Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • ALAIN : QUI A CHOISI ?

    307-le-choix-decisif.jpg"Qui est-ce qui a choisi ? Je le demande. Personne n'a choisi, puisque nous sommes tous d'abord des enfants. Personne n'a choisi, mais tous ont fait d'abord; ainsi les vocations résultent de la nature et des circonstances. C'est pourquoi ceux qui délibèrent ne décident jamais; et il n'est rien de plus ridicule que les analyses de l'école, où l'on pèse les motifs et mobiles; c'est ainsi qu'une légende abstraite, et qui sent le grammairien, nous représente Hercule choisissant entre le vice et la vertu. Nul ne choisit; tous sont en marche et tous les chemins sont bons. L'art de vivre consiste d'abord, il me semble, à ne se point quereller soi-même sur le parti qu'on a pris ni sur le métier qu'on fait. Non pas, mais le faire bien. Nous voudrions voir une fatalité dans ces choix que nous trouvons faits et que nous n'avons pas faits; mais ces choix ne nous engagent point, car il n'y a point de mauvais lot; tout lot est bon si l'on veut le rendre bon. Il n'y a rien qui marque mieux la faiblesse que de discuter sur sa propre nature; nul n'a le choix; mais une nature est assez riche pour contenter le plus ambitieux. Faire de nécessité vertu est le beau et grand travail."

    Alain, Propos 

     

    Lien permanent Catégories : "Avons-nous ce que nous méritons?", =>Saison 5 Imprimer
  • DESCARTES : AVONS-NOUS LA MAÎTRISE DE NOTRE DESTIN?

    destin.jpg"Il faut (donc) entièrement rejeter l'opinion vulgaire qu'il y a hors de nous une fortune qui fait que les choses arrivent ou n'arrivent pas, selon son plaisir, et savoir que tout est conduit par la Providence divine, dont le décret éternel est tellement infaillible et immuable, qu'excepté les choses que ce même décret a voulu dépendre de notre libre arbitre, nous devons penser qu'à notre égard il n'arrive rien qui ne soit nécessaire et comme fatal, en sorte que nous ne pouvons sans erreur désirer qu'il arrive d'autre façon. Mais parce que la plupart de nos désirs s'étendent à des choses qui ne dépendent pas toutes de nous ni toutes d'autrui, nous devons exactement distinguer entre elles ce qui ne dépend que de nous, afin de n'étendre notre désir qu'à cela seul ; et pour le surplus, encore que nous en devions estimer le succès entièrement fatal et immuable, afin que notre désir ne s'y occupe point, nous ne devons pas laisser de considérer les raisons qui le font plus ou moins espérer, afin qu'elles servent à régler nos actions : car, par exemple, si nous avons affaire en quelque lieu où nous puissions aller par deux divers chemins, l'un desquels ait coutume d'être beaucoup plus sûr que l'autre, bien que peut-être le décret de la Providence soit tel que si nous allons par le chemin qu'on estime le plus sûr nous ne manquerons pas d'y être volés, et qu'au contraire nous pourrons passer par l'autre sans aucun danger, nous ne devons pas pour cela être indifférents à choisir l'un ou l'autre, ni nous reposer sur la fatalité immuable de ce décret ; ...mais la raison veut que nous choisissions le chemin qui a coutume d'être le plus sûr ; et notre désir doit être accompli touchant cela lorsque nous l'avons suivi, quelque mal qu'il nous en soit arrivé, à cause que ce mal ayant été à notre égard inévitable, nous n'avons eu aucun sujet de souhaiter d'en être exempts, mais seulement de faire tout le mieux que notre entendement a pu connaître, ainsi que je suppose que nous avons fait. Et il est certain que lorsqu'on s'exerce à distinguer ainsi la fatalité de la fortune, on s'accoutume aisément à régler ses désirs en telle sorte que, d'autant que leur accomplissement ne dépend que de nous, ils peuvent toujours nous donner une entière satisfaction."

    René Descartes, Les Passions de l'Âme (1649)

     

    Lien permanent Catégories : "Avons-nous ce que nous méritons?", =>Saison 5, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • NIETZSCHE : "PERSONNE N'EST RESPONSABLE DU FAIT QUE L'HOMME EXISTE"

    Andre_Kertesz_Distortion.jpg"Personne n'est responsable du fait que l'homme existe, qu'il est conformé de telle ou telle façon, qu'il se trouve dans telles conditions, dans tel milieu. La fatalité de son être n'est pas à séparer de la fatalité de tout ce qui fut et de tout ce qui sera. L'homme n'est pas la conséquence d'une intention propre, d'une volonté, d'un but ; avec lui on ne fait pas d'essai pour atteindre un "idéal d'humanité", un "idéal de bonheur", ou bien un "idéal de moralité", — il est absurde de vouloir faire dévier son être vers un but quelconque. Nous avons inventé l'idée de "but" : dans la réalité le "but" manque... On est nécessaire, on est un morceau de destinée, on fait partie du tout, on est dans le tout, — il n'y a rien qui pourrait juger, mesurer, comparer, condamner notre existence, car se serait là juger, mesurer, comparer et condamner le tout... Mais il n'y a rien en dehors du tout !"

    Friedrich Nietzsche, Le Crépuscule des Idoles (1888)

     

    Lien permanent Catégories : "Avons-nous ce que nous méritons?", =>Saison 5, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • PROCHAIN NUMÉRO DE LA PHILOSOPHIE AU COMPTOIR" : "QU'EST-CE QU'UNE VIE RÉUSSIE?"

    vie réussie.jpgClaire et Bruno proposent le lundi 26 mai 2014 un nouveau numéro de "La Philosophie au Comptoir", sur C2L (89.3 et sur c2l-radio.fr). Pascal Weber est à la réalisation.

    Cette émission, intitulée "Qu'est-ce qu'une vie réussie?", est basée sur la séance du café philosophique de Montargis du 28 juin 2013.

     

    Lien permanent Catégories : "La Philosophie au Comptoir", "Qu'est-ce qu'une vie réussie ?", =>Saison 4, Radio Imprimer
  • "JE M'VOYAIS DÉJÀ"

     Lien externe

     

    Lien permanent Catégories : "Avons-nous ce que nous méritons?", =>Saison 5, Documents, Musique, Vidéos/cinéma/TV Imprimer
  • LA VALISE PHILOSOPHIQUE DU MOIS : "AVONS-NOUS CE QUE NOUS MÉRITONS?"

    3271480587.jpgLe prochain café philosophique de Montargis aura lieu le vendredi 13 juin  2014 à 19 heures à la Brasserie du Centre commercial de la Chaussée.

    Il aura pour sujet : "Avons-nous ce que nous méritons?"

    La  Valise philosophique du mois (colonne de droite) présente des documents (textes, vidéos, musiques, etc.) portant sur ce prochain débat. 

     

    Lien permanent Catégories : "Avons-nous ce que nous méritons?", =>Saison 5, La valise philosophique, Vie du site, vie du café philo Imprimer
  • MONTESQUIEU : LES LOIS UNIVERSELS

    Newton.jpg"Les lois, dans la signification la plus étendue, sont les rapports nécessaires qui dérivent de la nature des choses ; et, dans ce sens, tous les êtres ont leurs lois, la divinité a ses lois, le monde matériel a ses lois, les intelligences supérieures à l'homme ont leurs lois, les bêtes ont leurs lois, l'homme a ses lois. Ceux qui ont dit qu'une fatalité aveugle a produit tous les effets que nous voyons dans le monde, ont dit une grande absurdité : car quelle plus grande absurdité qu'une fatalité aveugle qui aurait produit des êtres intelligents? Il y a donc une raison primitive ; et les lois sont les rapports qui se trouvent entre elle et les différents êtres, et les rapports de ces divers êtres entre eux. Dieu a du rapport avec l'univers, comme créateur et comme conservateur; les lois selon lesquelles il a créé sont celles selon lesquelles il conserve : il agit selon ces règles, parce qu'il les connaît; il les connaît, parce qu'il les a faites; il les a faites, parce qu'elles ont du rapport avec sa sagesse et sa puissance. Comme nous voyons que le monde, formé par le mouvement de la matière, et privé d'intelligence, subsiste toujours, il faut que ses mouvements aient des lois invariables; et, si l'on pouvait imaginer un autre monde que celui-ci, il aurait des règles constantes, ou il serait détruit. Ainsi la création, qui paraît être un acte arbitraire, suppose des règles aussi invariables que la fatalité des athées. Il serait absurde de dire que le créateur, sans ces règles, pourrait gouverner le monde, puisque le monde ne subsisterait pas sans elles. Ces règles sont un rapport constamment établi. Entre un corps mu et un autre corps mu, c'est suivant les rapports de la masse et de la vitesse que tous les mouvements sont reçus, augmentés, diminués, perdus ; chaque diversité est uniformité, chaque changement est constance. Les êtres particuliers peuvent avoir des lois qu'ils ont faites : mais ils en ont aussi qu'ils n'ont pas faites. Avant qu'il y eût des êtres intelligents, ils étaient possibles ; ils avaient donc des rapports possibles, et par conséquent des lois possibles. Avant qu'il y eût des lois faites, il y avait des rapports de justice possibles. Dire qu'il n'y a rien de juste ni d'injuste que ce qu'ordonnent ou défendent les lois positives, c'est dire qu'avant qu'on eût tracé de cercle, tous les rayons n'étaient pas égaux."

    Montesquieu, L'Esprit des Lois (1748)

     

    Lien permanent Catégories : "Avons-nous ce que nous méritons?", =>Saison 5, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • LUCRÈCE : LIBERTÉ HUMAINE ET DÉTERMINISTE SCIENTIFIQUE

    Lucrece.jpg"Voici encore [...] ce que je veux te faire connaître. Les atomes descendent bien en droite ligne dans le vide, entraînés par leur pesanteur ; mais il leur arrive, on ne saurait dire où ni quand, de s'écarter un peu de la verticale, si peu qu'à peine peut-on parler de déclinaison. Sans cet écart, tous, comme des gouttes de pluie, ne cesseraient de tomber à travers le vide immense ; il n'y aurait point lieu à rencontres, à chocs, et jamais la nature n'eût pu rien créer... Il faut que les atomes s'écartent un peu de la verticale, mais à peine et le moins possible. N'ayons pas l'air de leur prêter des mouvements obliques, que démentirait la réalité. C'est en effet une chose manifeste et dont l’œil nous instruit, que les corps pesants ne peuvent d'eux-mêmes se diriger obliquement lorsqu'ils tombent, cela est visible à chacun... Enfin, si tous les mouvements sont enchaînés dans la nature, si toujours d'un premier naît un second suivant un ordre rigoureux ; si, par leur déclinaison, les atomes ne provoquent pas un mouvement qui rompe les lois de la fatalité et qui empêche que les causes ne se succèdent à l'infini ; d'où vient donc cette liberté accordée sur terre aux êtres vivants, d'où vient, dis-je, cette libre faculté arrachée au destin, qui nous fait aller partout où la volonté nous mène ? Nos mouvements peuvent changer de direction sans être déterminés par le temps ni par le lieu, mais selon que nous inspire notre esprit lui-même. Car, sans aucun doute, de tels actes ont leur principe dans notre volonté et c'est de là que le mouvement se répand dans les membres. Ne vois-tu pas qu'au moment où s'ouvre la barrière, les chevaux ne peuvent s'élancer aussi vite que le voudrait leur esprit lui-même ? Il faut que de tout leur corps s'anime la masse de la matière, qui, impétueusement portée dans tout l'organisme, s'unisse au désir et en suive l'élan. Tu le vois donc, c'est dans le cœur que le mouvement a son principe ; c'est de la volonté de l'esprit qu'il procède d'abord, pour se communiquer de là à tout l'ensemble du corps et des membres."

    Lucrèce, De la Nature (Ier s. ap. JC)

     

    Lien permanent Catégories : "Avons-nous ce que nous méritons?", =>Saison 5, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • ROUSSEAU : JUSTICE ET INJUSTICE

    misere.jpg"J'ouvre les livres de droit et de morale; j'écoute les savants et les jurisconsultes; et pénétré de leurs discours insinuants, je déplore les misères de la nature, j'admire la paix et la justice établies par l'ordre civil, je bénis la sagesse des institutions publiques et me console d'être homme en me voyant citoyen.

    Bien instruit de mes devoirs et de mon bonheur, je ferme le livre, sors de la classe, et regarde autour de moi; je vois des peuples infortunés gémissants sous le joug de fer, le genre humain écrasé par une poignée d'oppresseurs, une foule affamée, accablée de peine et de faim, dont le riche boit en paix le sang et les larmes, et partout le fort armé contre le faible du redoutable pouvoir des lois."

    Jean-Jacques Rousseau, Fragment sur l'état de guerre

     

    Lien permanent Catégories : "Avons-nous ce que nous méritons?", =>Saison 5, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • PLATON : SOCRATE MÉRITAIT-IL D'ÊTRE CONDAMNÉ

    mort-socrates.jpg"Socrate : Je ne fais rien d’autre en effet que de circuler partout ; je vous engage, les plus jeunes comme les âgés, à n’avoir, ni pour vos corps, ni pour votre fortune, de souci qui soit antérieur à celui de l’amélioration de votre âme, ni qui soit même également fort ; je vous dis que ce n’est pas de la fortune que naît le vrai mérite, mais que c’est le vrai mérite qui fait bonnes la fortune, les autres choses humaines aussi, toutes sans exception, dans les affaires privées comme dans celles de l’Etat. Maintenant, si c’est en disant cela que je corromps, alors c’est que cela est dommageable ! (…)

     Ainsi donc à présent, il s’en faut de beaucoup, Athéniens, que ce soit, comme on pourrait le croire, ma cause à moi que je plaide ; c’est plutôt la vôtre, de peur qu’en me condamnant vous ne commettiez une grave faute au sujet du cadeau que vous a fait le Dieu ! Si en effet vous me faites périr, il ne vous sera pas facile d’en trouver un autre qui soit comme je suis : tout bonnement (quand même il serait  par trop ridicule de parler ainsi !), attaché par le dieu au flanc de la cité, comme au flanc d’un cheval puissant et de bonne race, mais auquel sa puissance même donne trop de lourdeur et qui a besoin d’être réveillé par une manière de taon. C’est justement en telle manière que moi, tel que je suis, le dieu m’a attaché à la cité ; moi qui réveille chacun de vous individuellement, qui le stimule, qui lui fait des reproches, n’arrêtant pas un instant de le faire, m’installant partout, et le jour entier."

    Platon, Apologie de Socrate (IVe siècle av. JC)

     

    Lien permanent Catégories : "Avons-nous ce que nous méritons?", =>Saison 5, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • ARISTOTE : LE JUSTE ET L'INJUSTE

    15359.jpg"Puisque l'injuste ne respecte pas l'égalité et que l'injuste se confond avec l'inégalité, il est évident qu'il y a une juste mesure relativement à l'inégalité. Cette juste moyenne, c'est l'égalité. Dans les actes qui comportent le plus et le moins, il y a place pour une juste moyenne. Si donc l'injuste, c'est l'inégal, le juste est l'égal. Pas besoin de raisonnement pour que tous s'en aperçoivent. 

    Or, puisque l'égal consiste dans une juste moyenne, il pourra en être ainsi du juste. L’égal suppose au moins deux termes. Il faut donc que le juste, qui est à la fois moyenne et égalité, ait rapport à la fois à un objet et à plusieurs personnes. Dans la mesure où il est juste moyenne, il suppose quelques termes : le plus et le moins, dans la mesure où il est égalité : deux personnes; dans la mesure où il est juste : des personnes d'un certain genre. Nécessairement, le juste implique au moins quatre éléments. Pour qu'il se réalise, il faut deux personnes et deux objets par rapport auxquels il existe. Il en sera de même de l'égalité, si l'on examine les personnes et les choses. Le rapport qui existe entre les objets se retrouvera entre les personnes. Si les personnes ne sont pas égales, elles n'obtiendront pas l'égalité dans la façon dont elles seront traitées. 

    De là viennent les disputes et les contestations, quand des personnes sur le pied d'égalité n'obtiennent pas des parts égales, ou quand des personnes, sur le pied d'inégalité, ont et obtiennent un traitement égal. Ajoutons que la chose est claire si l'on envisage l'ordre de mérite des parties prenantes. En ce qui concerne les partages, tout le monde est d'accord qu'ils doivent se faire selon le mérite de chacun; toutefois, on ne s'accorde pas communément sur la nature de ce mérite, les démocrates le plaçant dans la liberté, les oligarques dans la richesse ou la naissance, les aristocrates dans la vertu."

    Aristote, Ethique à Nicomaque (IVe siècle av. JC)

     

    Lien permanent Catégories : "Avons-nous ce que nous méritons?", =>Saison 5, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • ÉPICTÈTE : QUI PEUT ME CONTRAINDRE ?

    prison.jpg"- Choisir ce que tu ne veux pas, est-il quelqu'un qui puisse t'y contraindre ?

    - Oui. S'il me menace de mort, ou des fers, il me contraint de choisir ce qu'il veut.

    - Mais si tu méprises la mort, ou les fers, lui es-tu encore soumis ?

    - Non. 

    - Or, mépriser la mort t'appartient-il à toi ?

    - Il m'appartient à moi.

    - Il t'appartient aussi, par conséquent, de choisir ou non telle conduite."

    Épictète, Entretiens, IV (IIe siècle ap. JC)

     

    Lien permanent Catégories : "Avons-nous ce que nous méritons?", =>Saison 5, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • "AUTEUIL, NEUILLY, PASSY"

     Lien externe

     

    Lien permanent Catégories : "Avons-nous ce que nous méritons?", =>Saison 5, Documents, Musique, Vidéos/cinéma/TV Imprimer