Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • HEGEL : SENS DE L'HISTOIRE ET RUSE DE LA RAISON

    bataille_wagram_napoleon.jpg"La fin générale avec laquelle commence l'histoire, est de donner satisfaction au concept de l'Esprit. Mais cette fin n'existe qu'en soi, c'est à-dire comme nature : c'est un désir inconscient, enfoui dans les couches les plus profondes de l'intériorité, et toute l'œuvre de l'histoire universelle consiste, ainsi qu'il a déjà été dit, dans l'effort de le porter à la conscience. L'homme fait son apparition comme être naturel se manifestant comme volonté naturelle : c'est ce que nous avons appelé le côté subjectif, besoin, désir, passion, intérêt particulier, opinion et représentation subjectives. Cette masse immense de désirs, d'intérêts et d'activités constitue les instruments et les moyens dont se sert l'Esprit du Monde (Weltgeist) pour parvenir à sa fin, l'élever à la conscience et la réaliser. Car son seul but est de se trouver, de venir à soi, de se contempler dans la réalité. C'est leur bien propre que peuples et individus cherchent et obtiennent dans leur agissante vitalité, mais en même temps ils sont les moyens et les instruments d'une chose plus élevée, plus vaste qu'ils ignorent et accomplissent inconsciemment."

    Hegel, La Raison dans l'Histoire (1830)

     

    Lien permanent Catégories : "Faut-il trouver un sens à chaque chose?", =>Saison 5, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • BECKETT : "EN ATTENDANT GODOT"

    godot.jpg"Estragon : Qu'est-ce que tu as ?

    Vladimir : Je n'ai rien.

    Estragon : Moi je m'en vais.

    Vladimir : Moi aussi.

    Silence.

    Estragon : Il y avait longtemps que je dormais ?

    Vladimir : Je ne sais pas.

    Silence.

    Estragon : Où irons-nous ?

    Vladimir : Pas loin.

    Estragon : Si si, allons-nous-en loin d'ici !

    Vladimir : On ne peut pas.

    Estragon : Pourquoi ?

    Vladimir : Il faut revenir demain.

    Estragon : Pour quoi faire ?

    Vladimir : Attendre Godot.

    Estragon : C'est vrai. (Un temps.) Il n'est pas venu ?

    Vladimir : Non.

    Estragon : Et maintenant il est trop tard.

    Vladimir : Oui, c'est la nuit.

    Estragon : Et si on le laissait tomber ? (Un temps.) Si on le laissait tomber ?

    (...)

    Estragon : Je ne peux plus continuer comme ça.

    Vladimir : On dit ça.

    Estragon : Si on se quittait ? Ça irait peut-être mieux.

    Vladimir : On se pendra demain. (Un temps) À moins que Godot ne vienne.

    Estragon : Et s'il vient.

    Vladimir : Nous serons sauvés.

    Vladimir enlève son chapeau - celui de Lucky - regarde dedans, y passe la main, le secoue, le remet.

    Estragon : Alors on y va ?

    Vladimir :Relève ton pantalon.

    Estragon :Comment ?

    Vladimir :- Relève ton pantalon.

    Estragon : Que j'enlève mon pantalon

    Vladimir : Relève ton pantalon.

    Estragon : C'est vrai.

    Il relève son pantalon. Silence.

    Vladimir : Alors on y va ?

    Estragon : Allons-y.

    Ils ne bougent pas."

    Samuel Beckett, En attendant Godot (1948)

     

    Lien permanent Catégories : "Faut-il trouver un sens à chaque chose?", =>Saison 5, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • "USUAL SUSPECTS" (LE SENS EST DANS DES DÉTAILS)

    Lien externe

     

    Lien permanent Catégories : "Faut-il trouver un sens à chaque chose?", =>Saison 5, Documents, Vidéos/cinéma/TV Imprimer
  • DESCARTES : "LE BON SENS EST LA CHOSE DU MONDE LA MIEUX PARTAGÉE"

    discours methode.jpg"Le bon sens est la chose du monde la mieux partagée; car chacun pense en être si bien pourvu que ceux même qui sont les plus difficiles à Contenter en toute autre chose n'ont point coutume d'en désirer plus qu'ils en ont. En quoi il n'est pas vraisemblable que tous se trompent: mais plutôt cela témoigne que la puissance de bien juger et distinguer le vrai d'avec le faux, qui est proprement ce qu'on nomme le bon sens ou la raison, est naturellement égale en tous les hommes; et ainsi que la diversité de nos opinions ne vient pas de ce que les uns sont plus raisonnables que les autres, mais seulement de ce que nous conduisons nos pensées par diverses voies, et ne considérons pas les mêmes choses. Car ce n'est pas assez d'avoir l'esprit bon, mais le principal est de l'appliquer bien. Les plus grandes âmes sont capables des plus grands vices aussi bien que des plus grandes vertus; et ceux qui ne marchent que fort lentement peuvent avancer beaucoup davantage, s'ils suivent toujours le droit chemin, que ne font ceux qui courent et qui s'en éloignent.

    Pour moi, je n'ai jamais présumé que mon esprit fût en rien plus parfait que ceux du commun; même j'ai souvent souhaité d'avoir la pensée aussi prompte, ou l'imagination aussi nette et distincte ou la mémoire aussi ample ou aussi présente, que quelques autres. Et je ne sache point de qualités que celles-ci qui servent à la perfection de l'esprit; car pour la raison, ou le sens, d'autant qu'elle est [123] la seule chose qui nous rend hommes et nous distingue des bêtes, je veux croire qu'elle est tout entière en un chacun; et suivre en ceci l'opinion commune des philosophes, qui disent qu'il n'y a du plus et du moins qu'entre les accidents, et non point entre les formes ou natures des individus d'une même espèce...

    Toutefois il se peut faire que je me trompe, et ce n'est peut-être qu'un peu de cuivre et de verre que je prends pour de l'or et des diamants. Je sais combien nous sommes sujets à nous méprendre en ce qui nous touche, et combien aussi les jugements de nos amis nous doivent être suspects, lorsqu'ils sont en notre faveur. Mais je serai bien aise de faire voir en ce discours quels sont les chemins que j'ai suivis, et d'y représenter ma vie comme en un tableau, afin que chacun en puisse juger, et qu'apprenant du bruit commun les opinions qu'on en aura, ce soit un nouveau moyen de m'instruire, que j'ajouterai à ceux dont j'ai coutume de me servir."

    René Descartes, Discours de la Méthode (1637)

     

    Lien permanent Catégories : "Faut-il trouver un sens à chaque chose?", =>Saison 5, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • HOFSTADTER : LES BOUCLES ÉTRANGES

    m-c-escher-ascending-and-descending.jpg"Escher a réalisé des Boucles Étranges de différentes façons, ces boucles pouvant être classées selon leur étroitesse. La version la plus large est celle de Montée et descente, dans laquelle des moines cheminent interminablement en boucles, car le nombre de degrés, avant le retour au point de départ, est élevé. La lithographie Mouvement perpétuel présent, elle, une boucle plus serrée, qui ne comporte que six degrés discrets. Peut-être pensez-vous que la notion de degré est ambiguë. Doit-on, par exemple, voir quatre niveaux (paliers) ou quarante-cinq niveaux (marches) dans Montée et descente ? Il est certain que la détermination du nombre de niveaux, non seulement dans les œuvres d'Escher, mais dans tous les systèmes multi-niveaux hiérarchiques, est voilée d'une imprécision qui leur est inhérente...

    Le concept de Boucle Étrange contient implicitement le concept d'infini, car qu'est-ce qu'une boucle si ce n'est une forme de représentation d'un processus infini d'une façon finie ? L'infini joue justement un rôle important dans les dessins d'Escher. Des copies d'un thème unique sont souvent assemblées les unes aux autres, formant des réalisations graphiques comparables aux canons de Bach. On peut retrouver plusieurs de ces systèmes dans la célèbre Métamorphose d'Escher. Là encore, on retrouve le principe du Canon Éternellement Remontant : on s'éloigne de plus en plus du point de départ, pour s'y retrouver tout à coup. Les plans à remplissage périodique de Métamorphose et d'autres tableaux contiennent toujours des suggestions d'infini, mais dans d'autres dessins d'Escher apparaissent des visions plus délirantes de l'infini. Dans certains, un seul thème apparaît à différents niveaux de réalité. Un niveau peut, par exemple, être identifiable comme le niveau de l'imaginaire, tandis qu'un autre est celui de la réalité. Il se peut que seuls ces deux niveaux aient été explicitement représentés, mais leur seule présence invite le spectateur à se considérer comme partie intégrante d'un niveau encore différent. Le spectateur est alors pris au piège de la chaîne de niveaux implicite d'Escher dans laquelle chaque niveau est suivi d'un niveau supérieur, d'une plus grande "réalité", et est précédé d'un niveau inférieur, "plus imaginaire". Déjà là, ce peut être déconcertant. Mais que se passe-t-il si cette chaîne de niveaux n'est pas linéaire, mais forme une boucle ? Comment définir le réel, comment définir l'imaginaire ? Là où est Escher s'est montré génial, c'est qu'il a su inventer, mais aussi dessiner, des dizaines de mondes semi-réels et semi-mythiques, pleins de Boucles Étranges, dans lesquels il semble inviter ses spectateurs à pénétrer."

    Douglas Hofstadter, Gödel Escher Bach, les Brins d'une Guirlande Éternelle (1985)

    Lien permanent Catégories : "Faut-il trouver un sens à chaque chose?", =>Saison 5, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • "LE SENS DE LA VIE"

     Lien externe

     

    Lien permanent Catégories : "Faut-il trouver un sens à chaque chose?", =>Saison 5, Documents, Musique, Vidéos/cinéma/TV Imprimer
  • IONESCO : "COMME C'EST CURIEUX !" OU LE THÉÂTRE DE L'ABSURDE

    IONESCO.jpgMme et M. Martin s'assoient l'un en face de l'autre, sans se parler. Ils se sourient, avec timidité.

    M. Martin, d'une voix traînante, monotone, un peu chantante, nullement nuancée. - Mes excuses, Madame, mais il me semble, si je ne me trompe, que je vous ai déjà rencontrée quelque part.

    Mme Martin - A moi aussi, Monsieur, il me semble que je vous ai déjà rencontré quelque part.

    M. Martin - Ne vous aurais-je pas déjà aperçue, Madame, à Manchester, par hasard ?

    Mme Martin - C'est très possible ! Moi, je suis originaire de la ville de Manchester ! Mais je ne me souviens pas très bien, Monsieur, je ne pourrais pas dire si je vous y ai aperçu ou non !

    M. Martin - Mon Dieu, comme c'est curieux ! Moi aussi je suis originaire de la ville de Manchester, Madame !

    Mme Martin - Comme c'est curieux !

    M. Martin - Comme c'est curieux !... Seulement moi, Madame, j'ai quitté la ville de Manchester il y a cinq semaines environ.

    Mme Martin - Comme c'est curieux ! Quelle bizarre coïncidence ! Moi aussi, Monsieur, j'ai quitté la ville de Manchester il y a cinq semaines environ.

    M. Martin - J'ai pris le train d'une demie après huit le matin, qui arrive à Londres un quart avant cinq, Madame.

    Mme Martin - Comme c'est curieux ! Comme c'est bizarre! et quelle coïncidence ! J'ai pris le même train, Monsieur, moi aussi !

    M. Martin - Mon Dieu, comme c'est curieux! Peut-être bien alors, Madame, que je vous ai vue dans le train?

    Mme Martin - C'est bien possible, ce n'est pas exclu, c'est plausible et, après tout, pourquoi pas ! Mais je n'en ai aucun souvenir, Monsieur."

    Eugène Ionesco, La Cantatrice chauve, scène IV (1950)

     

    Lien permanent Catégories : "Faut-il trouver un sens à chaque chose?", =>Saison 5, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • LE CAFÉ PHILO ANNONCE...

    Le café philosophique annonce à titre amical le vide-grenier de l'école Jean-Moulin (quartier de La Chaussée).

    Ce vide-grenier aura lieu le dimanche 18 mai 2014 de 6H à 18H.

    Affiche image vide grenier 2014.PNG

     

    Lien permanent Catégories : Quartier de La Chaussée / Montargis et sa région Imprimer
  • SENS D'UN CHEF D'OEUVRE

    proverbesg.jpg

    "Le tableau doit être considéré comme une image de l'absurdité du monde, mise en lumière par maints exemples de la folie des hommes.

    La maison, à gauche, porte au-dessus de l'entrée, en guise d'enseigne, une sphère, dont la croix, pour signifier le monde renversé, est tournée vers le bas, au lieu de se trouver en haut. Les nombreuses scènes proverbiales qui illustrent les différents exemples du caractère insensé de l'humanité, sont disséminées dans les bâtiments et les rues d'un village édifié d'une manière fantastique...

    Les différentes scènes se jouent simultanément, mais elles sont absolument indépendantes les unes des autres, exactement comme les hasards de la réalité pourraient nous les représenter."

    Gustav Glück, Pieter Brueghel l'Ancien (1936)
    A propos du chef d'oeuvre de Pieter Brueghel, Les Proverbes flamands (1559)

     

    Lien permanent Catégories : "Faut-il trouver un sens à chaque chose?", =>Saison 5, Compilation de textes, Documents, Livres, Peintures/Photos/BD Imprimer
  • LE CAFÉ PHILO COMME SI VOUS Y ÉTIEZ...

     podcast

     Reportage de C2L, diffusé le 18 janvier 2014

     

    Lien permanent Catégories : Interview et reportages, Radio Imprimer
  • MERCI AUX PARTICIPANTS DE LA SÉANCE DU 28 MARS 2014

    applause.gif

    Le café philosophique de Montargis a réuni pour sa séance du 28 mars 2014 septembre environ 70 personnes. Le débat s'intitulait : "Famille(s) je vous aime, famille(s) je vous hais"

    Claire et Bruno tiennent à remercier les personnes présentes. Bientôt, sur ce site, vous retrouverez comme d'habitude le compte-rendu de cette séance.

    La prochaine séance du café philosophique de Montargis aura lieu le vendredi 9 mai 2014 à 19 heures, à la Brasserie du Centre commercial de la Chaussée pour un débat intitulé : "Faut-il trouver un sens à chaque chose ?" Ce débat sera exceptionnellement animé par des élèves de Terminale L.

    Notez également que la seconde émission de "La Philosophie au Comptoir" aura lieu le lundi 28 avril à 20 heures su C2L. Titre de cette nouvelle émission du café philo : "La manipulation dans le couple". Claire et Bruno seront accompagnés de Catherine Armessen. 

     

    Lien permanent Catégories : "Famille(s) je vous aime, famille(s) je vous hais", "Faut-il trouver un sens à chaque chose?", =>Saison 5 Imprimer
  • INTERVIEW SUR C2L POUR LA SÉANCE DU 28 MARS 2014


    podcast

    Interview de Bruno sur C2L, à l'occasion de la séance "Famille(s) je vous aime, famille(s) je vous hais". 

     

    Lien permanent Catégories : "Famille(s) je vous aime, famille(s) je vous hais", =>Saison 5, Interview et reportages, Radio Imprimer
  • "LES GARCONS ET GUILLAUME, À TABLE !"

    Lien externe

     

    Lien permanent Catégories : "Famille(s) je vous aime, famille(s) je vous hais", =>Saison 5, Documents, Vidéos/cinéma/TV Imprimer
  • "MON FILS EST TOXICOMANE OU PSYCHOTIQUE..."

    Christophe est le père de Guillaume. Enfant, il lui lisait des livres et l’accompagnait au judo. Vingt-et-un ans plus tard, il le regarde alterner épisodes toxicomanes et séjours en psychiatrie, sans rien pouvoir y faire.

    Mon fils est toxicomane. Ou psychotique, je ne sais pas. Est-il l’un parce qu’il est l’autre ou l’autre parce qu’il est l’un ? Je ne sais pas.

    Si tu veux avoir une idée de ce qu’est un toxicomane/psychotique, tu prends un verre, tu y mets un tube d’anxiolytiques, un autre de médicament à base de codéine. Tu bois… et là, tu es heureux, calme, posé. Tes délires cessent. Tu te sens bien. Tu ajoutes un peu d’alcool et de cannabis.

    LA SUITE ICI...

     

    Lien permanent Catégories : "Famille(s) je vous aime, famille(s) je vous hais", =>Saison 5, Documents, Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • CAFÉ PHILOSOPHIQUE : "FAMILLE(S) JE VOUS AIME, FAMILLE(S) JE VOUS HAIS"

    Affiche Familles je vous aime familles je vous hais2.png

    La prochaine séance du café philosophique de Montargis aura lieu le vendredi 28 mars 2014 à 19H à la Brasserie du Centre commercial de la Chaussée

    Le débat sera intitulé : "Famille(s) je vous aime, famille(s) je vous hais"

     
    Lien permanent Catégories : "Famille(s) je vous aime, famille(s) je vous hais", =>Saison 5 Imprimer