Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • UN NOUVEAU MAGAZINE : "LE CERCLE PSY"

    café philosophique de montargis, philo, philosophie, montargisUne nouvelle revue a fait son apparition en mai dernier : "Le Cercle Psy". Le premier numéro avait été tiré à 36 000 exemplaires.

    Le deuxième numéro sort en ce moment. La couverture est consacré au dossier central : "Trop d'enfants chez le psy ?" (7,90 € le numéro)

    Trimestriel, ce magazine s'adresse à un très large public et s'intéresse autant à la psychanalyse qu'aux neurosciences ou à la psychologie sociale.

    Pour en savoir plus, rendez-vous sur le blog de Jean-François Dortier, son directeur de publication : http://www.dortier.fr.

    Et bonne chance, bien entendu, à ce magazine.

     

    Lien permanent Catégories : Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • LA PLANÈTE DES SAGES

    la-planete-des-sages-bd-volume-1-simple-27739.jpgJul, l'auteur de Silex and the City, s'attaque à la philosophie avec la complicité de Charles Pépin, journaliste et universitaire, dans une encyclopédie savante et atypique.

    Actuelle, décalée , elle propose deux approches : celle, humoristique et irrésistible, de Jul et celle, analytique et pédagogique, de Charles Pépin. Ensemble, les deux auteurs ressuscitent et rendent accessibles les découvertes et les parcours de presque tous les penseurs qui ont fait la philosophie depuis trois mille ans. Jul illustre la pensée de chaque philosophe à travers des situations surréalistes et comiques, Charles Pépin rédige des "fiches" encyclopédiques limpides et malicieuses qui éclairent la réflexion de manière rigoureuse.

    Jul et Charles Pépin, La planète des Sages, éd. Dargaud, août 2011, 19.95€

    Source : http://www.dargaud.com.

     

    Lien permanent Catégories : Livres, Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • PETIT BILAN DE LA SAISON 2, EN ATTENDANT LA SAISON 3...

    Après une première saison de démarrage, 2010-2011 a permis au café philosophique de prendre définitivement ses marques, tout d’abord avec de nouveaux horaires : c’est le vendredi à 18H30 (et non le samedi comme lors de la première saison) qu’ont lieu les débats, toujours à la Brasserie du centre commercial de la Chaussée (merci à Marc !). Ce rendez-vous (mensuel, dans la mesure du possible) ne devrait pas changer durant la troisième saison.

    Durant l’année 2010-2011, neuf débats philosophiques ont eu lieu, tous différents les uns des autres, mais tous enrichissants. De 15 à 50 personnes étaient présentes à chaque séance, avec une moyenne de 20 participants par débat.

    Engagé dans une réflexion sur le monde d’aujourd’hui, le café philo de cette année a d’abord cherché à s’interroger sur lui-même, à se remettre en cause ("Cela a-t-il un sens de philosopher aujourd'hui ?"). C’est donc autour de la réflexion, du penser par soi-même et de la notion d’engagement ou de morale de l’action, qu’ont porté les premiers débats. Ils ont été l’occasion pour les participants de prendre du recul par rapport au flot d’informations continu des médias afin réussir à penser celles-ci.

    Au cours de la séance de décembre 2010, Claire et Bruno ont voulu apporter une petite note de légèreté au café philo qui fut consacré au Père Noël : un joli moment de convivialité qui, sur le fond, a permis de rappeler l’histoire de Noël aussi bien que sa signification.

    Durant l’hiver, le débat sur l’art a été un réel temps de réflexion, marqué par des interventions d’artistes et d’amateurs qui ont tous portés intérêt à ce rendez-vous. Un grand moment de philosophie esthétique !

    La séance de juin sur les pensées sectaires et les manipulations mentales avec Catherine Armessen restera également un débat passionnant.

    Parmi les nouveautés de cette année, citons enfin les blind-tests, des petits plus pour rendre la philosophie un peu plus drôle et conviviale.

     

    Lien permanent Catégories : => Saison 2 Imprimer
  • AU SUJET DU HASARD

    Pour la plupart des étymologistes le mot hasard tire son origine de l’arabe "az-zahr", le jeu de dés. Pour les Espagnols le mot "azar" est lié tant aux dés qu’utilisaient les Maures, qu’à la fleur d’oranger qu’on nomme "azahar". Sur les dés arabes le 1 appelé aussi "as" est représenté par une fleur d’oranger. Mais "az-zahr" désigne aussi en arabe le résultat du jeté de dés. Ce qui rappelle que le hasard est à la fois la cause et l’effet.

    café philosophique de montargis, philo, philosophie, montargis S’en remettre au hasard sera considéré chez l’optimiste comme un comportement de vainqueur, de celui qui a confiance dans la providence. Mais se soumettre au seul hasard peut être un comportement pessimiste, de celui qui ne prend jamais le risque de prendre des risques, celui qui ne veut pas lutter, du camp des "Aquoibonistes".

    À mi-chemin nous trouvons les Stoïciens : "Si les choses vont au hasard ne te laisse pas aller  toi aussi au hasard" nous dit Marc Aurèle. Il s’agit de vouloir ce qui peut dépendre de nous et ne pas se soucier de ce qui pourra arriver fortuitement des faits sur lesquels nous ne pouvons pas agir.

    Nous opposons notre libre arbitre au hasard, mais  quelle est la part de liberté de choix ou de déterminisme… Notre structure psychologique est : vécu, éducation, et facteurs extérieurs. Notre personnalité se fait au hasard d’influences… En quel point nous situons nous dans cette immensité des possibilités (théorie quantique), avons-nous choisi d’accomplir, en tant qu’Humanité  un destin ? Un destin voulu par Dieu qui "ne joue pas aux dés"... Ce choix nous échappe, nous l’appelons hasard, nous n’avons nulle certitude. Nous voulons croire que nous avons le choix, ou alors éthique et morale s’écroulent !

    Guy-Louis Pannetier


    Lien permanent Catégories : "La vie n'est-elle qu'une suite de hasards ?", =>Saison 3 Imprimer
  • SOUS LES PAVÉS, LE SEXE

    Reich.jpgEn 1969, Clément Rosset a tout juste trente ans. Mais il est déjà un philosophe en vue, grand connaisseur de Schopenhauer, analyste de la philosophie tragique et auteur d’une très étonnante Lettre sur les Chimpanzés (Gallimard, 1965) qui n’a pas pris une ride.

    Aujourd’hui, Clément Rosset, longtemps boudé par les mandarins de la philosophie, est reconnu comme un auteur capital. Il doit cette réputation à la clarté de ses exposés et à la légèreté, l’élégance de son écriture. Ce qui est plutôt rare dans la corporation. Pour dix petits euros, offrez-vous : Logique du pire : Eléments pour une philosophie tragique et vous m’en reparlerez !...

    LA SUITE ICI...

    Source : Novopress.info

     

    Lien permanent Catégories : Livres, Quelques news en philo mais pas que Imprimer