Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Saint-Exupéry : Vol de Nuit

237_6.jpgIl aurait pu lutter encore, tenter sa chance: il n'y a pas de fatalité extérieur. Mais il y a une fatalité intérieure: vient une minute où l'on se découvre vulnérable; alors les fautes vous attirent comme un vertige.

C'est à cette minute que luirent sur sa tête, dans une déchirure de la tempête, comme un appât mortel au fond d'une nasse, quelques étoiles. Il jugea bien que c'était un piège: on voit trois étoiles dans un trou, on monte vers elles, ensuite on ne peut plus descendre, on reste là à mordre les étoiles.

Mais sa faim de lumière était telle qu'il monta.

Saint-Exupéry, Vol de Nuit (1931)

Lien permanent Catégories : =>Saison. 13, Documents, Textes et livres, [93] "A quoi bon voyager?" - AME Imprimer 0 commentaire Pin it!

Écrire un commentaire

Optionnel