Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • En attendant la saison 7

    A partir de la rentrée, le café philo revient pour une nouvelle saison. 

    Bientôt, plus d'informations sur notre page Facebook et sur notre site.

    En attendant, ce blog continue. Bientôt, vous pourrez retrouver sur ce site le compte-rendu de la 50e séance "La philosophie a-t-elle une quelconque utilité ?" ainsi qu'un bilan de la saison 6 du café philo.

     

    Lien permanent Catégories : "La philosophie a-t-elle une quelconque utilité ?", =>Saison 6, =>Saison 7, Vie du site, vie du café philo Imprimer
  • Le penseur allemand Jürgen Habermas juge l'accord grec "toxique"

    792807--.jpgDans un entretien au «Guardian», le philosophe et sociologue allemand Jürgen Habermas juge l'accord signé lundi entre la Grèce et ses créanciers «toxique», et se montre très critique vis-à-vis du gouvernement d'Angela Merkel.

    L’accord conclu lundi entre la Grèce et ses créanciers est «toxique». Dans un entretien au Guardian publié jeudi, le philosophe et sociologue allemand Jürgen Habermas, qui commente peu l’actualité politique, s’attaque pêle-mêle à la gestion de la crise grecque et au gouvernement allemand. Selon lui, l’accord signé lundi, qui prévoit un nouveau plan d’aide pour la Grèce en échange de mesures d’austérité rejetées par le référendum du 5 juillet est "destructeur".

    Cet accord "contredit ouvertement les principes démocratiques de l’Union européenne» et n’a pas de sens d’un point de vue économique, juge le penseur, figure du mouvement étudiant allemand de la fin des années 1960. Il y voit un «mélange toxique entre des réformes structurelles nécessaires et des mesures néolibérales qui décourageront complètement un peuple grec déjà épuisé, et tuera dans l’œuf tout élan de croissance". "Forcer le gouvernement grec à donner son accord à un fonds de privatisation, économiquement discutable et éminemment symbolique, ne peut être compris que sous l’angle d’un châtiment décrété contre un gouvernement de gauche", analyse le philosophe, qui réclame une restructuration de la dette grecque...

    LA SUITE ICI

    Lien permanent Catégories : Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • Au sujet de la dette grecque... Au VIe siècle avant JC

    solon_360x450.jpg"Après cela, il survint entre l’aristocratie et le peuple un conflit qui fut de longue durée. En effet, leur constitution était en tout point oligarchique ; et, en particulier, les pauvres étaient les esclaves des riches, aussi bien les hommes que les femmes et les enfants. On les appelait clients et hectémores (soumis au paiement du sixième) ; car c’était moyennant ce fermage des cinq sixièmes qu’ils travaillaient les terres des riches.

    Toute la terre était entre les mains de quelques-uns ; et, si les paysans ne s’acquittaient pas de leur fermage, on pouvait les emmener en captivité, eux et leurs enfants ; et les prêts, pour tous, étaient garantis par la personne du débiteur jusqu’à la venue de Solon, premier chef du parti populaire.

    Donc, ce qu’il y avait de plus pénible, de plus amer dans la constitution, c’était, pour le plus grand nombre, l’esclavage. Toutefois, les autres dispositions étaient aussi un sujet de mécontentement : car, pour ainsi dire, le peuple n’avait aucune part aux affaires... 

    Telle était l’organisation de la constitution ; le plus grand nombre était l’esclave de la minorité : aussi le peuple se souleva contre l’aristocratie. Comme le conflit était violent et que, depuis longtemps, ils se faisaient face les uns et les autres, d’un commun accord, on choisit Solon comme médiateur on lui donna pour mission de réformer la constitution, après qu’il eut écrit une élégie dont voici le début :

    "Je comprends ce qu’il en est et, dans mon cœur, je ressens de la douleur en voyant la plus vieille terre d’Ionie que l’on est en train d’assassiner."

    Dans cette élégie, il lutte et discute avec les deux partis dans l’intérêt de chacun d’eux et après cela, il les exhorte en commun à mettre fin à leur rivalité actuelle. Solon, par sa naissance et sa renommée, faisait partie des premiers de la cité, mais par sa fortune et son activité, il appartenait à la classe moyenne, comme les autres auteurs le reconnaissent et comme lui-même l’atteste dans le poème que voici, où il exhorte les riches à ne pas prendre plus que leur part :

    "Vous, apaisez dans votre poitrine la violence de votre cœur, vous qui en êtes arrivés au dégoût de nombreux biens, disposez à la modération votre esprit hautain : car nous n’obéirons pas et tout ne se conformera pas à vos désirs."

    Et, d’une façon générale, il rejette la responsabilité du conflit sur les riches…

    Placé à la tête des affaires, Solon libéra le peuple pour le présent et pour l’avenir en défendant de prendre pour gage la personne du débiteur ; il établit des lois, il annula les dettes tant privées que publiques, ce que l’on appelle du nom de "seisachtie" (levée du fardeau), voulant signifier par là que l’on s’était débarrassé de son fardeau."

    Aristote, Constitution d'Athènes (IVe s. av JC)

    Voir aussi ce lien : http://www.ouvroir.info/zinc/spip.php?article56

     

    Lien permanent Catégories : Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • BIENTÔT SUR CE SITE LE COMPTE-RENDU DE LA DERNIÈRE SÉANCE

    Bientôt sur ce site, vous pourrez trouver le compte-rendu de la dernière séance, la 50e du café philosophique de Montargis.

    Le débat était intitulé : "La philosophie a-t-elle une quelconque utilité ?" Il était suivi d'un blind-test, qui sera également mis en ligne.

     

     

    Lien permanent Catégories : "La philosophie a-t-elle une quelconque utilité ?", =>Saison 6, Comptes-rendus des débats, Tous les blind tests du café philo Imprimer