Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

[87] "Peut-on faire le bonheur des autres..." - Page 2

  • "Le Bagad De Lann Bihouë"

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 11, Documents, Musique, Vidéos, [87] "Peut-on faire le bonheur des autres..." Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Malebranche : Recherche du bonheur et vertus chrétiennes

    Tout le monde se pique de raison, et tout le monde y renonce : cela parait se contredire, mais rien n'est plus vrai. Tout le monde se pique de raison, parce que tout homme porte écrit dans le fond de son être que d'avoir part a la raison, c'est un droit essentiel a notre nature. Mais tout le monde y renonce parce qu'on ne peut s'unir a la raison, et recevoir d'elle la lumière et l'intelligence, sans une espèce de travail fort désolant, a cause qu'il n'y a rien qui flatte les sens. Ainsi les hommes voulant invinciblement être heureux, ils laissent la le travail de l'attention, qui les rend actuellement malheureux. Mais s'ils le laissent, ils prétendent ordinairement que c'est par raison.

    Le voluptueux croit devoir préférer les plaisirs actuels a une vue sèche et abstraite de la vérité qui coûte néanmoins beaucoup de peine. L'ambitieux prétend que l'objet de la passion est quelque chose de réel, et que les biens intelligibles ne sont qu'illusions et que fantômes ; car d'ordinaire, on juge de la solidité des biens par l'impression qu'ils font sur l'imagination et sur les sens. Il y a même des personnes de pitié, qui prouvent par raison qu'il faut renoncer a la raison, que ce n'est point la lumière mais la foi seule qui doit nous conduire et que L'obeïssance aveugle est la principale vertu des chrétiens.

    Nicolas Malebranche, La Recherche de la Vérité (1674-1675)

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 11, Documents, Textes et livres, [87] "Peut-on faire le bonheur des autres..." Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Rousseau : d'où viennent les peines

    C'est l'imagination qui étend pour nous la mesure des possibles soit en bien, soit en mal, et qui par conséquent excite et nourrit les désirs par l'espoir de les satisfaire. Mais l'objet qui paraissait d'abord sous la main fuit plus vite qu'on ne peut le poursuivre; quand on croit l'atteindre, il se transforme et se montre au loin devant nous. Ne voyant plus le pays déjà parcouru nous le comptons pour rien; celui qui reste à parcourir s'agrandit, s'étend sans cesse; ainsi l'on s'épuise sans arriver au terme et plus nous gagnons sur la jouissance, plus le bonheur s'éloigne de nous. Au contraire, plus l'homme est resté près de sa condition naturelle, plus la différence de ses facultés à ses désirs est petite, et moins par conséquent il est éloigné d'être heureux. Il n'est jamais moins misérable que quand il paraît dépourvu de tout : car la misère ne consiste pas dans la privation des choses, mais dans le besoin qui s'en fait sentir. Le monde réel a ses bornes; le monde imaginaire est infini; ne pouvant élargir l'un, rétrécissons l'autre; car c'est de leur seule différence que naissent toutes les peines qui nous rendent vraiment malheureux.

    Jean-Jacques Rousseau, Émile ou De l'éducation (1762)

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 11, Documents, Textes et livres, [87] "Peut-on faire le bonheur des autres..." Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Saint-Exupéry : "Les yeux sont aveugles. Il faut chercher avec le cœur"

    « Les hommes de chez toi, dit le petit prince, cultivent cinq mille roses dans un même jardin… et ils n’y trouvent pas ce qu’ils cherchent…
    – Ils ne le trouvent pas, répondis-je…
    – Et cependant, ce qu’ils cherchent pourrait être trouvé dans une seule rose ou un peu d’eau…
    – Bien sûr », répondis-je.
    Et le petit prince ajouta :
    « Mais les yeux sont aveugles. Il faut chercher avec le cœur. »

    Antoine de Saint-Exupéry, Le petit Prince (1943)

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 11, Documents, Textes et livres, [87] "Peut-on faire le bonheur des autres..." Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • "Il est où le bonheur"

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 11, Documents, Musique, Vidéos, [87] "Peut-on faire le bonheur des autres..." Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Nietzsche : "Le bonheur est un bonheur"

    Dans le plus petit comme dans le plus grand bonheur, il y a toujours quelque chose qui fait que le bonheur est un bonheur : la possibilité d'oublier, ou pour dire en termes plus savants, la faculté de se sentir pour un temps en dehors de l'histoire. L'homme qui est incapable de s'asseoir au seuil de l'instant en oubliant tous les événements passés, celui qui ne peut pas, sans vertige et sans peur se dresser un instant tout debout comme une victoire, ne saura jamais ce qu'est un bonheur et ce qui est pareil ne fera jamais rien pour donner du bonheur aux autres. Imaginez l'exemple extrême: un homme qui serait incapable de rien oublier et qui serait condamné à ne voir partout qu'un devenir; celui la ne croirait plus en soi il verrait tout se dissoudre en une infinité de points mouvants et finirait par se perdre dans ce torrent du devenir. Finalement en vrai disciple d'Héraclite il n'oserait même plus bouger un doigt. Tout acte exige l'oubli comme la vie des êtres organiques exige non seulement la lumière mais aussi l'obscurité. Un homme qui ne voudrait rien voir qu'historiquement serait pareil à celui qu'on forcerait à s'abstenir de sommeil ou à l'animal qui ne devrait vivre que de ruminer et de ruminer sans fin. Donc, il est possible de vivre presque sans souvenir et de vivre heureux, comme le démontre l'animal mais il est impossible de vivre sans oublier. Ou plus simplement encore, il y a un degré d'insomnie, de rumination, de sens historique qui nuit au vivant et qui finit par le détruire, qu'il s'agisse d'un homme d'une nation ou d'une civilisation.

    Friedrich Nietzsche, Secondes considérations intempestives (1873-1876)

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 11, Documents, Textes et livres, [87] "Peut-on faire le bonheur des autres..." Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Shopenhauer : "Le bonheur n'est au propre et dans son essence rien que de négatif"

    La satisfaction, le bonheur, comme l'appellent les hommes, n'est au propre et dans son essence rien que de négatif , en elle, rien de positif. Il n'y a pas de satisfaction qui, d'elle-même et comme de son propre mouvement, vienne à nous , il faut qu'elle soit la satisfaction d'un désir. Le désir, en effet, la privation, est la condition préliminaire de toute jouissance. Or, avec la satisfaction cesse le désir, et par conséquent la jouissance aussi. Donc la satisfaction, le contentement, ne sauraient être qu'une délivrance à l'égard d'une douleur, d'un besoin , sous ce nom, il ne faut pas entendre en effet seulement la souffrance effective, visible, mais toute espèce de désir qui, par son importunité, trouble notre repos, et même cet ennui qui tue, qui nous fait de l'existence un fardeau. Maintenant, c'est une entreprise difficile d'obtenir, de conquérir un bien quelconque , pas d'objet qui ne soit séparé de nous par des difficultés, des travaux sans fin , Sur la route, à chaque pas, surgissent des obstacles. Et la conquête une fois faite, l'objet atteint, qu'a-t-on gagné ? Rien assurément, que de s'être délivré de quelque souffrance, de quelque désir, d'être revenu à l'état où l'on se trouvait avant l'apparition de ce désir. Le fait immédiat pour nous, c'est le besoin tout seul, c'est-à-dire la douleur. Pour la satisfaction et la jouissance, nous ne pouvons les connaître qu'indirectement : il nous faut faire appel au souvenir de la souffrance, de la privation passées, qu'elles ont chassées tout d'abord. Voilà pourquoi les biens, les avantages qui sont actuellement en notre possession, nous n'en avons pas une vraie conscience, nous ne les apprécions pas , il nous semble qu'il n'en pouvait être autrement , et en effet, tout le bonheur qu'ils nous donnent, c'est d'écarter de nous certaines souffrances. Il faut les perdre, pour en sentir le prix, le manque, la privation, la douleur, voilà la chose positive, et qui sans intermédiaire s'offre à nous.

    Arthur Schopenhauer, Le Monde comme Volonté et comme Représentation (1819)

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 11, Documents, Textes et livres, [87] "Peut-on faire le bonheur des autres..." Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • "A la recherche du bonheur"

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 11, Documents, Vidéos, [87] "Peut-on faire le bonheur des autres..." Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Epicure : "C'est un grand bien, croyons-nous, que le contentement"

    C'est un grand bien, croyons-nous, que le contentement, non pas qu'il faille toujours vivre de peu en général, mais parce que si nous n'avons pas l'abondance, nous saurons être contents de peu, bien convaincus que ceux-là jouissent le mieux de l'opulence, qui en ont le moins besoin. Tout ce qui est fondé en nature s'acquiert aisément, malaisément ce qui ne l'est pas. Les saveurs ordinaires réjouissent à l'égal de la magnificence dès lors que la douleur venue du manque est supprimée. Le pain et l'eau rendent fort vif le plaisir, quand on en fut privé. Ainsi l'habitude d'une nourriture simple et non somptueuse porte à la plénitude de la santé, elle fait l'homme intrépide dans ses occupations, elle renforce grâce à l'intermittence de frugalité et de magnificence, elle apaise devant les coups de la fortune.

    Partant, quand nous disons que le plaisir est le but de la vie, il ne s'agit pas des plaisirs déréglés ni des jouissances luxurieuses ainsi que le prétendent ceux qui ne nous connaissent pas, nous comprennent mal ou s'opposent à nous. Par plaisir, c'est bien l'absence de douleur dans le corps et de trouble dans l'âme qu'il faut entendre. Car la vie de plaisir ne se trouve point dans d'incessants banquets et fêtes, ni dans la fréquentation de jeunes garçons et de femmes, ni dans la saveur des poissons et des autres plats qui ornent les tables magnifiques, elle est dans la tempérance, lorsqu'on poursuit avec vigilance un raisonnement, cherchant les causes pour le choix et le refus, délaissant l'opinion, qui avant tout fait le désordre de l'âme.
    Au principe de tout cela se trouve le plus grand des biens : la prudence. La philosophie acquiert par elle une dignité supérieure, les autres vertus procèdent d'elle naturellement car elle enseigne qu'une vie sans prudence ni bonté ni justice ne saurait être heureuse et que ce bonheur ne saurait être sans plaisir. De fait les vertus se trouvent naturellement liées dans la vie heureuse, de même que la vie heureuse ne se sépare point de ces vertus.

    Epicure, Lettre à Ménécée (IVe s. av. JC)

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 11, Documents, Textes et livres, [87] "Peut-on faire le bonheur des autres..." Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Nietzsche : "Le bonheur général des troupeaux sur le paturage"

    Ce à quoi ils tendent de toutes leurs forces, c'est le bonheur général des troupeaux sur le paturage, avec la securité, le bien être et l'allègement de l'existence pour tout le monde. Les deux rengaines qu'ils chantent le plus souvent sont égalités des droits et pitié pour tout ce qui souffre, et ils considèrent la souffrance elle-même comme quelque chose qu'il faut supprimer. Nous, qui voyons les choses sous une autre face, nous qui avons ouvert notre esprit à la question de savoir ou et comment la plante « homme » s'est developpée le plus vigoureusement jusqu'ici [...], nous pensons que la dureté, la violence, l'esclavage le péril dans l'âme et dans la rue, que la dissimulation, le stoicisme, les artifices et les diableries de toutes sortes, que tout ce qui est mauvais, terrible, tyrannique, tout ce qui tiens de la bête de proie et du serpent sert tout aussi bien à l'élévation du type homme qu'à son contraire.

    Friedrich Nietzsche, Par-delà le Bien et le Mal (1886)

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 11, Documents, Textes et livres, [87] "Peut-on faire le bonheur des autres..." Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Berry : "Le bonheur"

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 11, Documents, Musique, Vidéos, [87] "Peut-on faire le bonheur des autres..." Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Fitzgerald : Gatsby le magnifique

    Gatsby_le_magnifique.jpgIl me sourit avec une sorte de complicité - qui allait au-delà de la complicité. L'un de ces sourires singuliers qu'on ne rencontre que cinq ou six fois dans une vie, et qui vous rassure à jamais. Qui, après avoir jaugé - ou feint peut-être de jauger - le genre humain dans son ensemble, choisit de s'adresser à vous, poussé par un irrésistible préjugé favorable à votre égard. Qui vous comprend dans la mesure exacte où vous souhaitez qu'on vous comprenne, qui croit en vous comme vous aimeriez croire en vous-même, qui vous assure que l'impression que vous donnez est celle que vous souhaitez donner, celle d'être au meilleur de vous-même.

    Francis Scott FitzgeraldGatsby le magnifique (1925)

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 11, Documents, Textes et livres, [87] "Peut-on faire le bonheur des autres..." Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Sénèque : Celui qui a existé longtemps

    Fais un bilan, te dis-je, et repasse tous les jours de ta vie ; tu en verras fort peu, à peine quelques déchets, qui soient restés à ta disposition. Tel obtenu les faisceaux qu'il souhaitait, désire les déposer et il dit tout le temps, « Quand finira l'année ? » Tel organise des jeux, qui attache grande valeur à avoir été désigné pour cela par le sort : « Quand échapperai-je à ces maudits jeux ? » dit-il. On s'arrache tel avocat au forum ; il attire un concours tel qu'une partie de l'assistance est trop loin pour l'entendre, et il dit « Quand les affaires seront-elles ajournées ? » Chacun devance sa propre vie : il se tourmente par désir de l'avenir et par dégoût du présent. Mais celui-ci qui met son temps tout entier à son service, qui organise toutes ses journées comme une vie entière, ne souhaite ni ne craint le lendemain. Qu'est-ce que l'heure qui vient peut jamais lui apporter, en fait de plaisir neuf ? Tout lui est connu, il a tout ressenti jusqu'à la satiété : pour le reste, que la fortune l'organise comme elle voudra. Sa vie, elle, est maintenant en sûreté ; on peut y ajouter quelque chose, mais on ne peut rien en retrancher ; et une addition serait comme une nourriture qu'on donnerait à un homme déjà rassasié et dont l'estomac est plein ; il la prend sans la désirer. Aussi, si tu vois quelqu'un avec des cheveux blancs et des rides, ne va pas penser qu'il a vécu longtemps : il n'a pas vécu longtemps, il a existé longtemps. Iras-tu dire qu'il a beaucoup navigué, l'homme qu'une affreuse tempête a poussé çà et là dès sa sortie du port, et a fait tourner en rond sans changer de place, sous le souffle alterné des vents déchaînés en tous sens ? Non, il n'a pas navigué beaucoup ; il a été beaucoup ballotté.

    Sénèque, De la brièveté de la vie (Ier s. ap. JC)

    Photo : Edu Carvalho - Pexels

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 11, [87] "Peut-on faire le bonheur des autres..." Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Épicure : "Habitue-toi à la pensée que la mort n'est rien pour nous"

    Maintenant habitue-toi à la pensée que la mort n'est rien pour nous, puisqu'il n'y a de bien et de mal que dans la sensation et la mort est absence de sensation. Par conséquent, si l'on considère avec justesse que la mort n'est rien pour nous, l'on pourra jouir de sa vie mortelle. On cessera de l'augmenter d'un temps infini et l'on supprimera le regret de n'être pas éternel. Car il ne reste plus rien d'affreux dans la vie quand on a parfaitement compris qu'il n'y a pas d'affres après cette vie. Il faut donc être sot pour dire avoir peur de la mort, non pas parce qu'elle serait un événement pénible, mais parce qu'on tremble en l'attendant. De fait, cette douleur, qui n'existe pas quand on meurt, est crainte lors de cette inutile attente !

    Ainsi le mal qui effraie le plus, la mort, n'est rien pour nous, puisque lorsque nous existons la mort n'est pas là et lorsque la mort est là nous n'existons pas. Donc la mort n'est rien pour ceux qui sont en vie, puisqu'elle n'a pas d'existence pour eux, et elle n'est rien pour les morts, puisqu'ils n'existent plus. Mais la plupart des gens tantôt fuient la mort comme le pire des maux et tantôt l'appellent comme la fin des maux. Le philosophe ne craint pas l'inexistence, car l'existence n'a rien à voir avec l'inexistence, et puis l'inexistence n'est pas un méfait.

    Épicure, Lettre à Ménécée (IVe s. av. JC)

    Photo : Luis Quintero - Pexels

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 11, [87] "Peut-on faire le bonheur des autres..." Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Raphaëlle Giordano : Ta deuxième vie

    CVT_Ta-deuxieme-vie-commence-quand-tu-comprends-que-tu_1276.jpgVous n'imaginez pas le nombre d'analphabètes du bonheur ! Sans parler de l'illettrisme émotionnel ! Un véritable fléau... Ne pensez-vous pas qu'il n'y ait rien de pire que cette impression de passer à côté de sa vie faute d'avoir eu le courage de la modeler à l'image de ses désirs, faute d'être resté fidèle à ses valeurs profondes, à l'enfant qu'on était, à ses rêves ? (...)

    La capacité au bonheur se travaille, se muscle jour après jour. Il suffit de revoir son système de valeurs, de rééduquer le regard qu'on porte sur la vie et les évènements.

    Raphaëlle Giordano, Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une (2017)

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 11, Documents, Textes et livres, [87] "Peut-on faire le bonheur des autres..." Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • "Le bonheur, c'est simple comme un coup de fil"

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 11, Documents, Vidéos, [87] "Peut-on faire le bonheur des autres..." Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Gide : "L'homme heureux ne peut songer sans prendre honte de son bonheur"

    Il y a sur terre de telle immensité de misère, de détresse, de gêne et d’horreur, que l’homme heureux n’y peut songer sans prendre honte de son bonheur. Et pourtant ne peut rien pour le bonheur d’autrui celui qui ne sait être heureux lui-même. Je sens en moi l’impérieuse obligation d’être heureux. Mais tout bonheur me paraît haïssable qui ne s’obtient qu’aux dépens d’autrui et par des possessions dont on le prive... Mon bonheur est d’augmenter celui des autres. J’ai besoin du bonheur de tous pour être heureux.

    André Gide, Les Nourritures terrestres (1897)

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 11, Documents, Textes et livres, [87] "Peut-on faire le bonheur des autres..." Imprimer 0 commentaire Pin it!
  • Merci aux participants de la séance du 6 décembre à la Médiathèque de Montargis

    Le café philosophique de Montargis se réunissait le vendredi 6 décembre 2019 pour une séance qui avait lieu à la Médiathèque de Montargis. Le sujet du débat faisait écho à l'exposition "Girodet-Géricault" au Musée Girodet et portait sur cette question : "L'art doit-il se prendre au sérieux ?"

    Environ 50 personnes étaient présentes pour cette séance. Merci à l'équipe de la Médiathèque ainsi qu'au Musée Girodet et l"AME.

    La prochaine séance aura lieu au Belman le vendredi 24 janvier à 19H et portera sur ce sujet : "Peut-on faire le bonheur des autres malgré eux ?"

    Photo : AME - Montargis

    Lien permanent Catégories : =>Saison. 11, [86] Séance Médiathèque de Montargis, l'art, [87] "Peut-on faire le bonheur des autres..." Imprimer 0 commentaire Pin it!

"Le talent, c'est le tireur qui atteint un but que les autres ne peuvent toucher ; le génie, c'est celui qui atteint un but que les autres ne peuvent même pas voir" [Arthur Schopenhauer]