Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

[17] "La vie n'est-elle qu'une suite de hasards?"

  • COMPTE RENDU DE LA DERNIÈRE SÉANCE

    Thème du débat : "La vie n'est-elle qu'une suite de hasards ?"

    Date : 30 septembre 2011 à la Brasserie du centre commercial de la Chaussée.

    Environ 45 personnes étaient présentes pour ce premier café philosophique de la saison. Le sujet choisi était particulièrement ardu puisqu’il portait sur le hasard, un concept, dit Bruno, qui a toujours posé problème aux philosophes, lorsqu’il n’a pas été purement et simplement dénié. Pourquoi cette négation ?

    café philosophique de montargis,philo,philosophie,montargisClaire et Bruno proposent de partir d’un exemple. Anne-Marie est une femme qui a des années vécue seule. Elle a fait confiance à sa bonne étoile pour trouver une personne avec qui elle vivrait mais force est de constater que sa destinée ne lui a pas été favorable. Si bien que, jusque vers l’âge de quarante ans, elle reste célibataire. Un jour, un banal accrochage de voiture inopinée la conduit à la gendarmerie. Elle se retrouve nez à nez avec un homme qui ne la laisse pas indifférente. Répondant à son invitation, elle accepte de le revoir, commençant une idylle et une nouvelle vie : "le hasard fait bien les choses", dira-t-elle à leur mariage ! Anne-Marie et cet homme – nous l’appellerons Paul – se marient et vivent ensemble une dizaine d’années, des années heureuses qui confortent Anne-Marie dans sa vision d’une bonne étoile protectrice. Un soir, cependant, la gendarmerie où travaille Paul l’appelle : un accident de voiture a eu lieu. Son mari vient de décéder : une nouvelle fois, le hasard a frappé a sa porte. Un hasard tragique, cette fois.

    Le hasard fait-il les choses ? Il semble y avoir une contradiction à dire cela. Le hasard c’est la contingence. Alors, plutôt que de hasard, peut-on parler ici de prédestination comme guide de l’action guidée par une intelligence supérieure derrière cette suite d’événements ?

    café philosophique de montargis,philo,philosophie,montargisUne première participante émet l’avis que selon elle "rien n’arrive par hasard" (une première négation du hasard) : chacun a un rôle à jouer dans sa vie, même si nous n’en sommes pas conscients. Cette opinion est contestée par plusieurs autres participants qui donnent au hasard une place importante, sans toutefois faire du hasard l’alpha et l’oméga de notre existence : le monde ne serait pas qu’un "vaste chantier sans architecte et sans fin" comme le sous-entendait le poète épicurien du Ier siècle av. J.C. Lucrèce !

    Qu’est-ce donc que le hasard ? Une suite d’événements chaotiques ? La manifestation d’une intelligence supérieure qui nous guiderait tels des pantins ? Finalement, le hasard ne serait que l’interprétation d’événements chaotiques et/ou incompréhensibles (Freud). Ainsi, un participant évoque l’exemple de la naissance du genre humain, provoquée par la chute "hasardeuse" d’une météorite. À cette remarque, un autre participant rebondit en s’interrogeant s’il ne s’agit pas de "science" plutôt que de hasard. Tout est histoire d’interprétation.

    café philosophique de montargis,philo,philosophie,montargisLe hasard ne serait-il donc pas l’ennemi de la raison ? Les philosophes auraient tendance à le penser, tant le hasard, "ce mal-aimé", leur a donné du fil à retordre. Bruno rappelle l’étymologie du terme : le mot hasard tire son origine de l’arabe "az-zahr", le jeu de dés. De ce mot, on en a tiré un autre : "as", le premier chiffre de ce jeu de dés (cf. également cet article).

    Force est de constater que les philosophes n’aiment pas le hasard : face au chaos originel, au désordre, au hasard, l’intelligence humaine répond par le savoir, la science, la compréhension : "Au commencement était le chaos, puis vint l'intelligence qui débrouilla tout" (Anaxagore). Pour Confucius, "La vie de l'homme dépend de sa volonté ; sans volonté, elle serait abandonnée au hasard."  Vain combat, tant le hasard s’entête à guider des pans entiers de notre existence.

    Si la vie est une suite de hasards ou même s’il faut composer avec lui, alors la liberté n’existe pas. Qu’est-ce que le libre-arbitre ? On ne peut donc pas rationnellement se soumettre au seul hasard. D’ailleurs, pour Démocrite, "Tout ce qui existe dans l'univers est le fruit du hasard et de la nécessité." Les penseurs ont très vite cherché à repousser la place du hasard, synonyme de chaos et de désordre, comme de la Fortuna (ou "la Fortune", qui distribue aveuglément coups du sort et bonheur). Leucippe, (v. -460 - -370) affirme ceci : "Aucune chose ne devient sans cause, mais tout est l'objet d'une loi [raison] (λόγος), et sous la contrainte de la nécessité". Plus tard, avec l’avènement du christianisme, les philosophes chrétiens voient dans Dieu le principe d’une nécessité souveraine abolissant le chaos et le hasard : "Ce que nous appelons le hasard n'est que notre incapacité à comprendre un degré d'ordre supérieur" dit Jean Guitton.

    café philosophique de montargis,philo,philosophie,montargisPour beaucoup de penseurs donc, le hasard est l’opposé de la raison, l’opposé de l’intelligence et la négation de la liberté. Ainsi, être libre c’est être le maître absolu omniscient et omniprésent de son action. C’est un ennemi tenace qui a la peau dure car on a beau "raboter le hasard il en reste toujours quelque chose".

    Un participant considère pourtant que le hasard fait partie intégrante de la raison et de la science. Darwin a ainsi fait du hasard une composante de sa théorie de l’évolution des espèces, ce qui n’a pas été sans lui donner des problème de conscience religieuse.

    Loin d’être ce trou noir inexorable, le hasard peut en outre être paré de toutes les vertus. On peut penser alors à ces jeux de hasard, si populaires ! Ne pourrait-on pas les identifier à cette Bonne Fortune (Fortuna) ancestrale chargée de distribuer les bienfaits sans distinction ? Une Bonne Fortune que l’on peut également parer – à tort ou à raison – des atours des statistiques ! 

    Finalement, le hasard, qu’il soit bienvenu ou non, est la condition de notre liberté. C’est à nous qu’il convient  soit de l’accueillir avec bienveillance, soit de l’affronter avec le courage sartrien ! C’est dans le sens que l’on donne à la situation que se trouve ou pas le hasard. L’action donc me dépasse ; mais attention à la mauvaise foi ! Claire propose que le vrai homme sage irait prendre jusqu’à la posture des Stoïciens pour qui l’on ne devrait se préoccuper que de ce qui dépend de nous et considérer comme négligeable ce qui nous échappe (et la mort en fait partie !). (Manuel d’Épictète) Une posture ambitieuse et difficilement réalisable.

    café philosophique de montargis,philo,philosophie,montargisPour les croyants ou ceux qui font confiance au pari de Pascal, le hasard peut être la manifestation voire la chance d’une puissance supérieure (un dieu ?). Dans tous les cas, le hasard (ou les hasards), pour chaotique qu’il apparaisse et parce qu’il sait nous surprendre, nous émouvoir (qu’on pense aux arts aléatoires : ce compte-rendu est d'ailleurs illustré de reproductions de peintures faisant appel à cela, cf. infra), nous heurter, doit être considéré et pensé avec étonnement. L’étonnement qui est, comme le disait Platon (Téétète), la première étape vers la philosophie !

    Ce café philosophique s’achève par le vote du thème du prochain débat. Le choix se porte sur ce sujet : "Mes passions sont-elles des entraves à ma liberté ?" Rendez-vous le 4 novembre 2011 à la Brasserie du centre commercial de la Chaussée, à 18H30.

    Philo-galerie

    Pour illustrer ce compte-rendu sur le hasard, nous avons choisi des reproductions de peintures faisant appel à l'aléatoire. L'une des jeunes artistes les plus douées de sa génération, Marlène Mocquet fait appel à cet aléatoire (notamment un travail sur les tâches de Rorschach) et à l'accident pour créer des oeuvres d'une grande richesse graphique. Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site Slash.fr

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Comptes-rendus des débats, Philo-galerie, [17] "La vie n'est-elle qu'une suite de hasards?" Imprimer
  • BIENTÔT, LE COMPTE-RENDU DU DERNIER CAFÉ PHILO

    Dans quelques jours, sur ce site, vous pourrez trouver le compte-rendu du premier café philosophique de cette saison. Cette séance portait sur ce sujet : "La vie n'est-elle qu'une suite de hasard ?"

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Comptes-rendus des débats, Vie du site, vie du café philo, [17] "La vie n'est-elle qu'une suite de hasards?" Imprimer
  • PRÉCISION SUPPLÉMENTAIRE APRÈS LE DÉBAT DU DERNIER CAFÉ PHILO

    GMED_68FCF49B-A0C5-4637-B7C6-2097FEF129BD.JPGAu cours du café philosophique du 30 septembre consacré au hasard, un participant a évoqué le rapport du neuropsychiatre Boris Cyrulnik consacré au suicide des enfants et remis à Jeannette Bougrab, secrétaire d’État chargée de la Jeunesse.

    Pour information, cette étude est parue aux éditions Odile Jacob sous le titre : Quand un Enfant se donne la Mort, Attachement et Sociétés.

    Ce livre est préfacé par Jeannette Bougrab. Préface en ligne sur ce lien.

    Plus de renseignements sur ce lien du secrétariat d’État.

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Documents, Quelques news en philo mais pas que, [17] "La vie n'est-elle qu'une suite de hasards?" Imprimer
  • MERCI AUX PARTICIPANTS DU DERNIER CAFÉ PHILOSOPHIQUE

    applause.gifLe premier café philosophique de la saison avait lieu hier vendredi 30 septembre. Il portait sur le hasard, sujet difficile s'il en est qui a attiré 45 personnes. Claire et Bruno tiennent à les remercier tous. 

    Bientôt, sur ce site, le compte-rendu de cette séance.

    Prochain débat le 4 novembre à 18H30 à la brasserie du centre commercial de la Chaussée. Le sujet choisi sera celui-ci : "Mes passions sont-elles des entraves à ma liberté ?".

    A bientôt.

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, [17] "La vie n'est-elle qu'une suite de hasards?" Imprimer
  • BIENTÔT LE PROCHAIN CAFÉ PHILOSOPHIQUE

    Le premier café philosophique de la saison aura lieu demain, vendredi 30 septembre à 18H30, à la brasserie du centre commercial de la Chaussée de Montargis.

    Claire et Bruno proposent pour ce premier rendez-vous de discuter d'un sujet particulièrement ardu : le hasard.

    Comme d'habitude, la participation est libre et gratuite.

    A bientôt.

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, [17] "La vie n'est-elle qu'une suite de hasards?" Imprimer
  • ARISTOTE ET LE HASARD

    aristote.jpg"§ 1. Parfois aussi on met le hasard et la spontanéité au rang des causes ; et l'on dit de bien des choses qu'elles sont produites, ou qu'elles existent, d'une manière spontanée et par hasard. Examinons donc de quelle façon il est possible de placer parmi les causes énumérées par nous le hasard et le spontané ; examinons de plus si fortune et spontanéité sont la même chose ou des choses différentes, en un mot, ce que c'est que spontanéité et hasard.

    § 2. Il y a des philosophes qui révoquent en doute l'existence du hasard, et qui soutiennent que rien ne se produit jamais par hasard, attendu que toutes les choses qu'on prend pour l'effet du hasard et qu'on croit spontanées, ont toujours une cause déterminée. Ainsi, disent-ils, quelqu'un va par hasard au marché, et il y rencontre une personne qu'il voulait joindre, mais qu'il ne pensait pas trouver là ; or, la cause de ce prétendu hasard, c'est la volonté qu'on avait d'aller au marché acheter quelque emplette. De même pour tous les autres cas qu'on attribue au hasard ; et en y regardant de près, on y découvre toujours une cause qui n'est pas du tout le hasard qu'on suppose.

    § 3. On ajoute que si en effet le hasard était quelque chose de si réel, il serait vraiment par trop étrange, et tout à fait incroyable, qu'aucun des anciens sages, en étudiant les causes de la production et de la destruction des choses, n'en eût pas dit un seul mot ; et l'on en conclut que ces sages étaient persuadés aussi que rien ne vient du hasard.

    § 4. Cependant ce silence même est fait pour étonner ; car il y a une foule de choses qui se produisent et qui sont par l'effet du hasard et spontanément; et bien qu'on n'ignore pas qu'on peut les rapporter chacune à quelqu'une des causes ordinaires, comme le veut cette maxime de la sagesse antique qui nie le hasard, cependant tout le monde n'en dit pas moins que certaines choses viennent du hasard et que d'autres n'en viennent pas.

    § 5. Il fallait donc que d'une façon ou d'une autre les sages dont nous venons de parler, fissent mention de ces doutes ; et parmi eux pourtant, personne n'a cru que le hasard fût un de ces principes : par exemple, ou l'Amour, ou la Haine, ou le feu, ou l'Intelligence, ou quelqu'autre principe analogue. Il est donc bien étrange que les sages n'aient pas admis le hasard ; ou s'ils le reconnaissaient, qu'ils l'aient si complètement passé sous silence.

    § 6. Plus d'une fois cependant ils en ont fait usage; et c'est ainsi qu' Empédocle prétend que l'air ne se secrète pas toujours dans la partie la plus haute du ciel, mais qu'il se secrète au hasard selon que cela se trouve. Dans sa cosmogonie, il dit en propres termes : « L'air alors court ainsi, mais parfois autrement. » Il dit encore que les parties des animaux sont presque toutes le produit d'un simple hasard.

    § 7. Il y en a d'autres qui rapportent le ciel tel que nous le voyons, et tous les phénomènes cosmiques à une cause toute spontanée. Selon eux, c'est le hasard qui a produit la rotation, ainsi que le mouvement qui a divisé les éléments et combiné l'univers entier, selon l'ordre où il est aujourd'hui.

    § 8. Mais c'est ici qu'il y a vraiment de quoi s'étonner; car on soutient que les animaux et les plantes ne doivent point leur existence et leur reproduction au hasard, et que la cause qui les engendre est ou la nature ou l'Intelligence, ou tel autre principe non moins relevé, attendu que la première chose venue ne nuit pas fortuitement d'un germe quelconque, mais que de tel germe c'est un olivier qui sort, tandis que de tel autre c'est un homme ; et en même temps on ose prétendre que le ciel et les choses les plus divines, parmi les phénomènes visibles, sont le produit spontané du hasard, et que leur cause n'est pas du tout analogue à celle qui produit les animaux et les plantes.

    § 9. Mais même en admettant qu'il en soit ainsi, un tel sujet pris à un tel point de vue mérite assurément qu'on s'y arrête, et il est bon d'en parler quelque peu ; car outre que cette opinion est absurde à bien d'autres égards, ce qu'il y a de plus absurde encore, c'est de la soutenir quand d'ailleurs on voit soi-même que rien dans le ciel ne se produit fortuitement, et que dans des phénomènes d'où l'on prétend exclure le hasard, il y a cependant beaucoup de choses qui sont produites par lui. Or, on devrait à ce qu'il semble, se former une opinion précisément contraire.

    § 10. Enfin il y a des philosophes qui, tout en faisant du hasard une cause, le regardent comme impénétrable à l'intelligence de l'homme, en tant que c'est quelque chose de divin et de réservé aux esprits et aux démons.

    § 11. Ainsi donc, il nous faut étudier ce que c'est que le hasard et le spontané ; il nous faut voir si c'est une seule et même chose ou des choses distinctes, et enfin comment ils rentrent dans les causes que nous avons reconnues et déterminées."

    Aristote, Physique, Livre II, chapitre 4

    Trad. J. Bathélémy Saint-Hilaire

    Source : http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/Aristote/phys2.htm

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Compilation de textes, Documents, Livres, [17] "La vie n'est-elle qu'une suite de hasards?" Imprimer
  • "PULP FICTION" : UN POLAR OÙ LE HASARD TIENT UNE PLACE CAPITALE



    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Documents, Vidéos/cinéma/TV, [17] "La vie n'est-elle qu'une suite de hasards?" Imprimer
  • QUAND L’ART UTILISE L’ALÉATOIRE

    John Cage, Cartridge Music. Rendez-vous également sur ce lien.

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Documents, Philo-galerie, Vidéos/cinéma/TV, [17] "La vie n'est-elle qu'une suite de hasards?" Imprimer
  • LA VIE N'EST-ELLE QU'UNE SUITE DE HASARDS ?

    Le vendredi 30 septembre à 18H30 à la Brasserie du centre commercial de la Chaussée, le café philosophique de Montargis fera sa rentrée. Le premier débat de cette troisième saison, choisi par les participants de la séance de juillet, aura pour titre : "La vie n'est-elle qu'une suite de hasards?"

    hasard_roulette_bille.jpgClaire et Bruno, les animateurs du café philo, proposeront de s’interroger sur les différentes significations du hasard : a-t-il un sens pour notre existence ? Ainsi, il faudra sans doute se pencher sur son possible pouvoir : le hasard fait-il si bien les choses ? Qu’est-ce, alors, à dire de ma liberté ? Puis-je en effet me définir comme causalité libre si je dois composer avec l’incontrôlable, le non maîtrisable ? Enfin, quelle philosophie de vie mettre en place face à cette notion de hasard ? Puis-je le prendre en compte ?

    Autant de questions qui seront discutées vendredi 30 septembre, à partir de 18 h 30, à la brasserie du centre commercial de La Chaussée. Participation libre et gratuite.

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, [17] "La vie n'est-elle qu'une suite de hasards?" Imprimer
  • RAPHAËL ENTHOVEN REÇOIT BAPTISTE MORIZOT ("PHILOSOPHIE" SUR ARTE)

    Raphaël Enthoven reçoit Baptiste Morizot autour d'une réflexion sur le "hasard" pour l'émission "Philosophie" sur Arte.

    Cliquez également sur ce lien.

    Cet article est déjà le 250e post du site Internet du Café philosophique de Montargis.

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, La valise philosophique, Vie du site, vie du café philo, [17] "La vie n'est-elle qu'une suite de hasards?" Imprimer
  • MACHIAVEL ET LA FORTUNE

    Chapitre XXV

    Combien, dans les choses humaines, la fortune a de pouvoir, et comment on peut y résister.

    "Je n'ignore point que bien des gens ont pensé et pensent encore que Dieu et la fortune régissent les choses de ce monde de telle manière que toute la prudence humaine ne peut en arrêter ni en régler le cours: d'où l'on peut conclure qu'il est inutile de s'en occuper avec tant de peine, et qu'il n'y a qu'à se soumettre et à laisser tout conduire par le sort. Cette opinion s'est surtout propagée de notre temps par une conséquence de cette variété de grands événements que nous avons cités, dont nous sommes encore témoins, et qu'il ne nous était pas possible de prévoir: aussi suis-je assez enclin à la partager.

    machiavel.jpgNéanmoins, ne pouvant admettre que notre libre arbitre soit réduit à rien, j'imagine qu'il peut être vrai que la fortune dispose de la moitié de nos actions, mais qu'elle en laisse à peu près l'autre moitié en notre pouvoir. Je la compare à un fleuve impétueux qui, lorsqu'il déborde, inonde les plaines, renverse les arbres et les édifices, enlève les terres d'un côté et les emporte vers un autre: tout fuit devant ses ravages, tout cède à sa fureur; rien n'y peut mettre obstacle. Cependant, et quelque redoutable qu'il soit, les hommes ne laissent pas, lorsque l'orage a cessé, de chercher à pouvoir s'en garantir par des digues, des chaussées et autres travaux: en sorte que, de nouvelles crues survenant, les eaux se trouvent contenues dans un canal, et ne puissent plus se répandre avec autant de liberté et causer d'aussi grands ravages. Il en est de même de la fortune qui montre surtout son pouvoir là où aucune résistance n'a été préparée et porte ses fureurs là où elle sait qu'il n'y a point d'obstacle disposé pour l'arrêter.

    Si l'on considère l'Italie, qui est le théâtre et la source des grands changements que nous avons vus et que nous voyons s'opérer, on trouvera qu'elle ressemble à une vaste campagne qui n'est garantie par aucune sorte de défense. Que si elle avait été prémunie, comme l'Allemagne, l'Espagne et la France, contre le torrent, elle n'en aurait pas été inondée, ou du moins elle n'en aurait pas autant souffert.

    Me bornant à ces idées générales sur la résistance qu'on peut opposer à la fortune, et venant à des observations plus particularisées, je remarque d'abord qu'il n'est pas extraordinaire de voir un prince prospérer un jour et déchoir le lendemain, sans néanmoins qu'il ait changé, soit de caractère, soit de conduite. Cela vient, ce me semble, de ce que j'ai déjà assez longuement établi, qu'un prince qui s'appuie entièrement sur la fortune tombe à mesure qu'elle varie. Il me semble encore qu'un prince est heureux ou malheureux, selon que sa conduite se trouve ou ne se trouve pas conforme au temps où il règne. Tous les hommes ont en vue un même but: la gloire et les richesses; mais dans tout ce qui a pour objet de parvenir à ce but, ils n'agissent pas tous de la même manière: les uns procèdent avec circonspection, les autres avec impétuosité; ceux-ci emploient la violence, ceux-là usent d'artifice; il en est qui sont patients, il en est aussi qui ne le sont pas du tout: ces diverses façons d'agir, quoique très différentes, peuvent également réussir. On voit d'ailleurs que de deux hommes qui suivent la même marche, l'un arrive et l'autre n'arrive pas; tandis qu'au contraire deux autres qui marchent très différemment, et, par exemple, l'un avec circonspection et l'autre avec impétuosité, parviennent néanmoins pareillement à leur terme: or d'où cela vient-il, si ce n'est de ce que les manières de procéder sont ou ne sont pas conformes aux temps ? C'est ce qui fait que deux actions différentes produisent un même effet, et que deux actions pareilles ont des résultats opposés. C'est pour cela encore que ce qui est bien ne l'est pas toujours. Ainsi, par exemple, un prince gouverne-t-il avec circonspection et patience: si la nature et les circonstances des temps sont telles que cette manière de gouverner soit bonne, il prospérera; mais il décherra, au contraire, si la nature et les circonstances des temps changeant, il ne change pas lui-même de système.

    Changer ainsi à propos, c'est ce que les hommes même les plus prudents ne savent point faire, soit parce qu'on ne peut agir contre son caractère, soit parce que, lorsqu'on a longtemps prospéré en suivant une certaine route, on ne peut se persuader qu'il soit bon d'en prendre une autre. Ainsi l'homme circonspect, ne sachant point être impétueux quand il le faudrait, est lui-même l'artisan de sa propre ruine. Si nous pouvions changer de caractère selon le temps et les circonstances, la fortune ne changerait jamais."

    Nicolas Machiavel, Le Prince, trad. Patrick Dupouey,

    Nathan, "Les intégrales de philo", 1998

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Compilation de textes, Documents, Livres, [17] "La vie n'est-elle qu'une suite de hasards?" Imprimer
  • NIETZSCHE : ZARATHOUSTRA OU LE HASARD DOMPTÉ

    Nietzsche187a.jpg"Zarathoustra le sans-dieu : – Je fais bouillir dans ma marmite tout ce qui est hasard. Et ce n'est que lorsque le hasard est cuit à point que je lui souhaite la bienvenue pour en faire ma nourriture. Et en vérité, maint hasard s'est approché de moi en maître : mais ma volonté lui parle de façon plus impérieuse encore, – et aussitôt il se mettait à genoux devant moi en me suppliant de lui donner asile et accueil cordial, et me parlant de manière flatteuse: Vois donc, Zarathoustra, il n'y a qu'un ami pour venir ainsi chez un ami !"

    Nietzsche, Ainsi parlait Zarathoustra, III, 5

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Compilation de textes, Documents, Livres, [17] "La vie n'est-elle qu'une suite de hasards?" Imprimer
  • HASARD ET NÉCESSITÉ – CONTINGENCE ET DARWINISME

    cournot.jpg"Le même jardinier fait des semis à tout hasard, et parmi le plus grand nombre des variétés individuelles qui résultent fortuitement des diverses dispositions des germes, combinées avec des influences accidentelles de l’atmosphère et du sol, il s’en trouve quelques unes qui réunissent les conditions de propagation, en ce sens que le cultivateur a intérêt à les propager, de préférence aux autres qu’il sacrifie. Les individus conservés en produisent à leur tour une multitude d’autres, parmi lesquels on tire encore ceux qui, par des circonstances fortuites, réunissent à un plus haut degré les qualités que l’on prisait dans leurs ancêtres, qualités qui vont ainsi se consolidant et se prononçant de plus en plus par les transmissions successives d’une génération à l’autre : et par là s’explique la formation des races cultivées, qui sont comme les types nouveaux, artificiellement substitués à ceux de la nature sauvage. Cet exemple peut donner l’idée de la part du hasard et de la multiplication indéfinies des combinaisons fortuites de l’établissement de l’ordre final et des harmonies qui s’y remarquent."

    Antoine Augustin Cournot, Essai sur les Fondements de nos Connaissances,

    1851. éd. Hachette, 1922, p. 93

    Merci à Guy-Louis pour ce texte.

    Plus d'informations ici.

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Compilation de textes, Documents, Livres, [17] "La vie n'est-elle qu'une suite de hasards?" Imprimer
  • "AU HASARD, BALTHAZAR" DE ROBERT BRESSON

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Documents, Vidéos/cinéma/TV, [17] "La vie n'est-elle qu'une suite de hasards?" Imprimer
  • LA VALISE PHILOSOPHIQUE DU MOIS

    3271480587.jpgPour cette troisième saison, le café philosophique de Montargis reprend la Valise philosophique du mois (colonne de droite) : dans cette rubrique, nous avons sélectionné des documents (textes, musiques et vidéos) sur le prochain café philosophique : "La vie n'est-elle qu'une suite de hasards ?". date de cette première séance de cette saison : le 30 septembre à 18H30 à la Brasserie du centre commercial de la Chaussée de Montargis.

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Documents, La valise philosophique, Vie du site, vie du café philo, [17] "La vie n'est-elle qu'une suite de hasards?" Imprimer