Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • "LA PHILOSOPHIE AU COMPTOIR" : "FAUT-IL TROUVER UN SENS A CHAQUE CHOSE ?"

    2169674636.jpgLa prochaine émission de "La Philosophie au Comptoir" (et la dernière de cette saison) sera diffusée le lundi 30 juin à 20 heures sur les ondes de radio C2L. 

    Cette émission, présentée par Claire et Bruno, avec Pascal à la réalisation, verra l'intervention de quatre élèves de Terminale littéraire du Lycée Saint-François de Sales de Gien.

    Pour en savoir plus, c'est ici.

     

    Lien permanent Catégories : "Faut-il trouver un sens à chaque chose?", "La Philosophie au Comptoir", =>Saison 5, Radio Imprimer
  • PROCHAIN NUMÉRO DE LA PHILOSOPHIE AU COMPTOIR : "FAUT-IL TROUVER UN SENS A CHAQUE CHOSE?"

    10373607_10152055748132504_1569861422607771061_n.jpgClaire et Bruno proposent le lundi 30 juin 2014 un nouveau numéro de "La Philosophie au Comptoir", sur C2L (89.3 et sur c2l-radio.fr). Pascal Weber est à la réalisation.

    Cette émission, intitulée "Faut-il trouver un sens à chaque chose?", est basée sur la séance du café philosophique de Montargis du 9 mai 2014.

    Claire et Bruno discuteront pendant cette émission avec quatre lycéennes du lycée Saint-François de Sales de Gien, co-animatrice de ce café philo.

     

    Lien permanent Catégories : "Faut-il trouver un sens à chaque chose?", "La Philosophie au Comptoir", =>Saison 5, Radio Imprimer
  • COUP DE PROJECTEUR SUR LE CAFÉ-VIDÉO DE MONTARGIS

    L'association Art et Culture Montargis propose son 4ème café-vidéo de la saison, le vendredi 20 juin au Belman (Hôtel de France),à Montargis, à 20 heures.

    virginie et paul.jpgAu programme de cette édition :

    Virginie et Paul de Delphine Poudou, en présence de la réalisatrice, avec Julien Boisselier (court-métrage présenté au Festival de Cannes 2014) ;

    - Braquosses de Fred Avril, en présence du réalisateur, avec Michel Crémadès (une partie de ce court-métrage a été tournée dans les souterrains du Château de Montargis) ;

    - Macadam Boy de Rémy Mausservey, en sa présence ;

    - Les Sauvages d'Emmanuel Cacheux, en sa présence et en celle de plusieurs de ses jeunes acteurs ;

    - Mort aux Vaches de Sandrine Ravel, en sa présence ;

    - et plusieurs autres courts-métrages d'amateurs montargois.

    Et, comme d'habitude, cette soirée sera l'occasion d'échanges passionnés et passionnants entre le public et les réalisateurs et membres des équipes.

    Plus d'infos sur le site Internet du Café culturel de Montargis

     

    Lien permanent Catégories : Quartier de La Chaussée / Montargis et sa région Imprimer
  • SANS COMMENTAIRE

    sans commentaire.PNG

     

    Lien permanent Catégories : Sans commentaires Imprimer
  • LES SUJETS DE PHILOSOPHIE AU BACCALAURÉAT

    Série L : Littéraire (coef 7)

    Sujet 1 : Les œuvres d'art éduquent-elles notre perception ?

    Sujet 2 : Doit-on tout faire pour être heureux ?

    Sujet 3, explication de texte : Karl Popper, La Connaissance objective, 1972

    Télécharger ici les sujets de Terminale L

     

    Série ES : Economique (coef 4)

    Sujet 1 : Suffit-il d'avoir le choix pour être libre ?

    Sujet 2 : Pourquoi chercher à se connaître soi-même ?

    Sujet 3, explication de texte : Hannah Arendt, Condition de l’Homme moderne, 1958

    Télécharger ici les sujets de Terminale ES

     

    Série S : Scientifique (coef 3)

    Sujet 1 : Vivons-nous pour être heureux ?

    Sujet 2 : L'artiste est-il maître de son œuvre ?

    Sujet 3, explication de texte : René Descartes, Règles pour la Direction de l’Esprit, 1628

    Télécharger ici les sujets de Terminale S

     

    Bac Techno STMG 2014 (coef 2)

    Sujet 1 : Les échanges sont-ils toujours intéressés ?

    Sujet 2 : Une vérité peut-elle être définitive ?

    Sujet 3 : Commentaire de texte sur un extrait du Gorgias de Platon.

    Télécharger ici les sujets de Terminale Techno STMG

     

    Bac Techno TMD (coef 3)

    Sujet 1 : La diversité des cultures fait-elle obstacle à l’unité du genre humain ?

    Sujet 2 : Peut-on être indifférent à la vérité ?

    Sujet 3, explication de texte : KANT, Doctrine de la vertu, 1795.

     

    Lien permanent Catégories : Cours, études et pédagogie, Documents, Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • PLUS QUE QUELQUES HEURES...

    bac.jpgA quelques heures de l'épreuve de philosophie, nous avons une grosse pensée pour les milliers de bacheliers qui vont plancher ce lundi matin.

    Retrouvez sur ce lien les sujets qui pourraient tomber.

    Bientôt, sur ce site, vous retrouverez les sujets proposés aux élèves de Terminale cette année.

     

    Lien permanent Catégories : Cours, études et pédagogie, Documents, Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • CAFÉ PHILO DU 13 JUIN 2014 : PORT-FOLIO

     

    Lien permanent Catégories : "Avons-nous ce que nous méritons?", =>Saison 5, Portfolio, Vie du site, vie du café philo Imprimer
  • MERCI AUX PARTICIPANTS DE LA SÉANCE DU 13 JUIN 2014, LA DERNIÈRE SÉANCE DE LA SAISON 5

    applause.gif

    Le café philosophique de Montargis a réuni pour sa séance du 13 juin 2014 septembre environ 60 personnes. Le débat s'intitulait : "Avons-nous ce que nous méritons?"

    Il s'agissait de la dernière séance de cette saison 5.

    Claire et Bruno tiennent à remercier les personnes présentes mais aussi tous les soutiens du café philo cette année : les fidèles et les intervenants de nos séances, mais aussi la Brasserie du centre Commercial de la Chaussée, Radio C2L, Pascal Weber qui a rejoint pleinement notre équipe cette année, sans oublier l'AGART d'Amilly, On Va Sortir Orléans, Les Bons Plans de Montargis, Gâtinais-info, L’Éclaireur du Gâtinais, La République du Centre, pour ne citer que ceux-ci. 

    Bientôt, sur ce site, vous retrouverez comme d'habitude le compte-rendu de la dernière séance de cette saison.

    La prochaine séance du café philosophique de Montargis, et la première de la saison 6, aura lieu le vendredi 26 septembre 2014 à 19 heures, à la Brasserie du Centre commercial de la Chaussée pour un débat intitulé : "Existe-t-on quand personne ne nous regarde?

    Notez également que la seconde émission de "La Philosophie au Comptoir" aura lieu le lundi 30 juin à 20 heures su C2L. Titre de cette nouvelle émission du café philo : "Faut-il donner un sens à chaque chose?"

     

    Lien permanent Catégories : "Avons-nous ce que nous méritons?", "Existe-t-on quand personne ne nous regarde?", "La Philosophie au Comptoir", =>Saison 5, =>Saison 6, Radio Imprimer
  • MARX : CE N'EST PAS LA CONSCIENCE DES HOMMES QUI DÉTERMINE LEUR ÊTRE

    marx.jpg"Dans la production sociale de leur existence, les hommes nouent des rapports déterminés, nécessaires, indépendants de leur volonté ; ces rapports de production correspondent à un degré donné du développement de leurs forces productives matérielles. L'ensemble de ces rapports forme ; la structure économique de la société, la fondation réelle sur laquelle s'élève un édifice juridique et politique, et à quoi répondent des formes déterminées de la conscience sociale. Le mode de production de la vie matérielle domine en général le développement de la vie sociale, politique et intellectuelle. Ce n'est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c'est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience. A un certain degré de leur développement, les forces productives matérielles de la société entrent en collision avec les rapports de production existants, ou avec les rapports de propriété au sein desquels elles s'étaient mues jusqu'alors, et qui n'en sont que l'expression juridique. Hier encore formes de développement des forces productives, ces conditions se changent en de lourdes entraves. 

    Alors commence une ère de révolution sociale. Le changement dans les fondations économiques s'accompagne d'un bouleversement plus ou moins rapide dans tout cet énorme édifice. Quand on considère ce bouleversements il faut toujours distinguer deux ordres de choses. Il y a le bouleversement matériel des conditions de production économique. On doit le constater dans l'esprit de rigueur des sciences naturelles. Mais il y a aussi les formes juridiques, politiques, religieuses, artistiques, philosophiques, bref les formes idéologiques, dans lesquelles les hommes prennent conscience de ce conflit et le poussent jusqu'au bout."

    Karl Marx, Critique de l'Économie politique (1859)

     

    Lien permanent Catégories : "Avons-nous ce que nous méritons?", =>Saison 5, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • MACHIAVEL: LE PRINCE

    machiavel.jpg"Je n'ignore point que bien des gens ont pensé et pensent encore que Dieu et la fortune régissent les choses de ce monde de telle manière que toute la prudence humaine ne peut en arrêter ni en régler le cours: d'où l'on peut conclure qu'il est inutile de s'en occuper avec tant de peine, et qu'il n'y a qu'à se soumettre et à laisser tout conduire par le sort. Cette opinion s'est surtout propagée de notre temps par une conséquence de cette variété de grands événements que nous avons cités, dont nous sommes encore témoins, et qu'il ne nous était pas possible de prévoir: aussi suis-je assez enclin à la partager.

    Néanmoins, ne pouvant admettre que notre libre arbitre soit réduit à rien, j'imagine qu'il peut être vrai que la fortune dispose de la moitié de nos actions, mais qu'elle en laisse à peu près l'autre moitié en notre pouvoir. Je la compare à un fleuve. impétueux qui, lorsqu'il déborde, inonde les plaines, renverse les arbres et les édifices, enlève les terres d'un côté et les emporte vers un autre: tout fuit devant ses ravages, tout cède à sa fureur; rien n'y peut mettre obstacle. Cependant, et quelque redoutable qu'il soit, les hommes ne laissent pas, lorsque l'orage a cessé, de chercher à pouvoir s'en garantir par des digues, des chaussées et autres travaux: en sorte que, de nouvelles crues survenant, les eaux se trouvent contenues dans un canal, et ne puissent plus se répandre avec autant de liberté et causer d'aussi grands ravages. Il en est de même de la fortune qui montre surtout son pouvoir là où aucune résistance n'a été préparée et porte ses fureurs là où elle sait qu'il n'y a point d'obstacle disposé pour l'arrêter.

    Si l'on considère l'Italie, qui est le théâtre et la source des grands changements que nous avons vus et que nous voyons s'opérer, on trouvera qu'elle ressemble à une vaste campagne qui n'est garantie par aucune sorte de défense. Que si elle avait été prémunie, comme l'Allemagne, l'Espagne et la France, contre le torrent, elle n'en aurait pas été inondée, ou du moins elle n'en aurait pas autant souffert.

    Me bornant à ces idées générales sur la résistance qu'on peut opposer à la fortune, et venant à des observations plus particularisées, je remarque d'abord qu'il n'est pas extraordinaire de voir un prince prospérer un jour et déchoir le lendemain, sans néanmoins qu'il ait changé, soit de caractère, soit de conduite. Cela vient, ce me semble, de ce que j'ai déjà assez longuement établi, qu'un prince qui s'appuie entièrement sur la fortune tombe à mesure qu'elle varie. Il me semble encore qu'un prince est heureux ou malheureux, selon que sa conduite se trouve ou ne se trouve pas conforme au temps où il règne. Tous les hommes ont en vue un même but: la gloire et les richesses; mais dans tout ce qui a pour objet de parvenir à ce but, ils n'agissent pas tous de la même manière: les uns procèdent avec circonspection, les autres avec impétuosité; ceux-ci emploient la violence, ceux-là usent d'artifice; il en est qui sont patients, il en est aussi qui ne le sont pas du tout: ces diverses façons d'agir, quoique très différentes, peuvent également réussir. On voit d'ailleurs que de deux hommes qui suivent la même marche, l'un arrive et l'autre n'arrive pas; tandis qu'au contraire deux autres qui marchent très différemment, et, par exemple, l'un avec circonspection et l'autre avec impétuosité, parviennent néanmoins pareillement à leur terme: or d'où cela vient-il, si ce n'est de ce que les manières de procéder sont ou ne sont pas conformes aux temps? C'est ce qui fait que deux actions différentes produisent un même effet, et que deux actions pareilles ont des résultats opposés. C'est pour cela encore que ce qui est bien ne l'est pas toujours. Ainsi, par exemple, un prince gouverne-t-il avec circonspection et patience: si la nature et les circonstances des temps sont telles que cette manière de gouverner soit bonne, il prospérera; mais il décherra, au contraire, si la nature et les circonstances des temps changeant, il ne change pas lui-même de système.

    Changer ainsi à propos, c'est ce que les hommes même les plus prudents ne savent point faire, soit parce qu'on ne peut agir contre son caractère, soit parce que, lorsqu'on a longtemps prospéré en suivant une certaine route, on ne peut se persuader qu'il soit bon d'en prendre une autre. Ainsi l'homme circonspect, ne sachant point être impétueux quand il le faudrait, est lui-même l'artisan de sa propre ruine. Si nous pouvions changer de caractère selon le temps et les circonstances, la fortune ne changerait jamais."

    Nicolas Machiavel, Le Prince (1513)

     

    Lien permanent Catégories : "Avons-nous ce que nous méritons?", =>Saison 5, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • "C'EST VRAIMENT TROP INJUSTE..."

     Lien externe

     

    Lien permanent Catégories : "Avons-nous ce que nous méritons?", =>Saison 5, Documents, Vidéos/cinéma/TV Imprimer
  • NIETZSCHE : LE LIBRE-ARBITRE

    libre arbitre.jpg"Il ne nous reste aujourd'hui plus aucune espèce d'indulgence pour l'idée du "libre arbitre" ; nous savons trop bien ce que c'est : le tour de passe-passe théologique le plus suspect qu'il y ait, pour rendre l'humanité "responsable" à la façon des théologiens ; ce qui veut dire : pour rendre l'humanité dépendante des théologiens... Je ne fais que donner ici la psychologie de cette tendance à vouloir rendre responsable. Partout où l'on cherche à établir les responsabilités, c'est généralement l’instinct de punir et de juger qui est à l’œuvre.  On a dépouillé le devenir de son innocence, lorsque l'on a ramené à une volonté, à des intentions, à des actes de responsabilité, le fait d'être de telle ou telle manière : la doctrine de la volonté a été principalement inventée à des fins de châtiment, c'est-à-dire avec l'intention de trouver coupable. Toute l'ancienne psychologie, la psychologie de la volonté, n'existe que par le fait que ses inventeurs, les prêtres, chefs des communautés anciennes, voulurent se créer le droit d'infliger une peine, ou plutôt qu'ils voulurent donner ce droit à Dieu... Les hommes ont été considérés comme « libres », pour pouvoir être jugés et punis, pour pouvoir être coupables : par conséquent toute action devait être regardée comme voulue, l'origine de toute action comme se trouvant dans la conscience."

    Friedrich Nietzsche, Le Crépuscule des Idoles (1889)

     

    Lien permanent Catégories : "Avons-nous ce que nous méritons?", =>Saison 5, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • MAUPASSANT : BEL-AMI OU L'OPPORTUNISTE

    bel ami.JPGIls arrivaient au dernier salon, et en face d'eux s'ouvrait la serre, un large jardin d'hiver plein de grands arbres des pays chauds abritant des massifs de fleurs rares. En entrant sous cette verdure sombre où la lumière glissait comme une ondée d'argent, on respirait la fraîcheur tiède de la terre humide et un souffle lourd de parfums. C'était une étrange sensation douce, malsaine et charmante, de nature factice, énervante et molle. On marchait sur des tapis tout pareils à de la mousse entre deux épais massifs d'arbustes. Soudain Du Roy aperçut à sa gauche, sous un large dôme de palmiers, un vaste bassin de marbre blanc où l'on aurait pu se baigner et sur les bords duquel quatre grands cygnes en faïence de Delft laissaient tomber l'eau de leurs becs entrouverts.

    Le fond du bassin était sablé de poudre d'or et l'on voyait nager dedans quelques énormes poissons rouges, bizarres monstres chinois aux yeux saillants, aux écailles bordées de bleu, sortes de mandarins des ondes qui rappelaient, errants et suspendus ainsi sur ce fond d'or, les étranges broderies de là-bas. 

    Le journaliste s'arrêta le cœur battant. Il se disait : 

    "Voilà, voilà du luxe. Voilà les maisons où il faut vivre. D'autres y sont parvenus. Pourquoi n'y arriverais-je point ? " Il songeait aux moyens, n'en trouvait pas sur-le-champ, et s'irritait de son impuissance. 

    Sa compagne ne parlait plus, un peu songeuse. Il la regarda de côté et il pensa encore une fois : "Il suffisait pourtant d'épouser cette marionnette de chair."

    Guy de Maupassant, Bel-Ami (1885)

     

    Lien permanent Catégories : "Avons-nous ce que nous méritons?", =>Saison 5, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • ZOLA : LES LOIS DE L’HÉRÉDITÉ

    rougon.gif“Je veux expliquer comment une famille, un petit groupe d’êtres, se comporte dans une société, en s’épanouissant pour donner naissance à dix, à vingt individus, qui paraissent, au premier coup d'oeil, profondément dissemblables, mais que l’analyse montre intimement liés les uns aux autres. L’hérédité a ses lois, comme la pesanteur.”

    Emile Zola, La Forune des Rougon, préface (1871)

     

    Lien permanent Catégories : "Avons-nous ce que nous méritons?", =>Saison 5, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer