Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

VERTIGE DE LA PHILO

Il y a bien des points communs entre courses en montagne et vraies réflexions philosophiques : l'air surprend, trop vif ou trop subtil, le paysage se découvre différemment, les perspectives se modifient. Surtout, le vertige guette. A chaque détour du chemin. Mais ce n'est pas un malaise qui paralyse. Plutôt un basculement qui porte à continuer, à insister et progresser. C'est ce que met en lumière, dans un court et remarquable essai, l'écrivain suisse François Gachoud, philosophe et alpiniste...

Souce : Lemonde.fr

LA SUITE ICI...

 

Lien permanent Imprimer 0 commentaire Pin it!

Les commentaires sont fermés.

"La félicité et le bonheur ne sont pas davantage l’œuvre d’une seule journée, ni d’un bref espace de temps” [Aristote]