Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

[18] "Mes passions sont-elles des entraves à ma li

  • COMPTE RENDU DE LA DERNIÈRE SÉANCE

    Thème du débat : "Mes passions sont-elles des entraves à ma liberté?"

    Date : 4 novembre 2011 à la Brasserie du centre commercial de la Chaussée.

    De 45 à 50 personnes étaient présentes pour ce café philosophique consacré aux passions.

    francis-bacon1.jpgClaire et Bruno commencent cette séance par un tour de table et poser cette double question : qui a une passion et cette passion peut-elle être un obstacle à la liberté individuelle ? Deux participants interviennent et évoquent leur passion respective. L’un des deux considère que sa passion peut devenir chronophage si l’on n’y prend pas garde. La liberté de s’adonner à une activité "passionnante" peut du même coup nous enferrer et condamner tout autre aspect de la vie. En ce sens, la passion devient aliénante et devient un obstacle à notre liberté. Une participante insiste sur le fait que la passion est ce qui nous construit. S’y consacrer librement c’est choisir de donner un sens à notre vie. Elle peut aussi être un moyen de dépassement : "Rien de grand dans le monde ne s’est accompli sans passion." (Hegel). Un participant considère à son tour sa passion comme un aspect constructif de son existence mais aussi comme un extrême danger pour sa vie personnelle et pour sa liberté individuelle. La passion peut assurément détruire et mettre en danger des couples et des familles. Par ailleurs, il convient de prendre à contre-pied la posture traditionnelle qui considère la passion comme une force d’inertie. Au contraire, il apparaît que la passion n’a rien de passive : elle agit et motive l’action (Kant, Anthropologie, §80). Elle est le fruit de l’intellect. Rappelons que les animaux n’ont pas de passion.

    Dans la droite lignée de cette réflexion une question apparaît : peut-on n’avoir aucune passion ? Est-ce possible et souhaitable ? Une participante répond par l’affirmatif : son absence de passion ne l’empêche pas de se sentir pleinement en accord avec elle-même. Si elle n’a pas à proprement parlé de passions, ses centres d’intérêts sont par contre nombreux. Une autre personne abonde dans ce sens, ajoutant que faute de passion, tel(le) ou tel(le) s’ouvrira librement – et plus librement sans doute que certains passionnés – vers des centres d’intérêt variés. Plus tard dans la séance, l’accent sera mis sur cette notion de centre d’intérêt parfois confondu avec la notion de passion, la passion se caractérisant, selon Bruno, par la notion d’intensité. L’absence de passion est d’emblée une affirmation et une posture surprenante, pour ne pas dire provocatrice. La passion semble être devenu un fait majeur de nos sociétés occidentales. Une opinion courante semble imposer que tout un chacun règle sa vie à ce diapason : on doit être passionné dans sa vie amoureuse, dans sa vie professionnelle (n’est-ce pas un non-sens ?) et cultiver ses passions : qui vit sans passion "n’est pas digne de vivre" pour paraphraser Molière (Don Juan)

    francis-bacon2.jpgUn participant objecte que si la passion est importante dans notre société c’est qu’elle est un puissant indicateur de la valeur potentielle d’un individu, dans une entreprise par exemple. Pour preuve, les CV contiennent une rubrique "centre d’intérêt" (où, d’ailleurs, singulièrement, les "passions" trouveront leur place) destinée à décrire les potentielles passions du candidat. Cette rubrique est si peu anecdotique que les jeunes diplômés sont très souvent jugés d’après celle-ci. Sans nul doute, la passion façonne un individu autant qu’elle est un marqueur social.

    Une autre question est de savoir si une passion peut se choisir ou si elle nous choisit. Claire propose de revenir à la définition stricto sensu de ce terme. La passion (du latin passio ; pathos - πάθος - en grec) évoque la souffrance (la "Passion du Christ"). Il y a derrière cette acception quelque chose de mystique dans la passion. La liberté, au contraire, est de l’ordre du rationnel et de l’intentionnel. N’est-ce pas antinomique ? Or, ce serait aller vite en besogne que de restreindre la passion à un concept indépendant de notre volonté, de notre liberté. En effet, le désir (de sidus, "l’astre perdu") de la passion, contingent par nature, est de l’ordre de l’élection, s’oppose au besoin à satisfaire, nécessaire et dont font partie le boire ou le manger. Ce qui ne veut pas dire que la passion ne soit pas ressentie comme un "besoin" presque vital, comme une pulsion psychique qui nous déborde. Les théories de Freud peuvent nous aider à comprendre la puissance de ces forces.  

    francis-bacon3.jpgOui, la passion semble, aux dires des participants, nous tomber dessus ! D’ailleurs, le propre du pathos est d’être subi. Peut-on comprendre autrement que le crime passionnel soit en général moins sévèrement puni ? La notion de responsabilité – et, par là, de liberté – se pose. La passion nous submergerait comme elle accapare le tueur en série (Dexter !), incapable de lutter. Cet exemple extrême cache mal le bonheur que tel ou tel ressent lorsqu’il découvre sa passion (ou ses passions) et s’y adonne corps et âmes. La déception peut bien entendu être au rendez-vous, tels ces "artistes du dimanche" enthousiastes mais peu doués à qui l’on souhaiterait conseiller d’abandonner cette voie, mus par une pulsion parfois indicible.

    "Le passionné est-il fatalement chiant ?"

    Car le passionné, qui peut susciter admiration et fascination, est parfois ce personnage hors de la société, obnubilé par cette activité qui guide sa vie. "Le passionné est-il fatalement chiant ?" Ou bien n’est-ce pas d’abord qu’une question de personnalité ? La personne timide ou réservée va avoir tendance à taire ce qui meut sa vie ; cela n’augure pas la force de sa passion. 

    Un participant souhaite catégoriser la passion en deux grands types : la passion assumée telle quelle, comme un choix. Ce sera l’artisan ne comptant pas ses heures ou bien la passionnée d’animaux choisissant de consacrer sa vie professionnelle à une activité en rapport avec eux. D’autre part, il y a la passion aliénante : ce coup de foudre qui vous frappe, source de bonheur autant que de souffrance. De telles passions regorgent dans la littérature et le cinéma (un exemple ici). Une question est posée : il semblerait que la passion ait suscité la méfiance, pour ne pas dire la défiance ; en a-t-il été autrement ? Bruno répond que malgré les propos sévères de certains penseurs – tel Alain qui a une mauvaise opinion de l’amour et de la passion qui n’engendrerait que mesquinerie et médiocrité – certains philosophes se sont fait les défenseurs de la passion : Hegel par exemple. Pour en savoir plus, cliquez ici.

    francis-bacon4.jpgSi la passion peut être une contrainte à notre liberté, la solution ne pourrait-elle pas être de la maîtriser, la contraindre dans des bornes ? Véronique Ovaldé, écrivain, a dit, par exemple, qu’elle avait aménagé chez elle un minuscule bureau sous un escalier et travaillait à sa passion la nuit, en dehors de son travail pour un important éditeur. Pour la plupart des gens présents, la passion doit s’appréhender de cette manière, en la contenant dans des bornes spatiales et/ou temporelles, afin qu’elle ne vampirise pas le passionné et/ou ses proches. Une participante objecte que si la passion est maîtrisée, elle perd du même coup sa faculté de passion. L’est-elle toujours ? Voire. La passion, rappelle-t-elle, est souffrance. Une passion réfrénée aurait tendance à s’édulcorer et à ne devenir qu’un centre d’intérêt plus ou moins vif. Faute d’intensité, sans doute la passion perd-elle de sa nature ; peut-être même en perd-elle même la nature.

    Pour conclure, Bruno insiste sur le fait que les passions, non content d’être intimement liées à la liberté individuelle, nous construisent personnellement. Existe-t-il de bonnes ou de mauvaises passions ? La question n’a pas de sens car les passions sont avant tout un mouvement. D’ailleurs, si l’on va sur ce chemin, la classification des passions n’est qu’historique (cf. Barthes : "Ce n’est plus le sexuel qui est indécent, mais le sentimental", Roland Barthes, Fragments d’un Discours amoureux). Les passions sont donc toutes bonnes par nature comme le dit Descartes. Finalement, rejeter la passion n’a pas de sens car cela équivaudrait à adopter à son tour une attitude passionnée à leur encontre ! Il convient de dédramatiser les passions et de les comprendre. Les penser. Les rationaliser afin qu'elles ne soient pas un obstacle à notre liberté. Ce faisant, cela implique de rattacher nos passions à la nécessité comme le dit Spinoza. C’est comprendre leur origine, être capable de les prévoir et de les maîtriser. Nos passions deviennent alors des actions que nous cessons de subir. Pour Hegel, la passion en soi n’a pas d’intérêt : elle n’est qu’un instrument, certes parfois magnifié. La passion doit être l’instrument de la raison !

    Le débat se termine par le choix du sujet suivant. La majorité de l’assistance vote pour le sujet "Les riches le méritent-ils ?" Rendez-vous est pris le vendredi 9 décembre, même lieu, même heure.

    Philo-galerie

    café philosophique de montargis,philo,philosophie,montargisPour illustrer ce compte-rendu sur les passions, nous avons choisi Francis Bacon (1909-1992), peintre sombre, violent, provocateur mais aussi peintre des passions : "[Sa] peinture apparaît comme étant une image, mais n’est pas seulement une image. C’est un ensemble de gestes mettant en jeu le corps tout entier, son animalité, ses vibrations, ses sensations multiples, son jeu, ses passions. Exister est une passion" (Josyane Savigneau, Le Monde, in Pileface.com).


    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Comptes-rendus des débats, Philo-galerie, [18] "Mes passions sont-elles des entraves à ma li Imprimer
  • BIENTÔT, LE COMPTE-RENDU DU DERNIER CAFÉ PHILO

    Bientôt, sur ce site, vous pourrez retrouver le compte-rendu de la dernière séance du café philosophique de Montargis : "Mes passions sont-elles des entraves à ma liberté ?"

    A bientôt.

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Comptes-rendus des débats, Vie du site, vie du café philo, [18] "Mes passions sont-elles des entraves à ma li Imprimer
  • MERCI AUX PARTICIPANTS DU DERNIER CAFÉ PHILOSOPHIQUE

    applause.gifMerci aux participants de la dernière séance du café philosophique qui avait lieu le vendredi novembre. Le débat - passionnant - avait justement pour titre : "Mes passions sont-elles des entraves à ma liberté ?"

    Bientôt, sur ce site, le compte-rendu de cette séance.

    Prochain débat le vendredi 9 décembre à 18H30 à la brasserie du centre commercial de la Chaussée. Le sujet choisi aura pour titre : "Les riches le méritent-ils ?" Plus d'info ici.

    A bientôt.

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, [18] "Mes passions sont-elles des entraves à ma li, [19] "Les riches le méritent-ils ?" Imprimer
  • PROCHAIN CAFÉ PHILOSOPHIQUE CE VENDREDI

    La prochain séance du café philosophique de Montargis aura lieu ce vendredi, 4 novembre 2011, à 18H30 à la Brasserie du Centre commercial de la Chaussée. Le débat portera sur ce sujet : "Mes passions sont-elles des entraves à ma liberté ?"

    A très bientôt.

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, [18] "Mes passions sont-elles des entraves à ma li Imprimer
  • SPINOZA : LETTRE À SCHULLER

    Baruch_Spinoza_780.jpg"J’appelle libre, quant à moi, une chose qui est et agit par la seule nécessité de sa nature ; contrainte, celle qui est déterminée par une autre à exister et à agir d’une certaine façon déterminée. Dieu, par exemple, existe librement bien que nécessairement parce qu’il existe par la seule nécessité de sa nature. De même aussi Dieu se connaît lui-même librement parce qu’il existe par la seule nécessité de sa nature. De même aussi Dieu se connaît lui-même et connaît toutes choses librement, parce qu’il suit de la seule nécessité de sa nature que Dieu connaisse toutes choses. Vous le voyez bien, je ne fais vas consister la liberté dans un libre décret mais dans une libre nécessité.

    Mais descendons aux choses créées qui sont toutes déterminées par des causes extérieures à exister et à agir d’une certaine façon déterminée. Pour rendre cela clair et intelligible, concevons une chose très simple : une pierre par exemple reçoit d’une cause extérieure qui la pousse, une certaine quantité de mouvement et, l’impulsion de la cause extérieure venant à cesser, elle continuera à se mouvoir nécessairement. Cette persistance de la pierre dans le mouvement est une contrainte, non parce qu’elle est nécessaire, mais parce qu’elle doit être définie par l’impulsion d’une cause extérieure. Et ce qui est vrai de la pierre il faut l’entendre de toute chose singulière, quelle que soit la complexité qu’il vous plaise de lui attribuer, si nombreuses que puissent être ses aptitudes, parce que toute chose singulière est nécessairement déterminée par une cause extérieure à exister et à agir d’une certaine manière déterminée.

    Concevez maintenant, si vous voulez bien, que la pierre, tandis qu’elle continue de se mouvoir, pense et sache qu’elle fait effort, autant qu’elle peut, pour se mouvoir. Cette pierre assurément, puisqu’elle a conscience de son effort seulement et qu’elle n’est en aucune façon indifférente, croira qu’elle est très libre et qu’elle ne persévère dans son mouvement que parce qu’elle le veut. Telle est cette liberté humaine que tous se vantent de posséder et qui consiste en cela seul que les hommes ont conscience de leur appétits et ignorent les causes qui les déterminent. Un enfant croit librement appéter le lait, un jeune garçon irrité vouloir se venger et, s’il est poltron, vouloir fuir. Un ivrogne croit dire par un libre décret de son âme ce qu’ensuite, revenu à la sobriété, il aurait voulu taire. De même un délirant, un bavard, et bien d’autres de même farine, croient agir par un libre décret de l’âme et non se laisser contraindre. Ce préjugé étant naturel, congénital parmi tous les hommes, ils ne s’en libèrent pas aisément. Bien qu’en effet l’expérience enseigne plus que suffisamment que, s’il est une chose dont les hommes soient peu capables, c’est de régler leurs appétits et, bien qu’ils constatent que partagés entre deux affections contraires, souvent ils voient le meilleur et font le pire, ils croient cependant qu’ils sont libres, et cela parce qu’il y a certaines choses n’excitant en eux qu’un appétit léger, aisément maîtrisé par le souvenir fréquemment rappelé de quelque autre chose."

    Baruch Spinoza, Lettre à Schuller (1667)

    Source : http://hyperspinoza.caute.lautre.net/spip.php?article1423

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Compilation de textes, Documents, Livres, [18] "Mes passions sont-elles des entraves à ma li Imprimer
  • SCHOPENHAUER : "ESSAI SUR LE LIBRE ARBITRE"

    libre arbitre.jpgArthur Schopenhauer, Essai sur le libre arbitre, éditions Rivages, 166 p.

    Il ne s'agit pas du livre le plus connu d'Arthur Schopenhauer mais c'est un essai très abordable qui permet de comprendre quelques bases de la pensée de ce philosophe majeur. Ecrit en 1837, Essai sur le libre arbitre est en fait la contribution de Schopenhauer à un concours de la Société Royale de Norvège qui avait posé ce problème : "Le libre arbitre peut-il être démontré par le témoignage de la conscience de soi ?" Le philosophe allemand part de cette problématique pour mieux asseoir ses théories sur la liberté (elle n'existe que d'un point de vue moral) et le libre arbitre (c'est un leurre). Intéressant. 

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Documents, Livres, [18] "Mes passions sont-elles des entraves à ma li Imprimer
  • PASSIONS ET LIBERTÉ SELON SOCRATE

    socrate1.jpg"SOCRATE - Tu viens, Calliclès, d'exposer ton sentiment avec beaucoup de courage et de liberté : tu t'expliques nettement sur des choses que les autres pensent, il est vrai, mais qu'ils n'osent pas dire. Je te conjure donc de ne te relâcher en aucune manière, afin que nous voyions clairement quel genre de vie il faut embrasser. Et dis-moi, tu soutiens que, pour être tel qu'on doit être, il ne faut point gourmander ses passions, mais leur lâcher la bride, et se ménager d'ailleurs de quoi les satisfaire… Si la véritable vertu consiste, comme tu l'as dit, Calliclès, à contenter ses passions et celles des autres, tu as raison : mais si ce n'est pas cela ; si, comme nous avons été forcés d'en convenir dans le cours de cet entretien, la vertu consiste à satisfaire ceux de nos desirs qui, étant remplis, rendent l'homme meilleur, et à ne rien accorder à ceux qui le rendent pire… Quant à moi, voilà ce que je pose pour certain, ce que j'assure être vrai. Mais, si cela est vrai, il n'y a point, ce me semble, d'autre parti à prendre pour quiconque veut être heureux, que de s'attacher et de s'exercer à la tempérance, et de fuir de toutes ses forces la vie licencieuse ; il doit par dessus tout faire en sorte de n'avoir aucun besoin de correction : mais s'il en a besoin ou lui-même ou quelqu'un de ses proches, soit un simple particulier, soit tout un état, il faut qu'on lui fasse subir un châtiment, et qu'on le corrige, si l'on veut qu'il soit heureux. Tel est, à mon avis, le principe qui doit diriger notre conduite ; il faut rapporter toutes ses actions individuelles et celles de l'état à cette fin, que la justice et la tempérance règnent en celui qui aspire à être heureux ; et se bien garder de donner une libre carrière à ses passions, et de chercher à les satisfaire, ce qui est un mal sans remède, et de mener ainsi une vie de brigand."

    Platon, Gorgias, III, trad. Victor Cousin

    Référence :http://remacle.org/bloodwolf/philosophes/platon/cousin/gorgias.htm

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Compilation de textes, Documents, Livres, [18] "Mes passions sont-elles des entraves à ma li Imprimer
  • SARTRE ET LA LIBERTÉ

    sartre1.jpg"Nous dirons donc que, pour le coupe-papier, l'essence — c'est-à-dire l'ensemble des recettes et des qualités qui permettent de le produire et de le définir — précède l'existence ; et ainsi la présence, en face de moi, de tel coupe-papier ou de tel livre est déterminée. Nous avons donc là une vision technique du monde, dans laquelle on peut dire que la production précède l'existence. [...] Nous voulons dire que l'homme existe d'abord, c'est-à-dire que l'homme est d'abord ce qui se jette vers un avenir, et ce qui est conscient de se projeter dans l'avenir. L'homme est d'abord un projet qui se vit subjectivement, au lieu d'être une mousse, une pourriture ou un chou-fleur ; rien n'existe préalablement à ce projet ; rien n'est au ciel intelligible, et l'homme sera d'abord ce qu'il aura projeté d'être."

    Jean-Paul Sartre, L'Existentialisme est un Humanisme

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Compilation de textes, Documents, Livres, [18] "Mes passions sont-elles des entraves à ma li Imprimer
  • PROCHAIN CAFÉ PHILOSOPHIQUE AUTOUR DES PASSIONS

    Le café philosophique de Montargis fixe un nouveau rendez-vous le vendredi 4 novembre à 18H30 à la Brasserie du centre commercial de la Chaussée. Pour cette séance, le débat portera sur ce sujet : "Mes passions sont-elles des entraves à ma liberté ?"

    3964127801.jpgAlors que vivre pleinement de ses passions semble être l’apanage de l’aventurier qui profite exhaustivement de sa vie, se soumettre à ses envies est un défaut que plus d’un homme maître de ses décisions refusent. Le passionné est mu par l’objet de son désir extrême. Il ne vit que par lui, se substitue à lui, devient sa passion. Dès lors, on oppose souvent celui qui suit ses passions et l’homme libre dans le sens où le second peut se faire arbitre des causes et conséquences stimulant son acte. Alors, l’homme libre est-il celui qui est parvenu à maîtriser ses appétits, voire à les supprimer ? Est-ce seulement possible ? La liberté n’est-elle qu’une illusion ? Refuser d’entendre ses passions est-ce un gage d’épanouissement choisi ?

    Autant de questions qui seront discutées vendredi 4 novembre, à partir de 18 h 30, à la brasserie du centre commercial de La Chaussée. Participation libre et gratuite.


    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, [18] "Mes passions sont-elles des entraves à ma li Imprimer
  • SOUVENIRS, SOUVENIRS

    Les plus fidèles du café philosophique de Montargis s'en souviennent sans doute : le tout premier café philo, le 3 octobre 2009, était intitué "Autrui obstacle à ma liberté".

    Pour en savoir plus, rendez-vous sur ce lien.

     

    Lien permanent Catégories : => Saison 1, =>Saison 3, [01] "Autrui : obstacle à ma liberté?", [18] "Mes passions sont-elles des entraves à ma li Imprimer
  • PASSION CONTRE LIBERTÉ - UN EXEMPLE : "TOSCA"

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Documents, Musique, Vidéos/cinéma/TV, [18] "Mes passions sont-elles des entraves à ma li Imprimer
  • BIENTÔT LE PROCHAIN CAFÉ PHILOSOPHIQUE

    Affiche mes passions sont elles des entraves à ma liberté.pngDans une semaine, le vendredi 4 novembre 2011, le café philosophique de Montargis donne rendez-vous pour un nouveau débat : "Nos passions sont-elles des entraves à notre liberté ?"

    Comme d'habiture, la séance aura lieu lieu à la Brasserie du centre commercial de la Chaussée.

    Entrée libre et gratuite.

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, [18] "Mes passions sont-elles des entraves à ma li Imprimer
  • CASANOVA, HOMME DES PASSIONS, HOMME DES LUMIÈRES

    Casanova_fr.jpgGiacomo Casanova a joué le rôle de sa vie avec d'incontestables talents de metteur en scène. Armé de sa gaieté, d'un charme irrésistible et d'une liberté sans retenue, cet aventurier vénitien a traversé le siècle des Lumières à la vitesse du fluide électrique, exerçant mille métiers, arpentant l'Europe comme d'autres leur canton, rencontrant les grands comme la société où l'on s'encanaille, passant des baronnes aux putains, des cours aux prisons, aux salles de jeux et aux bouges. Ce séducteur à la réputation sulfureuse fut en fait un véritable philosophe en acte…

    LA SUITE ICI…

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Documents, Livres, [18] "Mes passions sont-elles des entraves à ma li Imprimer
  • ILS ONT DIT, AU SUJET DES PASSIONS...

     café philosophique de montargis, philo, philosophie, montargis

    "La vieillesse est un état de repos quant aux sens. Lorsque la violence des passions s'est relâchée, on se voit délivré d'une foule de tyrans forcenés." [Platon]

    "Domine tes passions pour qu'elles ne te dominent pas." [Publius Syrus]

    "Nous surmontons les vices et les passions de l'âme par le jugement dont nous sommes capables de faire preuve." [Plutarque]

    "Celui qui se perd dans sa passion perd moins que celui qui perd sa passion." [Saint Augustin]

    "La crainte de perdre engendre les mêmes passions que celle d'acquérir, car les hommes ne tiennent pour assuré ce qu'ils possèdent que s'ils y ajoutent encore." [Nicolas Machiavel]

    "Il n'est passion qui ébranle tant la sincérité des jugements comme la colère." [Montaigne]

    "Les passions sont toutes bonnes de leur nature et nous n'avons rien à éviter que leurs mauvais usages ou leurs excès." [René Descartes]

    "C'est une absurdité de croire que la divinité ait des passions humaines, et l'une des plus basses des passions humaines, un incessant appétit d'applaudissements." [David Hume]

    "La passion détruit plus de préjugés que la philosophie." [Denis Diderot]

    "Il n'y a que les passions et les grandes passions qui puissent élever l'âme aux grandes choses." [Denis Diderot]

    "Les passions de l'homme ne sont que des moyens que la nature emploie pour parvenir à ses desseins." [Marquis de Sade]

    "La passion amoureuse ou un haut degré d'ambition ont changé des gens raisonnables en fous qui déraisonnent." [Emmanuel Kant]

    "Rien de grand ne s'est accompli dans le monde sans passion." [Friedrich Hegel]

    "On a plus perdu, quand on a perdu sa passion que quand on s'est perdu dans sa passion." [Sören Kierkegaard]

    "Il est plus facile de renoncer à une passion que de la maîtriser." [Friedrich Nietzsche]

    "Le propre des hommes passionnés est de ne pas croire un seul mot de ce que l'on écrit sur les passions." [Alain]

    "On supporte moins aisément la passion que la maladie. Il y a toujours du remords et de l'épouvante dans la passion." [Alain]

    "Ce sont les passions et non les intérêts qui mènent le monde." [Alain]

    "L'apparence, comme la fraîcheur, est une passion. Il y a une obsession de la vérité, mais une passion de l'apparence." [Jean Baudrillard]


    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Citations, Documents, [18] "Mes passions sont-elles des entraves à ma li Imprimer
  • LA VALISE PHILOSOPHIQUE DU MOIS

    3271480587.jpgCette nouvelle Valise philosophique du mois (colonne de droite) présente des documents portant sur notre prochain débat : "Mes passions sont-elles des entraves à ma liberté ?" Ces documents (textes, vidéos, musiques), seront enrichis et complétés dans les prochains jours.

     

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 3, Documents, La valise philosophique, Vie du site, vie du café philo, [18] "Mes passions sont-elles des entraves à ma li Imprimer

"L'homme raisonnable est plus libre dans la cité où il vit sous la loi commune que dans la solitude où il n'obéit qu'à lui-même." [Baruch Spinoza]