Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • MERCI AUX PARTICIPANTS DU CAFÉ PHILO

    Merci à tous les participants du café philosophique de Montargis qui se réunissaient hier soir pour la séance "Engagement(s) ! Philosophie de l'engagement et engagements du philosophe". Ce débat riche a été un moment d'échange particulièrement vivant.

    Bientôt, sur ce site, le compte-rendu des débats.

    Et rendez-vous le vendredi 17 décembre pour le prochain rendez-vous du café philo qui sera consacré à Noël. Nous espérons en faire un moment particulièrement convivial.

     

    Lien permanent Catégories : "Engagement(s) !", => Saison 2 Imprimer
  • FAIRE DE LA PHILOSOPHIE EN SECONDE, C'EST TROP TÔT ?

    "Voilà que ressurgit d'un carton ministériel la vieille idée d'introduire l'enseignement de la philosophie plus tôt dans le cursus scolaire. Aujourd'hui, l'idée est de le tester au lycée, en classe de 2de ; d'autres fois, on a voulu l'essayer au collège, voire à l'école primaire. Les uns comme les autres se gardent le plus souvent de dire ce qui fait au juste qu'un enseignement est un enseignement philosophique, et non simplement un enseignement de choses qui ont un rapport plus ou moins lointain à la philosophie..."

    LA SUITE ICI...


    Lien permanent Catégories : Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • LE RETOUR DE LA VALISE PHILOSOPHIQUE DU MOIS !

    2698591304_small_1.jpgLe site du café philo reprend sa rubrique "La valise philosophique" que nous avons conçu comme un pack de documents destinés à éclairer la séance du mois.

    C'est sur l'engagement que porte cette valise philosophique. Nous y avons inclus :

    - Deux analyses de la philosophie de l'engagement sur ces liens : http://www.lvn.asso.fr/IMG/pdf/PHILOSOPHIE_DE_L_ENGAGEMENT_HH_2006_2.pdf et http://www.lvn.asso.fr/IMG/pdf/transcription_intervention_H__Hausemer_MAL.pdf.

    - une vidéo : "Philosophie et engagement" : http://www.youtube.com/watch?v=yOvOxtVpurM.

    - la synthèse d'un colloque qui s'était tenu à Lausane en 2005 et portant sur l'engagement littéraire : http://www.fabula.org/revue/document2387.php.

    - Un article de la revue Altermondes : http://altermondes.org/spip.php?article879.

    - Un article français sur Jean-Paul Sartre et l'engagement dans la Revue de Téhéran : http://www.teheran.ir/spip.php?article106

    - "L'engagement littéraire peut-il changer le monde ?" s'interroge Marc Houssaye dans le cadre du Café Citoyen de Caen. Son analyse ici : http://www.cafes-citoyens.fr/comptes-rendus/428-l-engagement-litteraire-peut-il-changer-le-monde-2.

     

    Lien permanent Catégories : "Engagement(s) !", => Saison 2, Documents, La valise philosophique, Vie du site, vie du café philo Imprimer
  • PROPOS D'ALBERT CAMUS SUR L'ENGAGEMENT

    69820_albert_camus_img.jpg

    "Chaque génération sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu’elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde ne se défasse."         

    Albert Camus, Discours de Stockholm, 10 décembre 1957, texte intégral sur ce lien : http://nobelprize.org/nobel_prizes/literature/laureates/1957/camus-speech-f.html


    "Les hommes de mon âge en France et en Europe sont nés juste avant ou pendant la première grande guerre. Ils sont arrivés à l’adolescence au moment de la crise économique mondiale.., on leur a offert ensuite la guerre d’Espagne, Munich, la guerre de 1939, la défaite des quatre années d’Occupation et de luttes clandestines. Je suppose donc que c’est ce qu’on appelle une génération intéressante.., nombre de Français qui ont aujourd’hui trente ans ont formé leur cœur et leur intelligence pendant les années terribles, où, avec leur pays, ils se sont nourris de honte et ont vécus de révolte."

    "La seule question était de savoir si nous allions accepter ce monde où il n’était plus possible que d’être victime ou bourreau. Et si nous ne l’acceptions pas, quelles raisons nous pouvions avoir à lui opposer."

    "Nous avons compris que puisque certains d’entre-nous avaient accepté de mourir pour cette communauté, par laquelle tous les hommes communiquaient entre, c’est qu’ils avaient trouvé une valeur plus importante que leur existence personnelle, et par conséquent, sinon une vérité, du moins un règle de conduite."

    Albert Camus, Discours à l’Université de Columbia, 28 mars 1946.

     

    "Mais cette réflexion, pour le moment, ne nous fournit qu'une seule notion, celle de l'absurde. À son tour, celle-ci ne nous apporte rien qu'une contradiction en ce a qui concerne le meurtre. Le sentiment de l'absurde, quand on prétend d'abord en tirer une règle d'action, rend le meurtre au moins indifférent et, par conséquent, possible. Si l'on ne croit à rien, si rien n'a de sens et si nous ne pouvons affirmer aucune valeur, tout est possible et rien n'a d'importance. Point de pour ni de contre, l'assassin n'a ni tort ni raison. On peut tisonner les crématoires comme on peut aussi se dévouer à soigner les lépreux. Malice et vertu sont hasard ou caprice. (...) Dans ce dernier cas, faute de valeur supérieure qui oriente l'action, on se dirigera dans le sens de l'efficacité immédiate. Rien n'étant vrai ni faux, bon ou mauvais, la règle sera de se montrer le plus efficace, c'est-à-dire le plus fort. Le monde alors ne sera plus partagé en justes et en injustes, mais en maîtres et en esclaves. Ainsi, de quelque côté qu'on se tourne, au cœur de la négation et du nihilisme, le meurtre a sa place privilégiée."

    Albert Camus, L’Homme révolté, 1951


    Lien permanent Catégories : "Engagement(s) !", => Saison 2, Documents Imprimer
  • ENGAGEMENT(S) !

    Affiche engagement png.pngC’est à 18h30, le vendredi 26 novembre, qu’aura lieu, à la brasserie du centre commercial de la Chaussée, la nouvelle séance du café philosophique de Montargis. Il s’agira cette fois de discuter de l’engagement. Ce débat aura pour titre : « Engagement(s) ! Philosophie de l’engagement et engagements du philosophe » : vaste programme ! Alors qu’il est un concept né avec la philosophie (en ce sens qu’Aristote dit de l’homme qu’il décide de ses actions et en assume les conséquences), on nous demande presque quotidiennement de nous engager. Nous promettons sans cesse, signons, œuvrons en fonction de nos différents engagements. Ces derniers, qu’ils soient professionnel, marital ou même familial nous imposent une ligne de conduite, nous construisent. Toutefois, nous déplorons l’absence d’engagement de nos enfants (ne serait-ce que par le massif abstentionnisme aux dernières élections), des financiers et des hommes d’affaires (lors de la crise économique notamment) et même de nos hommes politiques (les récentes affaires mettent à mal notre confiance en ces derniers). Alors, peut-on parler d’une sorte de crise de l’engagement ? Si l’on considère comme acquis que l’engagement nous construit, fait de nous des êtres moraux et responsables, devenons-nous personne en ne nous engageant plus ? Les philosophes sont-ils aujourd’hui des hommes engagés ?

    Venez nombreux et motivés pour discuter de ces questions, et de bien d’autres, autour d’un verre, vendredi prochain, à 18 h 30 à la brasserie du centre commercial de la Chaussée.


    Lien permanent Catégories : "Engagement(s) !", => Saison 2 Imprimer
  • JOURNÉE MONDIALE DE LA PHILOSOPHIE A L’UNESCO : LES PARADOXES DE LA PHILOSOPHIE

    unesco.jpgL'Unesco souligne le clivage entre la ferveur populaire et le désarroi scolaire. La Journée mondiale de la philosophie de l'Unesco, le 18 novembre, l'a encore prouvé: la philosophie a la cote. Cafés, festivals, magazines, cabinets, consultations, croisières, séminaires d'entreprise, aucun domaine de la société ne semble échapper à sa séduction, voire à son emprise.

    La suite ici...

     

    Lien permanent Catégories : Documents, Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • LA PHILOSOPHIE EXPÉRIMENTÉE DÈS LA SECONDE À LA RENTRÉE 2011

    classe.gifL'enseignement de la philosophie sera expérimenté en France dès la classe de seconde à partir de la rentrée 2011, a annoncé jeudi le ministre de l'Education nationale, Luc Chatel.

    Parallèlement, des professeurs de philosophie pourront enseigner l'éducation civique, juridique et sociale" (ECJS), un cours dispensé en seconde, sous l'angle spécifiquement philosophique.

    "Avec le président de la République, nous avons décidé d'étendre l'enseignement de la philosophie en amont de la classe de terminale", a expliqué le ministre lors de la journée mondiale de la philosophie organisée à Paris par l'Unesco.

    La suite ici...

     

    Lien permanent Catégories : Documents, Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • PROCHAIN CAFÉ PHILOSOPHIQUE

    laliberteguidantlepeuple.jpgLe prochain café philosophique aura lieu le vendredi 26 novembre 2010 à 18H30 à la brasserie du Centre commercial de la Chaussée.

    Ce débat aura pour thème l'engagement et portera d'ailleurs ce titre : "Engagement(s) !" 

    Plus d'informations sur ce site dans quelques jours.

     

    Lien permanent Catégories : "Engagement(s) !", => Saison 2 Imprimer
  • DE LA PHILOSOPHIE EN MATERNELLE 2

    Sortie aujourd'hui du film Ce n'est qu'un Début.

    Pour en savoir plus, rendez-vous sur un billet précédent consacré à ce documentaire.

     

    Lien permanent Catégories : Quelques news en philo mais pas que, Vidéos/cinéma/TV Imprimer
  • PRIX DÉCEMBRE POUR UN LIVRE DE PHILOSOPHIE INATTENDU

    9782081236158.jpgLe Prix Décembre 2010  a été décerné à  Frédéric Schiffter pour son livre Philosophie sentimentale paru aux éditions Flammarion par le jury  au quatrième tour par sept voix contre cinq à Olivia Rosenthal pour Que font les rennes après Noël ?...

    Dans cet ouvrage en forme de décalogue, l'écrivain philosophe présente cette discipline comme un moyen de "démystifier des foutaises ronflantes" et de "mettre un nez rouge aux idoles."

    Un passage en revue de la philosophie inattendu et personnel où l'on retrouve Cioran, Nietzsche, Pessoa, Proust, Schopenhauer, Montaigne, Freud, Chamfort, Clément Rosset, L'Ecclésiaste et Malcom Lowry... qui répond au précepte de Schiffter : ne compter comme philosophie que ce qui relève de l'expérience personnelle desdits philosophes, ainsi destitués de leur piédestal conceptuel (ils ne sont pas de purs esprits).

    Pour en savoir plus, cliquez ici...


    Lien permanent Catégories : Documents, Livres, Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • COMPTE-RENDU DE LA DERNIÈRE SÉANCE

    Sujet : Cela a-t-il encore un sens de philosopher de nos jours ?

    Environ 20 personnes étaient présentes pour ce premier café philosophique de cette deuxième saison (et huitième en tout). Cette séance inaugure de nouveaux horaires : les cafés philos, toujours accueillis à la brasserie du centre commercial de la Chaussée, auront dorénavant lieu pour des raisons pratiques le vendredi soir à 18H30 (au lieu du samedi). Claire précise que ces rencontres gardent le même objectif que ceux de la première saison : faire de ces animations des lieux et des moments ouverts aux discussions sur des sujets que les participants choisissent. En aucun cas il ne s’agit de cours de philosophie !

    Il paraissait intéressant pour cette première séance de réfléchir à la place de la philosophie de nos jours et, par là, de l’utilité des cafés philosophiques...

    Pour cette première séance, une fois n’est pas coutume (et gageons que cela se reproduira avec d’autres personnes par la suite), ce n’est pas Claire qui lance et problématise le sujet mais Bruno.

    450px-Socrates_Louvre.jpgQuand on parle du sens de l’acte de philosopher, dit-il, il faut bien se demander quelle est la direction et l’objectif que l’on veut demander à cette activité. Et d’abord, qu’est-ce que philosopher ? Le mot « philosophie », activité véritablement née en Grèce, vient de la langue grecque, justement. Son étymologie vient de philo (« l’amour ») et sophia (« sagesse »). Or, Pythagore, l’un des premiers véritables « philosophes », considère que parvenir à la sagesse est impossible pour l’homme : pour lui, seuls les dieux ont cette sagesse et les hommes ne peuvent que tenter de s’en approcher. Finalement, cette vanité de l’acte de philosopher est inscrite dans les gènes de la philosophie. D’ailleurs, la question de l’utilité de la philosophie est aussi vieille que la philosophie elle-même. Ainsi, dans Les Nuées de l’écrivain et homme de théâtre Aristophane, ce dernier se montre corrosif à l’égard de Socrate et des philosophes en particulier : ces derniers sont considérés comme inutiles à la Cité grecque, obnubilés (trop obnubilés ?) par des considérations loin des préoccupations quotidiennes : le philosophe serait dans les nuages, dans la lune, dans "les nuées"… Platon reprend cette critique du philosophe, tout en la combattant. Dans Gorgias, Calliclès considère qu’il est bon qu’un jeune citoyen apprenne la philosophie et celui qui ne le ferait pas serait dans l’erreur. Par contre, un vieil homme qui s’y adonnerait serait ridicule. Plus près de nous, Hegel, dans Leçons sur l’Histoire de la Philosophie, ne cache pas sa vision « crépusculaire » de l’acte de philosopher : on ne philosophe, dit-il, que lorsque tous les besoins matériels sont assouvis, à la fin de la journée. La philosophie reste pour lui un acte de loisir (ce que dit également Platon). C’est également un acte crépusculaire dans le sens où les grands moments historiques sont des périodes de fin d’une époque : « La science et la philosophie moderne parurent dans la vie européenne au XVe et au XVIe siècle quand fut ruinée la vie médiévale… »

    hegel-farb.jpgClaire ajoute que justement cette étymologie en dit long sur la philosophie. En effet le grec philein se traduit par « aimer » certes, mais cet amour se distingue du « désir » (eros). La quête qui anime le philosophe n’a donc pas pour moteur un manque qu’il chercherait à combler (manque de recul, de connaissance, etc.) mais est d’abord guidée par un souci contemplatif. La philosophie est contemplative. Comme dit Hegel« La chouette de Minerve ne prend son envol qu’à la tombée de la nuit » et « la philosophie ne peint que du gris sur du gris ». La philosophie n’a donc jamais eu pour but de changer le monde, elle vient après la bataille. Le philosophe, dès lors, ne peut jamais anticiper mais simplement tirer des leçons et apprendre pour s’approcher, petit à petit, de la vérité ou de la morale. C’est ainsi un mouvement dialectique qui caractérise la pensée philosophique, mouvement qui remet en question (« je ne sais qu’une chose que je ne sais rien » dit Socrate) puis qui construit dans un souci positif. Dès lors, philosopher ce n’est pas simplement contempler mais c’est bien plutôt critiquer, au sens kantien du terme. La critique kantienne est en effet une remise en cause dans un souci de créer un moment positif à sa suite. Il faut donc distinguer la philosophie (l’ensemble des systèmes de pensées créées par les philosophes) et le philosopher (l’acte de réfléchir au sens littéral : de se réfléchir, tel un miroir, de se penser).

    Philosopher est donc avant tout une quête de sens. Et Gilles convient que cette quête fait de la philosophie un moment où l’on prend du recul sur soi, ses choix, sa vie. Dès lors, philosopher doit se pratiquer car l’homme n’est définit que par son rapport à soi. Etre homme c’est en effet être « pensée se pensant », c’est-à-dire être conscience. Tout le monde doit philosopher et tout le monde semble le faire.

    ca-me-saoule.jpgToutefois, il semblerait qu’il y ait un clivage entre philosophie (considérée comme la « vraie ») et philosophie (« philosophie de vie » pratiquée par tout un chacun). En effet, comme le rappellent plusieurs participants, il apparaît que la philosophie soit rendue hermétique parce que destinée à une élite alors que les penseurs que l’on comprend, et donc qui sont aussi destinés au « petit peuple » que nous sommes, sont taxés de non-philosophes. Nous convenons que ce clivage est affaire d’orgueil. Sans doute que le philosophe doit mériter ses lettres de noblesse, mais beaucoup d’entre nous regrettent que ceux que l’on entend soient par là même - et même en conséquence - exilés du cercle des penseurs contemporains.

    Bruno fait un  aparté en parlant d'un sondage publié par le magazine Marianne au sujet de la notoriété et de l'infleunce des intellectuels sur l'opinion française. Il apparaît que ce sont les personnalités les plus médiatiques qui sont citées (Bernard-Henri Lévy, Elisabeth Badinter ou Jacques Attali). "Sondage un peu vain", commente un participant. En tout cas, ce sondage (certes peu représentatif), est l'occasion de se demander ce qui fait la "légitimité" d'un philosophe. Claire prend l'exemple de l'écrivain Eric-Emmanuel Schmitt, auteur de nombreux ouvrages de vulgarisation en rapport avec la philosophie (L'Evangile selon Pilate par exemple). N'est-ce pas emblématique de voir un tel auteur, agrégé de philosophie, être considéré par certains intellectuels comme un auteur populaire (donc) négligeable ? La philosophie devrait-elle se cantonner à une science réservée aux élites ? 

    Dans cette lignée, reprend Claire, nous concluons sur la "presque mort" de la "philosophie" au sens classique du terme. Si nous autres petites gens, nous ne sommes pas bons à philosopher parce que nous ne lisons ni ne comprenons tout Kant, alors c’est que la philosophie va vite mourir. Finalement ce souci d’être destinée à une élite, car correspondant à la pensée pure, n’est-ce pas aller contre Socrate et Platon (premiers philosophes) ? Socrate commence le philosopher dans la sagesse de son ignorance et Platon condamne le sophisme parce que pure rhétorique. Condamner un homme à être simple essayiste parce qu’il s’adresse à toute la population et ne crée pas un système de pensée avec des nouveaux concepts, des néologismes et des mots compliqués n’est-ce pas ne s’intéresser qu’à la rhétorique ?

    Paris 2009 008.jpgContre cette mort, plusieurs d’entre nous affirment la construction d’une nouvelle philosophie, qui revient peut-être aux valeurs de Socrate : celle qui consiste à essayer de réfléchir sur soi et le monde, de cultiver son propre jardin comme Voltaire nous le demandait. Pour cela, l’homme semble devoir s’inscrire dans un dialogue, avec lui-même certes, mais aussi avec autrui. Sans tomber dans un pathos qui n’aurait aucun sens ici, quelques participants concluent au sens du philosopher aujourd’hui : il se veut échange et partage d’une pensée qui se construit au fur et à mesure du dialogue et qui refuse le soliloque des publicitaires ou même des politiques. Philosopher c’est se confronter à l’altérité avant tout, ne pas en rester là ! Doit-on rappeler que le premier café philosophique est né en 1992 à Paris (Café philo des Phares à Paris, 12e) et qu’aujourd’hui on en compte une centaine dans toute la France ? Finalement, ajoute Daniel, l’objectif de tout philosophe ne serait-il pas de s’exprimer, de communiquer ? Bruno va dans ce sens et conclue les débats par une citation de Jean Toussaint Dessanti (dans un texte de présentation d’un livre de conversation de François Chatelet (1925-1985), Une Histoire de la Raison) : « Qu’est-ce que la philosophie en effet, sinon cet entêtement dans la dépense du penser qui rassemble, exprime et forme en partage, donnant ainsi toujours et sans répit "de quoi penser" à qui veut entendre ? »

    A 19h45, ce huitième café philosophique se termine sur le choix des sujets des futures séances. Il est décidé que le prochain thème mis sur le tapis sera celui de l’engagement. Rendez-vous le vendredi 26 novembre à 18h30, à la brasserie du centre commercial de La Chaussée.


    A noter que ce billet est le 100e de ce blog !


    Lien permanent Catégories : "Cela a-t-il un sens de philosopher ?", => Saison 2, Comptes-rendus des débats Imprimer
  • RETOUR DE LA RUBRIQUE "ACTUALITÉS PHILOSOPHIQUES"

    Lady Gaga.jpgAprès plusieurs semaines de silence, le site de notre café philosophique remet en place la rubrique "Actualités philosophiques" (colonne de gauche). Au menu : informations sérieuses (et moins sérieuses) sur la vie de la philosophie : actualité générale, sorties d'ouvrages, films, réflexions ou manifestations. Parmi les sujets qui nous ont interpellé : un débat à Cahors sur le droit de mourir dans la dignité (objet d'un café philosophique à Montargis il y a un an), un essai sur la mort des philosophes (sujet étrangement peu traité) ou, plus insolite, l'annonce de futurs cours de sociologie consacrés à la chanteuse Lady Gaga (en photo)...

     

    Lien permanent Catégories : Documents, Quelques news en philo mais pas que, Vie du site, vie du café philo Imprimer
  • DE LA PHILOSOPHIE EN MATERNELLE

    ce n'est qu'un début.JPGLe café philosophique de Montargis souhaite mettre un coup de projecteur sur le film Ce n'est qu'un Début de Jean-Pierre Pozzi et Pierre Barougier, consacré à l'apprentissage de la philosophie en classe de maternelle.

    Voici le synopsis de ce long-métrage : Ils s’appellent Azouaou, Abderhamène, Louise, Shana, Kyria ou Yanis, ils ont entre 3 ans et 4 ans quand ils commencent à discuter librement et tous ensemble de l’amour, la liberté, l’autorité, la différence, l’intelligence… Durant leurs premières années de maternelle, ces enfants, élèves à l’école d’application Jacques Prévert de Le Mée-sur-Seine, dans une ZEP de Seine-et-Marne, ont expérimenté avec leur maîtresse, Pascaline, la mise en place d’un atelier à visée philosophique.
    Plusieurs fois par mois, assis en cercle autour d’une bougie allumée par Pascaline, ils apprennent à s’exprimer, s’écouter, se connaître et se reconnaître tout en réfléchissant à des sujets normalement abordés dans le système scolaire français en classe de… terminale. Il n’y a plus de bon ou de mauvais élève lors de ces moments privilégiés : juste de tout jeunes enfants capables de penser par eux-mêmes avec leurs mots à eux, plein de spontanéité, de bon sens et de poésie. Et qui font déjà preuve, parfois, d’un incroyable esprit citoyen…

    Ce documentaire sortira le 17 novembre 2010 dans toute la France mais l'AlTiCiné de Montargis l'a d'ores et déjà proposé en avant-première durant le mois d'octobre. Pour en savoir plus sur ce film, rendez-vous sur le site du distributeur.

     

    Lien permanent Catégories : Documents, Quelques news en philo mais pas que, Vidéos/cinéma/TV Imprimer
  • EN ATTENDANT LE COMPTE-RENDU...

     Cela a-t-il encore un sens de philosopher aujourd’hui ?

    Le sens de la philosophie semble être de donner un sens … à la vie. Cette vie qui semble par définition contradictoire : quel sens quelque chose qui ne peut que devenir néant peut-il avoir ?

    15995-philosopher-in-meditation-rembrandt-harmenszoon-van-rijn.jpgLa philosophie a toujours été une réflexion, une critique pourrait-on dire. Une critique de ce que nous sommes, ou plutôt de ce que nous faisons de nous : la manière du philosopher est donc, par définition, une remise en question (le « je ne sais qu’une chose, que je ne sais rien » du premier philosopher Socrate). Il s’agit donc de commencer par se remettre en cause, en question, mais pour construire une idée bien à soi, un soi unique qui me définisse et qui me construise. Il ne s’agit pas de se contenter de remettre en question, il faut en effet, pour que la critique soit efficace, qu’elle se fasse dialectique, c’est-à-dire qu’elle soit dépassée par un moment positif.

    Chaque philosophie est singulière car elle est la construction d’une personne, de sa définition (Sartre). Et chaque philosophie étant singulière, on trouve autant de philosophie que de philosophes. Tout penseur s’inscrit en effet comme singulier et surtout en rupture d’avec ses homologues. Dès lors, la philosophie ne possède pas un sens, mais doit plutôt s’apparenter à une orientation, une direction : philosopher c’est orienter sa vie vers une considération de soi et du monde, considération qui se veut introspective tout autant que rétrospective, mais qui entend également se charger de la construction d’un avenir. Philosopher c’est ainsi décider de soi. La réflexion doit donc s’allier intimement avec l’action : la philosophie est alors morale de vie.

    Et pourtant, et pourtant… Qui peut prétendre aujourd’hui avoir sa propre philosophie, savoir où il va et pourquoi il y va ? Qui peut même prétendre prendre le temps de philosopher ? Les philosophes ne sont-ils pas devenus des farfelus érudits que seule une élite consulte, et encore, pour entretenir sa tour d’ivoire (Kierkegaard) ?

    N’est-il pas plus aisé d’en rester aux prêts à penser délivrés par les médias, les politiques, la famille, les amis même ?

    Est-il seulement possible de philosopher au sens où nous l’avons décrit ci-avant ? Est-il possible, aujourd’hui, de ne pas suivre le mouvement, de construire sa propre définition, indépendamment de la société, des médias, des politiques, de la famille, des amis ?

    Si nous pouvons répondre par l’affirmative à cette question (à voir) quel sens (au sens Sartrien) cette réflexion et orientation auraient-elles ? Avancer à contre-courant ou en marge n’est-ce pas me condamner ? Me condamner à errer seul, à ce qu’on me considère comme un fou voire un homme dangereux pour la société. Et si nous faisions tous ce travail … à quelle vie le philosopher ne nous mène-t-il pas : le solipsisme résigné pour seule consolation ?

    Alors, à quoi sert-il de philosopher ? 

    Bientôt, sur ce site, le compte-rendu du café philo de Montargis qui était consacré à cette question.

     

    Lien permanent Catégories : "Cela a-t-il un sens de philosopher ?", => Saison 2, Comptes-rendus des débats Imprimer
  • UNE ÉTHIQUE QUI MANQUE D'AVENIR ?

    pauvrete-USA.jpgPeter Sellars metteur en scène et directeur de théâtre américain suite au revirement politique aux USA (les Républicains ainsi que les ultra-conservateurs du Tea Party ont battu les Démocrates lors des élections de mi-mandat) déclare dans une interview à la radio :

    "Nous allons mal, nous sommes en train de trahir les grands principes de notre pays… Il y a aujourd’hui 16000 enfants sans abri à New York, et nous sommes la nation la plus riche du monde… Des gens pensent qu’il faut détruire l’éducation publique et même l’université publique... Nous avons un public facile à manipuler parce qu’il est ignorant... Nous n’avons plus de vision d’un destin. On n’est pas fous, on est ignorants. Education is expensive; lack of education is more expensive... (L'éducation coûte cher, le manque d'éducation coûte encore plus cher)."


    Lien permanent Catégories : Quelques news en philo mais pas que Imprimer