Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Husserl : La phénoménologie au secours de la mémoire 1

51Dp20bS59L.jpgÀ l'essence du souvenir appartient de façon primaire d'être conscience de l'être-qui-a-été-perçu. Quand je me souviens intuitivement d'un processus externe, j'ai de lui une intuition reproductrice. Et c'est une reproduction thétique. Mais nous avons nécessairement conscience de cette reproduction externe grâce à une reproduction interne. Il faut que soit reproduite une apparition externe en qui le processus extérieur est donné dans un mode déterminé d'apparition. L'apparition externe, en tant que vécu, est une unité de la conscience interne, et à la conscience interne correspond la reproduction interne. Mais il y a pour la reproduction d'un processus deux possibilités : il se peut que la reproduction interne soit thétique, et donc que l'apparition du processus soit posée dans l'unité du temps immanent ; ou bien il se peut que la reproduction externe elle aussi soit thétique et qu'elle pose le processus temporel en question dans le temps objectif, mais non l'apparition elle-même comme processus du temps interne, et pas davantage par conséquent le courant constitutif du temps dans l'unité du courant vécu dans son ensemble.

Le souvenir n'est donc pas sans plus souvenir d'une perception antérieure. Mais puisque le souvenir d'un processus antérieur inclut la reproduction des apparitions en qui il est venu se donner, à tout moment est aussi possible un souvenir de la perception antérieure du processus (une réflexion dans le souvenir, qui vient nous donner la perception antérieure). L'ensemble de la conscience antérieure est reproduit, et ce qui est reproduit ale caractère de la reproduction et du passé.

Rendons-nous clairs ces rapports sur un exemple : je me souviens du théâtre illuminé - cela ne peut pas signifier : je me souviens d'avoir perçu le théâtre. Sinon cette dernière phrase signifierait : je me souviens d'avoir perçu que j'ai perçu le théâtre, etc. Je me souviens du théâtre illuminé, cela signifie : « en mon for intérieur » je vois le théâtre illuminé comme passé. Dans le maintenant je vois le non-maintenant. La perception constitue le présent. Pour qu'un maintenant se tienne comme tel devant mes yeux, je dois percevoir. Pour me représenter intuitivement un maintenant, je dois accomplir une perception « en image », re-présentativement modifiée. Mais non de telle sorte que je me représente la perception ; de telle sorte au contraire que je me représente le perçu, ce qui apparaît en elle comme présent. Le souvenir implique donc réellement une reproduction de la perception antérieure, mais le souvenir n'est pas, au sens propre, une représentation de cette dernière ; la perception n'est pas visée et posée dans le souvenir, mais sont visés et posés l'objet de la perception et son maintenant, objet qui est de plus posé en relation avec le maintenant actuel. Je me souviens du théâtre illuminé d'hier, cela veut dire : j'accomplis une « reproduction » de la perception du théâtre, et alors le théâtre flotte devant moi dans la représentation comme un présent, c'est lui que je vise, mais à la fois j’appréhende ce présent comme se trouvant en arrière par rapport au présent actuel des perceptions présentes actuelles. Naturellement il reste évident que la perception du théâtre était, que j'ai perçu le théâtre. Le remémoré apparaît comme ayant été présent, et ce de façon immédiatement intuitive ; et il apparaît ainsi grâce au fait qu'apparaît intuitivement un présent qui est à distance du présent actuel. De ces deux présents, celui-ci se constitue dans la perception réelle, et celui-là, qui apparaît intuitivement, la représentation intuitive du non-maintenant, se constitue dans une réplique de perception, dans une « re-présentation de la perception antérieure », en qui le théâtre vient se donner « quasi-maintenant ». Il ne faut donc pas comprendre cette re-présentation de la perception du théâtre au sens que j'y viserais, en la vivant, l'acte de percevoir, mais au sens que j'y vise l'être-présent de l'objet perçu.

Edmund Husserl, Leçons pour une Phénoménologie de la Conscience intime du Temps, (1904-1905)

Lien permanent Catégories : =>Saison. 13, Documents, Textes et livres, [92] "Peut-on se libérer de son passé ?" Imprimer 0 commentaire Pin it!

Écrire un commentaire

Optionnel

La distinction entre passé, présent et futur ne garde que la valeur d’une illusion, si tenace soit-elle." [Albert Einstein]