Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • MARC AURÈLE ET LE TEMPS

    AVT2_Marc-Aurele-_3891.jpeg"Quand tu devrais vivre trois mille ans, et même autant de fois dix mille ans, souviens-toi pourtant que nul ne perd une vie autre celle qu’il vit, et qu’il ne vit pas une autre vie que celle qu’il perd. Par là, la vie la plus longue revient à la vie la plus courte. Le temps présent, en effet, étant le plus court, le temps passé est donc aussi le même, et ce temps disparu apparaît ainsi infiniment réduit. On ne saurait perdre, en effet, ni le passé, ni l’avenir, car comment ôter à quelqu’un ce qu’il n’a pas ?

    Il faut toujours se souvenir de ces deux choses : l’une que tout, de toute éternité, est d’identique aspect et revient en de semblables cercles, et qu’il n’importe pas qu’on fixe les yeux sur les mêmes objets durant cent ans, deux cents ans, ou durant l’infini du cours de la durée. L’autre, que celui qui a le plus longtemps vécu et que celui qui mourra le plus tôt, font la même perte. C’est du seul présent, en effet, que l’on peut être privé, puisque c’est le seul présent qu’on a et qu’on ne peut perdre ce qu’on n’a point."

    Marc-Aurèle, Pensées pour moi-même, Livre II, XIV, trad. Mario Meunier, éd. GF Flammarion, Paris, 1964, pp. 43-44    

    Lien permanent Catégories : "Prendre son temps est-ce le perdre ?", =>Saison 4, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer
  • LA VALISE PHILOSOPHIQUE DU MOIS

    3271480587.jpgLe prochain café philosophique de Montargis, qui sera aussi le premier de la nouvelle saison, aura lieu le vendredi 28 septembre 2012 à 19H (notez d'ores et déjà le nouvel horaire !) à la Brasserie du cenre commercial de la Chaussée. Il aura pour sujet : "Prendre son temps est-ce le perdre ?

    La  Valise philosophique du mois (colonne de droite) présente des documents portant sur ce prochain débat. 

    Lien permanent Catégories : "Prendre son temps est-ce le perdre ?", =>Saison 4, Documents, La valise philosophique, Vie du site, vie du café philo Imprimer
  • AU SECOURS ! TOUT VA TROP VITE !

    L'homme contemporain remonte désespérément une pente qui s'éboule. Nous fonçons pour rester à la même place, dans un présent qui fuit sans cesse. Car si nous arrêtons une seconde de courir – après le travail, nos courriels, nos rendez-vous, nos obligations, notre argent, après le temps qui file – nous tombons. Dans le chômage, la pauvreté, l'oubli, la désocialisation.

    temps.jpgVoilà le portrait du moderne, selon le sociologue allemand Hartmut Rosa. Le temps désormais s'accélère et nous dévore, comme hier Cronos ses enfants. L'accélération technique, au travail, sur les écrans, dans les transports, la consommation, a mené à l'accélération effrénée de notre rythme de vie. Puis a précipité le changement social. Rien n'y résiste.

    Les métiers changent en quelques années, les machines en quelques mois, aucun emploi n'est assuré, les traditions et les savoir-faire disparaissent, les couples ne durent pas, les familles se recomposent, l'ascenseur social descend, le court terme règne, les événements glissent.

    L'impression de ne plus avoir de temps, que tout va trop vite, que notre vie file, l'impression d'être impuissant à ralentir nous angoisse et nous stresse. Ainsi Hartmut Rosa, 45 ans, professeur à l'université Friedrich- Schiller d'Iéna, développe sa "critique sociale du temps" de la "modernité tardive" dans sa magistrale étude, Accélération (La Découverte).

    Après les études inquiètes de Paul Virilio sur la vitesse, Hartmut Rosa examine la dissolution de la démocratie, des valeurs, de la réflexion, de notre identité, emportées par la vague de l'accélération. Entretien de rentrée, alors que déjà, tous, congés derrière nous, on se magne...

    LA SUITE ICI...

     

    Lien permanent Catégories : "Prendre son temps est-ce le perdre ?", =>Saison 4, Documents Imprimer
  • SANS COMMENTAIRE

    Voir également ce lien : Harold Lloyd's "Safety Last", 1923


    Lien permanent Catégories : "Prendre son temps est-ce le perdre ?", =>Saison 4, Documents, Vidéos/cinéma/TV Imprimer
  • ... EN ATTENDANT LA SAISON 4

    Le café philosophique de Montargis prépare sa saison 4, qui débutera le vendredi 28 septembre prochain. Les séances ont toujours lieu à la Brasserie du Centre commercial de la Chaussée. 

    A noter le changement d’horaire : elles débuteront dorénavant à 19H (au lieu de 18H30).

    Prévisions des dates des prochaines séances :

    Vendredi 28 septembre 2012, 19H : "Prendre son temps est-ce le perdre ?"

    Vendredi 19 octobre 2012, 19H

    Vendredi 30 novembre 2012, 19H 

    Vendredi 21 décembre 2012, 19H

    Vendredi 25 janvier 2013, 19H

    Vendredi 22 février 2013, 19H

    Vendredi 29 mars 2013, 19H 

    Vendredi 26 avril 2013, 19H 

    Vendredi 31 mai 2013, 19H : "Le Café Philo passe le bac"

    Vendredi 28 juin 2013, 19H. Dernier café philo de la saison.

    Ces dates sont sous réserve de modifications éventuelles.


    Lien permanent Catégories : =>Saison 4 Imprimer
  • BILAN DE LA SAISON 3...

    Alors que le premier débat de la prochaine saison du café philosophique de Montargis se profile, c’est le moment de faire un petit bilan de la saison 3 qui s’est achevée quelques semaines plus tôt.

    L’animation philosophique montargoise créée en 2009 a définitivement pris ses marques durant cette année. 

    copie 10.jpgHuit séances ont eu lieu en 2011-2012 – des séances moins nombreuses en raison d’un arrêt imposé pour raison personnelle… En moyenne, 50 personnes étaient présentes à chaque rendez-vous. Certains débats ont réuni jusqu’à 70 à 80 participants, à savoir les séances "Vivre seul(e) ou mal accompagné(e) ?" et "Peut-on être jeune et heureux ?À noter que cette dernière séance, particulièrement appréciée, avait la particularité d’être co-animée par des élèves de Terminale littéraire du Lycée Saint-François-de-Sales de Gien

    Le café philo s’est attaché cette année à proposer plusieurs sujets calqués sur l’actualité : "Qu’est-ce qu’un bon Président ?" (fin avril, à quelques jours du premier tour des élections présidentielles), "Peut-on vraiment être en vacances ?" (au début de la période estivale) et un sujet polémique, "Les riches le méritent-ils ?" A cela se sont ajouté des débats de société, sur l’école ("L’école sert-elle à enseigner ou à éduquer ?"), sur la vie à deux ( "Vivre seul(e) ou mal accompagné(e) ?" ) ou sur la jeunesse ( "Peut-on être jeune et heureux ?").

    Claire et Bruno ont à plusieurs reprises souligné la qualité des débats grandement améliorée depuis la création du café philo trois ans plus tôt.

    Cette année a été ponctuée par les désormais traditionnels blind-tests du café philo (une manière amusante de tester ses connaissances philosophiques).

    Elle s’est clôturée le 6 juillet en beauté  par un buffet offert par la Brasserie de la Chaussée.  

    Une année riche, donc, et qui laisse augurer une quatrième saison (en savoir plus ici) tout aussi passionnante .

     
    Lien permanent Catégories : =>Saison 3 Imprimer
  • COMPTE RENDU DE LA DERNIÈRE SÉANCE

    Thème du débat : "Peut-on vraiment être en vacances ?" 

    Date : 6 juillet 2012 à la Brasserie du centre commercial de la Chaussée.

    Cette séance vient clôturer la troisième saison du café philosophique de Montargis. Avant de prendre ses quartiers d’été, le café philo propose un sujet consacré aux… vacances. Pour cette séance, un buffet froid nous était généreusement offert par la Brasserie du centre commercial de la Chaussée. Merci à Marc !

    Avant de commencer le débat, Claire tient à faire une parenthèse sur l’épreuve de philosophie du baccalauréat. Après avoir rappelé les sujets (lien ici) qui avaient été proposés aux élèves de Terminale (dont plusieurs sur le travail, un thème traité lors d’une séance du "Café philo passe le bac"), elle félicite les Lycéens présents ce vendredi soir pour leurs résultats excellents. Elle s’en réjouit d’autant plus que plusieurs de ces jeunes bacheliers, non contents d’être venus à plusieurs reprises assister aux séances du café philosophique de Montargis, ont co-animé en plus le débat "Peut-on être jeune et heureux ?"

    vacances 1.jpgLe débat de ce soir commence par un tour de table autour de la question de ce soir : "Peut-on vraiment être en vacances ?" Le terme "vraiment" n’est pas sans importance, ajoute Claire : il sous-entendrait toute la difficulté pendant une certaine période de se mettre en vacances, en retrait. Est-ce réellement possible ? Est-ce également souhaitable ? Bruno ajoute que l’étymologie du mot "vacances" n’est pas anodine : mot d’origine latine, vacans signifie "néant", un mot dont est issue singulièrement le terme "vacance" pour désigner, par exemple, "la vacance du pouvoir". Partir en vacances signifierait se mettre délibérément à l’écart de la société : est-ce une posture réservée à quelques-uns ?

    Dès lors, les "vacances" désignent d'abord le moment - ou la période - non travaillés, durant lesquels le vacancier n'a rien à faire. Plusieurs participants rejettent dès le début cette idée. Selon eux, les vacances ne sont pas faites de "néant" mais d'abord d'une rupture par rapport au quotidien, d'un changement de rythme. "Les vacances, affirme l'un d'eux, c'est tout d'abord faire la même chose qu'en week-end mais en prenant d'avantage le temps." 

    Vacances = néant ?

    vacancesÊtre en vacances reviendrait donc avant tout à savourer ce qui, le reste de l'année, se fait dans l'urgence. Ainsi, une participante suggère que les vacances permettent souvent, en prenant le temps, de se reposer, de se ressourcer même, en faisant un bilan de la période les précédant et revenir plein de résolutions pour la suivante.  En citant le vacancier tout juste revenu de congé vantant ses vacances devant ses collègues, un participant affirme que les vacances sont aussi une mode et une manière de se "situer" socialement. Les vacances sont d'ailleurs devenues un business, plusieurs entreprises spécialisées dans ce domaine étant florissantes. Dans ce sens, ces entreprises cherchent d'ailleurs à se spécialiser dans "une vision" des vacances, chacune définissant ce qu'elles entendent par là. Et alors, lesquelles sont-elles dans "le vrai" ?

    Pour beaucoup, ce n'est pas forcément le sable blanc et les cocotiers qui signifient les vacances, "les vraies". Par contre, il est important, voire primordial, de sortir de chez soi, d'en partir. "Pour être en vacances il faut y partir !" affirme l'un d'entre nous. Une participante suggère alors une définition des vacances : se libérer de ses tracas quotidien, de ses habitudes, faire peau neuve. 

    vacancesLiberté est sans doute le maître mot qui définirait nos "chères vacances". Chacun se fait son propre idéal de cette période : pour certains, vacances riment avec dépaysement et voyages ; pour d’autres, sortir quelques kilomètres de chez soi et planter sa tente dans un coin proche et familier constitue déjà une coupure bénéfique. Pour d’autres encore, obligés à voyager toute l’année pour des raisons professionnelles, "partir" en vacances c’est au contraire "rester" chez soi et profiter de ses proches. Certains enfin choisissent au contraire de profiter de ces vacances pour s’éloigner de la famille et des enfants afin de se retrouver seuls.

    Oui, chacun a sa propre lecture de ce temps mais, sans nul doute, ce temps doit être avant tout un temps de liberté, de rupture et de changement de rythme social, biologique ou familial. Rupture et non pas néant, comme le suggérerait le mot vacans latin.

    vacancesAu vu de ces interventions, il apparaît que limiter les vacances à la simple récompense d’un travail serait trop simple. Alors qu’une participante avoue son plaisir ineffable de profiter de vacances alors qu’elle est à la retraite, une autre dit comprendre la soif de vacances que peut ressentir un demandeur d’emploi, sans activité professionnelle.

    Sans aucun doute, ceux-ci, parce que le souci de leur situation sociale les taraude jour après jour, non seulement "peuvent" se mettre en vacances quelques temps mais le "doivent" sans doute pour leur santé. 

    "L’oisiveté est la mère de la philosophie"  

    Les vacances sont considérées sans doute à tort comme un temps de farniente et de nonchalance. Voire, répond un participant : c’est oublier les tâches qu’attendent un vacancier : préparation pratique, bagages, caravanes ou tentes à planter pour certains, voyages harassants en voiture. Être en vacances n'est assurément pas une mince affaire ! Chacun peut également relater des souvenirs de vacances aux corvées bien plus nombreuses que de coutume : locations aux conforts spartiates ou matériels électroménagers frustres voire inexistants. Une participante fait un sort à une autre idée reçue : celle de vacances que l’on réserverait exclusivement à la vie familiale, gage de vacances "réussies". La réalité peut être moins rose. Plusieurs personnes s’interrogent : partir en vacances n’est-ce pas d’abord se retrouver - égoïstement - soi-même plutôt qu’autrui, même si cela peut être au détriment d’un(e) conjoint(e) ou d'enfants, obstacles à cette période conçue comme une plage de liberté ?

    vacancesLe café philosophique de ce soir permet en outre une confrontation – non dénuée de taquineries – entre, d'une part, des adultes désireux de s’affranchir des contraintes de l’éducation de leurs progénitures pendant le temps des vacances et, d'autre part, des jeunes présents ce soir en quête de liberté pour eux-mêmes durant cette période (aventureuse s’il en est) qu’ils attendent avec impatience après leur année scolaire. Cette discussion est la marque sans doute d’une nouvelle pierre d’achoppement entre deux générations qui, finalement, ont d’abord soif de se faire comprendre mutuellement : un adulte peut-il être en vacances au milieu des contraintes eu égard à leur rôle de parents et un jeune peut-il l’être de son côté lorsque la sphère familiale le bride et le contraint pendant sa période de vacances ? Nous voyons que la soif de liberté est toujours au centre de ce "besoin" de vacances !

    Une participante s’interroge ensuite sur ce "néant" (vacans) évoqué plus tôt : cette rupture pendant les vacances ne serait-elle pas propice, bien plus qu’au farniente ou à la distraction, à un repli constructif sur soi-même ? Quelle meilleure période, propice à la lenteur et au calme, pour réfléchir, être dans l’introspection, philosopher ? Bruno va dans ce sens, ajoutant qu’en un sens, depuis des siècles, les philosophes se sont intéressés aux vacances, ou plus exactement à l’oisiveté. Ainsi, selon Thomas Hobbes,  "L’oisiveté est la mère de la philosophie" alors que Søren Kierkegaard affirme que "l'oisiveté, loin d'être la mère du mal, est plutôt le vrai bien."

    Vacances 6.jpg

    C’est sur cette exigence d’accomplissement dans l’oisiveté que se termine le débat proprement dit de cette dernière séance de la saison du café philosophique de Montargis. Bruno conclut par deux citations. La première de Marcel Proust : "Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux" et la seconde de la conférencière Patricia Fripp :"Il est étonnant de voir que les gens passent plus de temps à préparer leurs prochaines vacances que leur avenir." 

    Cette séance se termine par un désormais classique du café philo : un blind-test consacré à la philosophie et en particulier aux séances de cette saison 3. Voici les questions et les réponses de ce jeu :

    1. Qui a affirmé que la principale qualité pour un Président est "de ne pas cligner des yeux ?" Réponse : Barack Obama (cf. lien vers la séance correspondante)

    2. Que signifie "éduquer" ?  Réponse : Guider, conduire vers : littéralement rendre autonome (cf. lien vers la séance correspondante)

    3. Qui a dit : que "l’on peut s’opposer [au tyran] tout de même ainsi qu’à tout autre qui envahirait de force le droit d’autrui" ?   Réponse  : John Locke (cf. lien vers la séance correspondante)

    William-Shakespeare.jpg4. Qui a dit : "Avoir beaucoup vu et ne rien avoir c’est avoir les yeux riches et les mains pauvres" ?  Réponse  : Shakespeare (Comme il vous plaira, As You Like It) (cf. lien vers la séance correspondante)

    5. Qui a estimé que l’étonnement, l’une des conséquences du hasard, est la première étape de la philosophie ?  Réponse  : Platon (cf. lien vers la séance correspondante)

    6. Qui a dit : "Rien de grand dans le monde ne s’est accompli sans passion" ?  Réponse  : Hegel (cf. lien vers la séance correspondante)

    7. Au sujet de quelles institutions avons-nous philosopher en février dernier ?  Réponse  : l’école (cf. lien vers la séance correspondante)

    8. Qui a dit : "Mieux vaut changer mes désirs plutôt que l’ordre du monde" ? Réponse : Descartes (cf. lien vers la séance correspondante)

    9. Sur quel document public se sont appuyés Claire et Bruno pour le débat "Qu’est-ce qu’un bon Président ?"  Réponse  : un sondage (cf. lien vers la séance correspondante)

    10. Dans quelle mesure peut-on dire que l’homme heureux est forcément un chanceux ?  Réponse : "bon-heur" = "bonne fortune" (cf. lien vers la séance correspondante)

    hessel.jpg11. Durant le débat de décembre, quel "ennemi de la société" risque, si on n’y prend garde, d’être réduit à sa situation matérielle et ainsi de se voir dénier le statut de personne humaine ?  Réponse  : le riche (cf. lien vers la séance correspondante)

    12. Qui a dit : "(En politique) La fin justifie toujours les moyens" ?  Réponse  : Machiavel (cf. lien vers la séance correspondante)

    13. Qui a affirmé que la passion doit être l’instrument de la raison ?  Réponse  : Hegel (cf. lien vers la séance correspondante)

    14. Combien y a t il eu de séances du café philo durant cette 3ème saison ?  Réponse  : 8 (24 depuis le début) 

    La gagnante repart avec l’essai de Hessel et Morin, Le Chemin de l'Espérance

    La prochaine séance aura lieu le vendredi 28 septembre 2012. Les participants votent en majorité pour ce sujet : "Prendre son temps est-ce le perdre ?

    Claire et Bruno clôturent cette séance par des remerciements aux personnes qui les ont accompagnées durant cette saison et adressent une nouvelle fois un merci particulier au propriétaire de la Brasserie du centre commercial de la Chaussée pour son soutien comme pour le buffet qu'il a offert aux participants de ce soir. 

    Bonnes vacances à tous !


    Lien permanent Catégories : "Peut-on vraiment être en vacances ?", =>Saison 3, Comptes-rendus des débats, Tous les blind tests du café philo Imprimer
  • "POUR ÊTRE HEUREUX, L'HOMME DOIT ALLER EN LAPONIE..." OU LES PERLES DU BAC DE PHILO

    bac,baccalauréatLes auteurs de perles ne sont pas condamnés à une mauvaise note. "Certains ont des copies correctes malgré un dérapage", assure une correctrice charentaise. Ces perles lui arrachent souvent un sourire. "Même si parfois on en vient à se demander ce que nos propres élèves ont bien pu écrire", sourit-elle. L'agacement peut survenir, parfois aussi. "Hier, c'était très bien parti. J'ai commencé avec de très bonnes copies. Puis, j'ai eu une série d'une dizaine de copies remplies d'énormités. Là, ça agace."

    Ce sont des "perles", des vraies. De la légèreté qui fait sourire souvent, en fera bondir d'autres. Ces perles, ce sont celles qu'un correcteur du baccalauréat pour l'académie de Poitiers a trouvées dans ses copies du cru 2012. Section bac ES (économique et social). Les sujets étaient : "Peut-il exister des désirs naturels" et "Travailler, est-ce vraiment utile?"...

    LA SUITE ICI...

    Source : Charente Libre

     

    Lien permanent Catégories : Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • NOUS SOMMES AUSSI SUR FACEBOOK

    1739313585.png

    Le café philosophique de Montargis est également sur Facebook.

    Rejoignez-nous sur notre page !

     

     

    Lien permanent Catégories : Vie du site, vie du café philo Imprimer
  • "PHILOSOPHES, DE BACHELARD À DERRIDA"

    Louis Monnier, Marc Le Ny et Monique Dixsaut (pour la préface), Philosophes, De Bachelard à Derrida, éd. Eyrolles, 224 p.

    philo.jpgPrès de 100 philosophes français contemporains sont choisis pour leur apport à la philosophie française du XXème siècle, de 1945 à nos jours. Ils font l'objet d'un portrait d'art, réalisé par Louis Monier, photographe de talent et de référence pour l'ensemble du monde de l'édition.

    En regard de chacun des visages, une citation et une notice de présentation de Marc Le Ny, professeur agrégé de philosophie et enseignant en lycée.

    Les dix premières pages


    Lien permanent Catégories : Documents, Livres, Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • BIENTÔT, LE COMPTE RENDU DE LA DERNIÈRE SÉANCE

    Vous retrouverez bientôt sur ce site le compte-rendu de la dernière séance, "Peut-on vraiment être en vacances?"

    En attendant, le compte-rendu de la séance précédente, "Qu'est-ce qu'un bon Président ?", est toujours en ligne, sur ce lien.

     

    Lien permanent Catégories : "Peut-on vraiment être en vacances ?", =>Saison 3, Comptes-rendus des débats Imprimer
  • LE TEMPS, SELON PASCAL

    pascal1.jpg"Nous ne nous tenons jamais au temps présent. Nous anticipons l'avenir comme trop lent à venir, comme pour hâter son cours; or nous rappelons le passé pour l'arrêter comme trop prompt, si imprudents, que nous errons dans les temps qui ne sont pas nôtres, et ne pensons point au seul qui nous appartient; et si vains, que nous songeons à ceux qui ne sont plus rien, et échappons sans réflexion le seul qui subsiste. C'est que le présent, d'ordinaire, nous blesse nous le cachons à notre vue, parce qu'il nous afflige ; et s'il nous est agréable, nous regrettons de le voir échapper. Nous tâchons de le soutenir par l'avenir, et pensons à disposer les cho­ses qui ne sont pas en notre puissance, pour un temps où nous n'avons aucune assurance d'arriver.

    Que chacun examine ses pensées, il les trouvera toutes occupées au passé et à l’avenir. Nous ne pensons presque point au présent ; et si nous y pensons ce n’est que pour en prendre la lumière pour disposer de l’avenir. Le présent n’est jamais notre fin : le passé et le présent sont nos moyens ; le seul avenir est notre fin. Ainsi nous ne vivons jamais mais nous espérons de vivre ; et, nous disposant toujours à être heureux, il est inévitable que nous ne le soyons jamais."

    Blaise Pascal, Pensées, posth. II, 172

    Source : Philonet

    Voir également ce lien

     

    Lien permanent Catégories : "Prendre son temps est-ce le perdre ?", =>Saison 4, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer