Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • LE PUBLICITAIRE ET LA ROLEX

    "Si, à 50 ans, on n'a pas une Rolex, on a quand même raté sa vie." Jacques Séguéla, l'auteur de cette sentence, n'en finit plus de devoir expier cette sortie malencontreuse, proférée le 13 février 2009 sur le plateau des 4 Vérités de France 2. Mireille Dumas a tout de même voulu y revenir, lundi 28 novembre, à l'occasion de son émission sur France 3 autour du thème "Comment ils sont devenus riches"...

    LA SUITE ICI...

    Source : Le Point

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, [19] "Les riches le méritent-ils ?" Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • PROCHAIN CAFÉ PHILOSOPHIQUE LE 9 DÉCEMBRE 2011

    café philosophique, café philosophique de montargis, montargis, cafe philo, cafe philosophique, philosophieLe vendredi 9 décembre prochain à la Brasserie du centre commercial de la Chaussée aura lieu le prochain café philosophique de Montargis. Thème du débat choisi : "Les riches le méritent-ils ?" Retrouvez le flyer de cette séance ici.

    A noter que le hors-série Le Monde Dossiers et Documents du mois de décembre 2011 est consacré justement aux riches. Sur un dossier d'une dizaine de pages, la question posée est celle-ci : "A quoi servent les riches ?"

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, [19] "Les riches le méritent-ils ?" Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • "LA SOCIÉTÉ TOLÈRE DE MOINS EN MOINS LES ESPACES DE DÉVIANCE"

    Joël Zaffran est professeur en sociologie, spécialiste des questions de temps scolaire et de loisirs des adolescents. Il dirige le département de sociologie de l'université Bordeaux-II et le centre de formation en sciences sociales appliquées. Son dernier ouvrage, Le Temps de l'adolescence, entre contraintes et libertés, est paru en 2010 aux Presses universitaires de Rennes. Entretien.

    Pourquoi les adolescents ne vont-ils pas vers les activités et les installations que les collectivités locales leur proposent ? Ce constat est-il régional, et quelle est votre analyse sur le sujet ?

    Cela part d'un constat simple, régional et national : à partir de 12 ans, on observe une chute de fréquentation des structures de loisirs. Cette désaffection n'est pas qu'une question financière, car elle touche aussi les zones sensibles, où l'offre de loisirs est souvent gratuite. Ce constat questionne les collectivités soucieuses de rendre captif le public adolescent. Elles y répondent à partir du modèle du marché, à savoir par l'ajustement de l'offre de loisirs à la demande des jeunes. C'est une erreur, car, en ouvrant la porte des besoins, on descelle dans le même temps le tonneau des Danaïdes : un besoin en appelle un autre. Cela oblige à des arbitrages épineux entre les activités à financer et les demandes qui ne seront pas retenues. De plus, ces arbitrages sont faits en ayant une vue partielle sur ce que doivent être les loisirs des adolescents puisqu'ils procèdent d'une vision "adultocentrée" sur leurs demandes. De sorte que si les deux ou trois activités retenues n'attirent pas les jeunes, on en conclut, un peu rapidement, que les adolescents sont irresponsables et irrationnels, et qu'il est inutile, par conséquent, de leur demander leur avis. Cela ne fait que conforter l'attitude de défiance et de suspicion vis-à-vis des jeunes...

    LA SUITE ICI...

    Source : Le Monde

    Lien permanent Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • LA TOURNÉE DES CAFÉS PHILOS : LE CAFÉ PHILOSOPHIQUE DE SOUTH KENSINGTON

    Notre tournée des cafés philos quitte cette fois le territoire français, traverse le Channel et s’arrête à Londres. Là, se tient à l’Institut français, depuis une vingtaine d’années, l’un des plus anciens cafés philosophiques européens, le café philosophique de South Kensington. L’un des animateurs de cette animation, Christian Michel, nous en parle :

    "Le café philo de South Kensington, à Londres, existe depuis des lustres, personne ne se souvient de la date de sa création, sans doute dans les années 1990. Il se tient depuis toujours à l’Institut français, d’abord dans la cafétéria, comme il se devait, puis dans une salle où l’acoustique est meilleure, mais le percolateur absent (cela dit, on peut philosopher sans café).

    Café philo SK.jpg"Nos réunions se tiennent chaque samedi matin, alternant entre le français et l’anglais, avec une participation oscillant entre 25 et 45 personnes, suivant les caprices du métro, le temps qu’il fait, et la langue (les francophones sont moins nombreux). Un des grands plaisirs de ce café tient à la diversité du groupe, assez typique de l’ouverture d’esprit qu’on trouve à Londres ; étudiants, enseignants, employés, expatriés d’une bonne dizaine de pays, avocats, journalistes, et financiers de la Cité, échangent les arguments les plus opposés, avec une courtoisie très British et un humour très français.

    "Les participants choisissent les sujets en début de séance (je sais au moins qu’une majorité y trouve un intérêt), et les thèmes vont de la philo "dure" - épistémologie, langage - aux questions de société. La personne dont le sujet est retenu l’introduit de quelques phrases, et conclut la conversation. Le style d’animation consiste seulement à distribuer la parole entre ceux qui la réclament, à injecter quelques idées si le débat ronronne, ce qui arrive rarement, ou à intervenir avec des arguments personnels, ce qui arrive quelquefois. 

    "Voilà, ces quelques mots pour dire comment nous fonctionnons, et pour inviter tous ceux des autres cafés qui passeraient par Londres à nous rejoindre un samedi matin."

    Christian Michel

    Merci à Christian pour cette présentation.

    Quelques sujets débattus au café philo de South Kensington : Faut-il désobéir pour exister vraiment ? La tolérance fait-elle progresser la paix ? La redistribution de la richesse est-elle possible ? Qu’est-ce que la beauté ?

    Site du café philosophique de South Kensigton : http://cafe-philo-southkensington.blogspot.com


    Lien permanent Catégories : Nos sites favoris, Tournée des cafés philos Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • LES RICHES LE MÉRITENT-ILS ? LES PAUVRES LE MÉRITENT-ILS ?

    Au sujet du prochain débat "Les riches le méritent-ils ?"

    La pauvreté est la condition au monde la mieux ou la plus partagée, même si la moitié des pauvres habitent dans des pays riches. La richesse ne se partage pas, elle ne fait que l’objet d’échanges.

    40633625.jpgComment aborder ce sujet sans être taxé de vouloir attiser, et les envies, et la jalousie, et la haine. Il nous paraît tout à fait normal que le fruit d’un travail, de l’intelligence ou de l’habileté soit rémunéré, et que le gain puisse être conservé ce qui constitue la richesse élémentaire. Mais au-delà se développe le principe de propriété : "Le premier qui, ayant enclos un terrain, s’avisa de dire : ceci est à moi, et  trouva assez de gens simples pour le croire fut le vrai fondateur de la société civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misère et d’horreurs n’eût point épargné au genre humain celui qui, arrachant les pieux et comblant le fossé, eût crié à ses semblables : gardez-vous d’écouter cet imposteur ; vous êtes perdus si vous oubliez que les fruits sont à vous, que la terre n’est à personne" (Jean-Jacques Rousseau, Discours sur l’Origine et les Fondements de l’Inégalité parmi les Hommes).

    De la richesse à l’opulence jusqu’à la magnificence, nous avons avec cette notion de propriété privée perverti tout notre système de relations économiques et sociales. Nous voilà revenu à l’adoration du "veau d’or." "Parce que vous le méritez bien" dit la pub dans le droit fil de l’individualisme comme seul projet politique. Je m’insurge contre cette notion de mérite, je la refuse, même pour moi. Que de gens qui méritent par leur courage, leur volonté et qui ne connaîtrons que la misère :

    "Dans l’ensemble, il paraît donc indéniable que rien ne peut conférer plus de mérite à une créature humaine que le sentiment de bienveillance [...] et qu’une partie de son mérite au  moins vient au moins de ce qu’elle tend à promouvoir les intérêts de notre espèce, et de procurer du bonheur à la société des hommes" (David Hume, Enquête sur les Principes de la Morale, section I, 2ème partie).

    Nul ne mérite d’être riche. Nul ne mérite d’être pauvre.

    Guy-Louis Pannetier


    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, [19] "Les riches le méritent-ils ?" Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • QUAT' SOUS POUR LE "NIETZSCHE" DE DUSAPIN

    Qu'y a-t-il de commun entre un tableau allemand de la Renaissance et un opéra contemporain français ? Le mécène. Grâce au million d'euros collecté auprès de 7 000 donateurs privés (soit un quart du prix d'achat), le Musée du Louvre a acquis en 2010 Les Trois Grâces de Lucas Cranach l'Ancien, depuis toujours resté aux mains des collectionneurs. Quant à la prochaine partition lyrique de Pascal Dusapin, O Mensch, qui sera créée au Théâtre des Bouffes du Nord, à Paris, du 15 au 19 novembre, elle a nécessité une opération inédite dans le monde du spectacle vivant : une souscription individuelle de 3 000 euros, lancée à l'endroit de 27 donateurs, un pour chacune des parties de cet opéra de chambre pour voix et piano, électronique et vidéo, sur des poèmes du philosophe allemand Friedrich Nietzsche…

    LA SUITE ICI...

    Source : Le Monde

    Lien permanent Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • "PHILOSOPHES DE L’AMOUR" : PLATON EN MUSIQUE

    Rachel-Kolly-d'Alba-2_concert_double.jpgLes différentes façons d’aimer furent longuement débattues par les philosophes grecs. La magnifique Sérénade pour violon de Bernstein traduit en musique une conversation se déroulant au cours du célèbre banquet dépeint par Platon. L’évocation des joies les plus profondes et des douleurs que peut causer l’amour est exprimée dans une orchestration minimaliste. L’ONPL continue ainsi sa collaboration avec le grand label Warner Classics grâce à Rachel Kolly d’Alba qui vient ici partager son interprétation de la pièce et qui l’enregistrera avec l’orchestre. L’amour nimbe la 5e somptueuse symphonie de Mahler et plus particulièrement son célèbre Adagietto, une oeuvre à laquelle Berstein s’identifia. Les mots des philosophes grecs prennent une nouvelle signification par cette association d’oeuvres à la fois romantiques et provocatrices.

    Plus d'informations ici

     

    Lien permanent Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • MERCI AUX PARTICIPANTS DU DERNIER CAFÉ PHILOSOPHIQUE

    applause.gifMerci aux participants de la dernière séance du café philosophique qui avait lieu le vendredi novembre. Le débat - passionnant - avait justement pour titre : "Mes passions sont-elles des entraves à ma liberté ?"

    Bientôt, sur ce site, le compte-rendu de cette séance.

    Prochain débat le vendredi 9 décembre à 18H30 à la brasserie du centre commercial de la Chaussée. Le sujet choisi aura pour titre : "Les riches le méritent-ils ?" Plus d'info ici.

    A bientôt.

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, [18] "Mes passions sont-elles des entraves à ma li, [19] "Les riches le méritent-ils ?" Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • PROCHAIN CAFÉ PHILOSOPHIQUE CE VENDREDI

    La prochain séance du café philosophique de Montargis aura lieu ce vendredi, 4 novembre 2011, à 18H30 à la Brasserie du Centre commercial de la Chaussée. Le débat portera sur ce sujet : "Mes passions sont-elles des entraves à ma liberté ?"

    A très bientôt.

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, [18] "Mes passions sont-elles des entraves à ma li Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • JACQUES LACAN : 30 ANS APRES SA MORT

    café philosophique de montargis, philo, philosophie, montargisLacan ? Il était à coup sûr le prince de l’équivoque. Mais il ne faut pas craindre de le lire. Son œuvre est cristalline, sa parole chantante, son hystérie, évidente. On entre dans ses écrits comme on se glisse dans « Les Noces de Figaro ». Ça s’envole, et ça coupe, ça se tait, et ça repart. La langue de Lacan n’est jamais en repos, elle est perturbée par des coupures, des scansions, de longs lamentos.

    Que son œuvre soit aujourd’hui contesté, rien de plus normal. Il n’est pas donné à tout le monde d’appeler ses patients « mon chou ». Le parler Sacha Guitry est passé de mode.

    Le nom de Lacan résonne aujourd’hui comme un test de psychologie expérimentale. Vous le prononcez, et c’est le tumulte. Il provoque une réplique immédiate. D’aucuns le disent séducteur, génial, révolutionnaire, d’autres le disent histrion, vieux jeu, conservateur, d’autres encore le traitent de médecin bienveillant, de cabotin, de charlatan, de charmeur invétéré, il n’y a pas de fin à cette liste improvisée.

    Selon que vous ferez appel à ses anciens analysants, aux auditeurs de ses séminaires, à ceux qui ont pris le parti de divorcer de lui, tel François Roustang ou Jean-Bertrand Pontalis, vous aurez des appréciations pouvant aller de l’éloge au blâme.

    Trente ans après sa mort, Jacques Lacan (1901-1981), c’est une trivialité de le remarquer, ne laisse pas indifférents ceux qui l’ont connu.

    LA SUITE ICI...


    Lien permanent Imprimer 0 commentaire Pin it!

"La félicité et le bonheur ne sont pas davantage l’œuvre d’une seule journée, ni d’un bref espace de temps” [Aristote]