Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

renan

  • Ils ont dit, au sujet de l'identité française

    "Toute la Gaule est divisée en trois parties, dont l'une est habitée par les Belges, l'autre par les Aquitains, la troisième par ceux qui, dans leur langue, se nomment Celtes, et dans la nôtre, Gaulois. Ces nations diffèrent entre elles par le langage, les institutions et les lois." [César]

    "Le 15 février, Louis et Charles se réunirent dans la ville autrefois appelée Argentaria, et maintenant Strasbourg, et là ils se prêtèrent réciproquement les serments que nous allons rapporter, Louis en langue romane, et Charles en langue tudesque." [Nithard]

    "On dit que l’homme est un animal sociable. Sur ce pied-là, il me paraît qu’un Français est plus homme qu’un autre : c’est l’homme par excellence, car il semble être fait uniquement pour la société. " [Montesquieu]

    "Je te parlais l’autre jour de l’inconstance prodigieuse des Français sur leurs modes. Cependant il est inconcevable à quel point ils en sont entêtés : ils y rappellent tout ; c’est la règle avec laquelle ils jugent de tout ce qui se fait chez les autres nations : ce qui est étranger leur paraît toujours ridicule. Je t’avoue que je ne saurais guère ajuster cette fureur pour leurs coutumes avec l’inconstance avec laquelle ils en changeant tous les jours." [Montesquieu]

    "Mais au moins on peut uniformer le langage d'une grande Nation de manière que tous les citoyens qui la composent puissent sans obstacle se communiquer leurs pensées." [Abbé Grégoire]

    "À la fin du dix-huitième siècle, la France était encore divisée en trente-deux provinces. Treize parlements y interprétaient les lois d’une manière différente et souveraine. La constitution politique de ces provinces variait considérablement. Les unes avaient conservé une sorte de représentation nationale, les autres en avaient toujours été privées. Dans celles-ci on suivait le droit féodal ; dans celle-là on obéissait à la législation romaine. Toutes ces différences étaient superficielles et pour ainsi dire extérieures." [Alexis de Tocqueville]

     

    "Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n'en font qu'une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L'une est dans le passé, l'autre dans le présent. L'une est la possession en commun d'un riche legs de souvenirs ; l'autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l'héritage qu'on a reçu indivis." [Ernest Renan]

    "L'Europe a un lieu de naissance. Je ne songe pas, en termes de géographie, à un territoire, quoi qu’elle en possède un, mais à un lieu spirituel de naissance, dans une nation ou dans le coeur de quelques hommes isolés et de groupes d'hommes appartenant à cette nation." [Edmund Husserl]

    "Il n’y a pas d'orgueil à être français. Nous aimons trop La gloire." [Georges Bernanos]

    "Il n'existe pas de race française. La France est une nation, c'est-à-dire une œuvre humaine, une création de l'homme; notre peuple [...] est composé d'autant d'éléments divers qu'un poème ou une symphonie." [Georges Bernanos]

    "Nous ne ferons rien en effet pour l'amitié française, si nous ne nous délivrons pas du mensonge et de la haine. Dans un certain sens, il est bien vrai que nous n'en sommes pas délivrés. Nous sommes à leur école depuis trop longtemps." [Albert Camus]

    "Toute ma vie, je me suis fait une certaine idée de la France." [Charles de Gaulle]

    "Ce ne sont pas seulement les Juifs, c'est la France aussi qui est atteinte et frappée par ces résultats abjects de la politique de collaboration. Trahir ses lois traditionnelles d'hospitalité politique, accepter pour elle-même et pour ses propres lois l'ignominie bestiale du racisme nazi, livrer les Juifs étrangers accueillis chez elle depuis 1935 comme dans une terre humaine et fidèle, livrer même ceux-là qui ont combattu pour elle et dans son armée au cours de la présente guerre, jamais dans l'histoire infamie pareille n'a été imposée à la France." [Jacques Maritain]

    "Il y a une identité de la France à rechercher, avec les erreurs et les succès possibles, mais en dehors de toute position politique partisane. Je ne veux pas qu’on s’amuse avec l’identité." [Fernand Braudel]

    "Je crois que le thème de l'identité française s'impose à tout le monde, qu'on soit de gauche, de droite ou du centre, de l'extrême gauche ou de l'extrême droite. C'est un problème qui se pose à tous les Français." [Fernand Braudel]

    "Il y a une identité de la France à rechercher, avec les erreurs et les succès possibles, mais en dehors de toute position politique partisane. Je ne veux pas qu’on s’amuse avec l’identité... L’identité de la France est incompréhensible si on ne la replace pas dans la suite des événements de son passé, car le passé intervient dans le présent…" [Fernand Braudel]

    "Pour le pire ou pour le meilleur, nous avons épousé notre siècle : les industries, les villes tentaculaires, la fin des paysans, l'informatique." [Raymond Aron]

    "Un Français ? un homme qui s'interroge sur l'Homme, en français." [Albert Jacquard]

    "Que je le veuille ou non, j’ai des identités multiples. Je suis homme et pas femme (…) Je suis vieux (…) Je suis professeur (…) Je suis aussi français." [Alfred Grosser]

    "On peut admettre que la République, qui est une idée, soit une et indivisible. Mais si la France, qui est un bouquet multicolore, devait l'être à son tour, on s'embêterait à mourir. On doit la démultiplier, la déplier pour lui rendre tonus et couleurs. La France, je ne puis l'envisager que sur le modèle de ces disques optiques, le rotorelief à la Duchamp." [Régis Debray]

    "La Marseillaise dans son intégrité est donc un grand hymne où sont associées Nation, République, universalisme, liberté, dans une intensité frémissante qui est justement celle de l'an I, de Valmy, du moment fondateur de la France républicaine et du moment paroxystique de la défense de la liberté nationale. Le premier couplet porte cette marque. Il est remémorateur, commémorateur, régénérateur." [Edgar Morin]

    "Je pense que la France est le seul pays où l’on respecte encore l’esprit, et qui soit accoutumé aux opinions contradictoires." [Adam Gopnik]

    "A quels critères un peuple se reconnaît-il ? On en discute. Mais on ne doute pas de l'existence de la nation: en l'occurrence, c'est la France." [Claude Lefort]

    "Si la diversité, en effet, est la valeur suprême, il faut que l'école permette, au plus tôt, à chacun d'être reconnu, de décliner son identité, d'afficher et d'épanouir sa différence." [Alain Finkielkraut]

    "On s'intégrait autrefois à un projet et à une culture. La France de Montaigne, de Diderot, de Condorcet, de Chateaubriand, et du colonel Picquart était une nation à laquelle on pouvait "s'attacher par l'esprit et le cœur aussi fortement que par des racines", selon la belle expression d'Emmanuel Levinas… le message, désormais, c'est le métissage. En guise de projet, la France n'a rien d'autre à offrir que le spectacle de sa composition : la formule "black-blanc-beur" remplace l'ancien modèle d'intégration, la diversité tient lieu de culture." [Alain Finkielkraut]

    "l'histoire de l'État républicain en France, avec ses épisodes de lâcheté et d'héroïsme, de l'affaire Dreyfus à la Résistance, et du Manifeste des 121 au procès de Bobigny, ne manque pas d'illustrations du processus par lequel les conditions substantielles de l'obéissance à la loi se trouvent refondées à travers le refus d'accepter les décisions iniques de l'autorité politique ou judiciaire." [Etienne Balibar]

    "Derrière le mythe d’une République unique et singulière, identique par-delà ses métamorphoses, drapée dans son immaculée dignité, il y eut des Républiques différentes, voire contraires." [Daniel Bensaïd]

    "[Le multiculturalisme] est la seule bonne réponse. [...] Le métissage est la vérité de ce qui fait l'identité nationale française." [Michel Onfray]

    "Les Français sont toutefois plus attachés à leur culture que racistes à proprement parler." [Samuel Huntington]

    Lien permanent Catégories : =>Saison 8, Citations, Documents, [60] "Qu'est-ce qu'être Français?" Imprimer
  • Renan : la nation est une âme

    220px-Ernest_Renan_1876-84.jpg"Une nation est une âme, un principe spirituel. Deux choses qui, à vrai dire, n'en font qu'une, constituent cette âme, ce principe spirituel. L'une est dans le passé, l'autre dans le présent. L'une est la possession en commun d'un riche legs de souvenirs ; l'autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l'héritage qu'on a reçu indivis. L'homme, Messieurs, ne s'improvise pas. La nation, comme l'individu, est l'aboutissant d'un long passé d'efforts, de sacrifices et de dévouements. Le culte des ancêtres est de tous le plus légitime ; les ancêtres nous ont faits ce que nous sommes. Un passé héroïque, des grands hommes, de la gloire (j'entends de la véritable), voilà le capital social sur lequel on assied une idée nationale. Avoir des gloires communes dans la passé, une volonté commune dans le présent ; avoir fait de grandes choses ensemble, vouloir en faire encore, voilà les conditions essentielles pour être un peuple. On aime en proportion des sacrifices qu'on a consentis, des maux qu'on a soufferts. On aime la maison qu'on a bâtie et qu'on transmet. Le chant spartiate : «Nous sommes ce que vous fûtes ; nous serons ce que vous êtes» est dans sa simplicité l'hymne abrégé de toute patrie.

    Dans le passé, un héritage de gloire et de regrets à partager, dans l'avenir un même programme à réaliser ; avoir souffert, joui, espéré ensemble, voilà ce qui vaut mieux que des douanes communes et des frontières conformes aux idées stratégiques ; voilà ce que l'on comprend malgré les diversités de race et de langue. Je disais tout à l'heure : «avoir souffert ensemble» ; oui, la souffrance en commun unit plus que la joie. En fait de souvenirs nationaux, les deuils valent mieux que les triomphes, car ils imposent des devoirs, ils commandent l'effort en commun.

    Une nation est donc une grande solidarité, constituée par le sentiment des sacrifices qu'on a faits et de ceux qu'on est disposé à faire encore. Elle suppose un passé ; elle se résume pourtant dans le présent par un fait tangible : le consentement, le désir clairement exprimé de continuer la vie commune. L'existence d'une nation est (pardonnez-moi cette métaphore) un plébiscite de tous les jours, comme l'existence de l'individu est une affirmation perpétuelle de vie. Oh ! je le sais, cela est moins métaphysique que le droit divin, moins brutal que le droit prétendu historique. Dans l'ordre d'idées que je vous soumets, une nation n'a pas plus qu'un roi le droit de dire à une province : «Tu m'appartiens, je te prends». Une province, pour nous, ce sont ses habitants ; si quelqu'un en cette affaire a droit d'être consulté, c'est l'habitant. Une nation n'a jamais un véritable intérêt à s'annexer ou à retenir un pays malgré lui. Le vœu des nations est, en définitive, le seul critérium légitime, celui auquel il faut toujours en revenir.

    Nous avons chassé de la politique les abstractions métaphysiques et théologiques. Que reste-t-il, après cela ? Il reste l'homme, ses désirs, ses besoins. La sécession, me direz-vous, et, à la longue, l'émiettement des nations sont la conséquence d'un système qui met ces vieux organismes à la merci de volontés souvent peu éclairées. Il est clair qu'en pareille matière aucun principe ne doit être poussé à l'excès. Les vérités de cet ordre ne sont applicables que dans leur ensemble et d'une façon très générale. Les volontés humaines changent ; mais qu'est-ce qui ne change pas ici-bas ? Les nations ne sont pas quelque chose d'éternel. Elles ont commencé, elles finiront. La confédération européenne, probablement, les remplacera. Mais telle n'est pas la loi du siècle où nous vivons. À l'heure présente, l'existence des nations est bonne, nécessaire même. Leur existence est la garantie de la liberté, qui serait perdue si le monde n'avait qu'une loi et qu'un maître.

    Par leurs facultés diverses, souvent opposées, les nations servent à l'œuvre commune de la civilisation ; toutes apportent une note à ce grand concert de l'humanité, qui, en somme, est la plus haute réalité idéale que nous atteignions. Isolées, elles ont leurs parties faibles. Je me dis souvent qu'un individu qui aurait les défauts tenus chez les nations pour des qualités, qui se nourrirait de vaine gloire ; qui serait à ce point jaloux, égoïste, querelleur ; qui ne pourrait rien supporter sans dégainer, serait le plus insupportable des hommes. Mais toutes ces dissonances de détail disparaissent dans l'ensemble. Pauvre humanité, que tu as souffert ! que d'épreuves t'attendent encore ! Puisse l'esprit de sagesse te guider pour te préserver des innombrables dangers dont ta route est semée !

    Je me résume, Messieurs. L'homme n'est esclave ni de sa race, ni de sa langue, ni de sa religion, ni du cours des fleuves, ni de la direction des chaînes de montagnes. Une grande agrégation d'hommes, saine d'esprit et chaude de cœur, crée une conscience morale qui s'appelle une nation. Tant que cette conscience morale prouve sa force par les sacrifices qu'exige l'abdication de l'individu au profit d'une communauté, elle est légitime, elle a le droit d'exister. Si des doutes s'élèvent sur ses frontières, consultez les populations disputées. Elles ont bien le droit d'avoir un avis dans la question. Voilà qui fera sourire les transcendants de la politique, ces infaillibles qui passent leur vie à se tromper et qui, du haut de leurs principes supérieurs, prennent en pitié notre terre à terre. «Consulter les populations, fi donc ! quelle naïveté ! Voilà bien ces chétives idées françaises qui prétendent remplacer la diplomatie et la guerre par des moyens d'une simplicité enfantine». - Attendons, Messieurs ; laissons passer le règne des transcendants ; sachons subir le dédain des forts. Peut-être, après bien des tâtonnements infructueux, reviendra-t-on à nos modestes solutions empiriques. Le moyen d'avoir raison dans l'avenir est, à certaines heures, de savoir se résigner à être démodé."

    Ernest Renan, Qu'est-ce qu'une nation ? (1882)

    Lien permanent Catégories : =>Saison 8, Compilation de textes, Documents, Livres, [60] "Qu'est-ce qu'être Français?" Imprimer
  • COMPTE RENDU DE LA DERNIÈRE SÉANCE

    Thème du débat : "Pensées sectaires : où s'arrête ma liberté ?"

    Date : 24 juin 2011 à la Brasserie du centre commercial de la Chaussée.

    À la Brasserie du centre commercial de la Chaussée, un public deux fois plus nombreux que d’habitude (plus de cinquante personnes) était venu le vendredi 24 juin assister à séance du café philosophique intitulée "Pensées sectaires : où s’arrête ma liberté ?".

    Portrait Catherine Armessen.JPGPour l’occasion, Claire et Bruno avaient invité Catherine Armessen. Médecin et écrivain, cette dernière a travaillé longuement sur le sujet et y a consacré un roman, Manipulation (éd. Cheminements), récompensé par le prix Littré en 2008.

    Le débat n’entendait pas faire une description complète des sectes mais plutôt de s’interroger sur la liberté individuelle de chacun à adhérer ou non à ces mouvements religieux. Finalement la question du libre-arbitre se pose bien, les sectes étant autorisées par les lois, même si leurs activités sont surveillées. Claire s’interroge sur la manière dont fonctionne la manipulation : "Autrui est-il vraiment capable d’aliéner ma liberté ?", "Puis-je choisir, en toute liberté, d’aliéner cette liberté ?" et "Quels sont les moyens d’aliéner ma liberté ?"

    Esséniens.jpgUn participant voit dans le développement des sectes un symptôme, "finalement pas si mauvais", d’une demande dans nos sociétés de spiritualité. D’ailleurs, ajoute-t-il, la différence entre religions officielles et sectes est tenue : "une religion n’est-elle pas une secte qui a réussi ?" Bruno précise que cette assertion assez courante est un détournement du sens de la citation d'Ernest Renan (La Vie de Jésus) : "Le christianisme est un essénisme qui a réussi" (l’essénisme était un mouvement juif sectaire auquel appartenait, semble-t-il, Jésus).

    Il est évident que la manipulation est omniprésente dans nos sociétés modelées par la communication (le politique face à ses électeurs, le professeur face à ses élèves, etc.). Dans le cadre des sectes, la manipulation, moyen d’aliénation de la liberté, est un outil particulièrement efficace, rôdé et redoutable.

    Comment cette manipulation fonctionne-t-elle ? 

    casta.jpgPour répondre sur ce point, plutôt qu’un long discours technique, Catherine Armessen a choisi de prendre l’exemple imaginaire d’un jeune homme (qu’elle prénomme Martin), jeune homme semblable a des millions d’autres, inséré dans la société mais s’interrogeant sur lui-même et mal dans sa peau. La mécanique de manipulation sectaire, bien huilée, commence par une phase de séduction et par une forme d’empathie : au hasard d’une rencontre, quelqu’un va s’intéresser à Martin et affirmer qu’il le comprend et vante ses qualités. Non seulement ce dernier trouve une écoute qui le touche mais en plus cet(te) inconnu(e) lui parle d’un groupe d’amis "très sympas" avec qui il trouvera autant d’écoutes. À cette phase de séduction succède bientôt une phase d’initiation à des connaissances ésotériques sensés déconnectés le jeune homme de son environnement. À partir de là, la manipulation opère à plein : l’initié cherche à faire pleinement partie d’une petite société indépendante gravitant autour d’un gourou autoproclamé. En outre, ajoute Catherine Armessen, les sectes ne sont pas des entités homogènes : autour d’un groupuscule de disciples irréductibles gravitent des sympathisants bienveillants et qui peuvent trouver simplement sympathiques le groupe d’illuminés qu’ils ne qualifient pas (encore ?) de secte.

    temoins-jehovah-congres.jpgÀ la remarque d’un participant partisan de laisser à tout à chacun la libre pratique d’un culte quel qu’il soit, Catherine Armessen répond par une constatation imparable : l’extrême dangerosité des sectes, dangerosité psychologique (la manipulation aliénante) voire physique (l’exemple de l’interdiction des transfusions sanguines, chez les Témoins de Jéhovah, par exemple). À cela s’ajoute les motivations financières de ces sociétés très souvent uniquement mues par l’appât du gain. L’auteur ajoute que n’importe qui, quel que soit son âge, son sexe, son niveau d’études et sa profession peut être manipulé par les sectes, bien que celles-ci se "méfient" des profils cartésiens (les médecins par exemple), plus réticents adhérer aux doctrines abracadabrantesques (sur la fin du monde par exemple). Bruno s’étonne à ce sujet que dans le roman Manipulation, Catherine Armessen met en scène deux adolescentes étudiantes en médecine. Catherine Armessen que ce ne sont que des étudiantes ("Cela ne compte pas..."). Par contre, cette dernière convient que le jour où elle a croisé sur un plateau de télévision un important cadre de la secte des Raëliens, elle a pris une grande attention à ce qu’elle disait afin de ne pas être prise au piège.

    café philosophique de montargis,philo,philosophieSuivant l’exemple de Martin, la sortie d’une secte ne se fait que lentement et grâce à l’initiative de l’adhérent. Si Martin veut échapper à l’emprise du gourou, il devra être entouré d’amis, de proches, de sa famille, et avec le soutien d’associations spécialisées contre les sectes (UNADFI). Cette expérience, pour fugace qu’elle soit, va le laisser en tout cas marqué à jamais.

    Ainsi se termine cette séance passionnante et vivante, enrichie de nombreuses interventions du public.

    Claire et Bruno remercient Catherine Armessen pour son intervention brillante.

    Ils donnent rendez-vous pour le dernier café philosophique de la saison le vendredi 22 juillet. Le sujet choisi par les participants aura pour titre : "Qui dit "jeune" dit-il forcément "con" ?

    Lien permanent Catégories : => Saison 2, Comptes-rendus des débats, [15] "Pensées sectaires : Où s'arrête ma liberté?" Imprimer