2011, 18 h 30

    18 février 2011, 18 h 30

    01 avril 2011, 18 h 30 : Café philo spécial

    27 mai 2011, 18 h 30

    24 juin 2011, 18 h 30 : Le Café philo passe le bac

     

    Lien permanent Catégories : "Cela a-t-il un sens de philosopher?", => Saison 2 Imprimer
  • PROCHAINES ANIMATIONS A LA CHAUSSÉE

    Logo La Chaussée.JPGLe Café philosophique de Montargis reprendra ses activités à la Brasserie du Centre Commercial de la Chaussée à la mi-octobre (date précisée ultérieurement par voie de presse et affichage) sur le thème : "cela a-t-il un sens de philosopher aujourd'hui ?".

    Le Café Littéraire de la Chaussée poursuivra son programme 2010 à la Brasserie du Centre Commercial de la Chaussée, dès la rentrée, avec les trois soirées suivantes :

    Vendredi 10 Septembre, 18H : "Personnalités historiques du Gâtinais", avec Paul Marq pour son livre Louis-Marie de la Haye de Cormenin et Roland Vouette pour son livre Louis de Blanchefort (Editions de l'Ecluse, collection Les Biographies gâtinaises).

    Vendredi 8 Octobre, 18H : "Ecriture au féminin", avec Pénélope Douet pour son roman Poussières de solitude (Edilivre), Sylvie Oussenko pour son recueil de poèmes Pèlerinages (Editions France Univers) et Colette Péaud pour son livre témoignage 25 ans à Radio Chalette (Plumes Libres Editions). En présence de Roland Duval (Suites féminines, Editions de l'Ecluse).

    Vendredi 12 Novembre, 18H : "Du jardin à la plume", avec Guylaine Goulfier de l'AMAP de Moquepoix, pour son livre Le potager bio (Editions Artémis) et la participation de l'APAGEH, avec Daniel Lmarque, jardinier-poète au Jardin Bio des Closiers.

    Scoop ! Le tout nouveau Café vidéo-images de la Chaussée se déroulera pour la première fois à la Brasserie du Centre Commercial de la Chaussée, dimanche 19 septembre à 16 H avec une présentation des deux prochains triathlons vidéo du Loiret (« Week end de ouf de Chécy » du 1 au 3 octobre et « Triathlon vidéo de Montargis, 42 H pour un court » du 15 au 17 octobre), un casting pour participer à des tournages de court métrages dans le cadre de ces événements et un « focus » sur le court métrage en Pologne (avec projection).

    Les objectifs de ce Café vidéo-images sont de faire découvrir des festivals tels qu'« Optica » (Paris), le « Festival Vidéo » d'Orléans ou encore « Clap » à Sens, d'offrir un lieu d'expression aux créateurs locaux et de faire découvrir des créateurs de court métrages qui ne sont jamais programmés à la télévision. Cette nouvelle animation se met en place avec le partenariat de l'équipe de l'émission Tout Ciné de Radio Chalette.

     

    Lien permanent Catégories : "Cela a-t-il un sens de philosopher?", => Saison 2, Quartier de La Chaussée / Montargis et sa région Imprimer
  • LA PHILOSOPHIE COUPÉE DES RÉALITÉS ?

    L'actualité offre souvent de très bons ferments pour la philosophie : preuve en est cet article récent du quotidien français Le Monde. Aline Louangvannasy, professeur de philosophie, réagit à une critique d'un député qui fustigeait les "philosophes coupés des réalités".

    Cet échange illustre à point nommé le sujet du prochain débat du café philosophie de Montargis.

    Lire l'article ici.

     

    Lien permanent Catégories : "Cela a-t-il un sens de philosopher?", => Saison 2, Documents Imprimer
  • PREMIER CAFÉ PHILOSOPHIQUE DE LA DEUXIÈME SAISON

    Premier débat de la deuxième saison du café philosophique de Montargis : "Cela a-t-il un sens de philosopher aujourd'hui ?"

    Première séance à partir de la deuxième quinzaine d'octobre.

    A bientôt.

     

    Lien permanent Catégories : "Cela a-t-il un sens de philosopher?", => Saison 2 Imprimer