Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

sextus empiricus

  • SOPHISME ET SCEPTICISME

    "Protagoras prétend que l'homme est la mesure de toutes choses : non pas de toutes choses, comme elles ne sont pas, mais de toutes choses comme elles sont, et par mesure, il entend la règle suivant laquelle on doit juger. Tellement que le sens de ses paroles est, que l'homme est le Critérium, ou la règle de la vérité et de la fausseté de toutes choses, et des choses telles qu'elles sont en elles-mêmes, et non pas des choses autrement quelles sont par elles-mêmes. Ainsi il n'établit pour vraies, que les choses que chacun aperçoit par les sens; et par là il introduit une relation à quelque chose. Cela fait juger qu'il a quelque chose de commun avec les Pyrrhoniens. Il en est néanmoins différent, comme l'on pourra le remarquer, quand nous aurons développé suffisamment sa pensée.

    SE.JPGProtagoras dit que la matière est fluide ; et que, comme elle s'écoule continuellement, il se fait des additions pour remplacer ce qui s'est écoulé, et qu'ainsi les sens changent et  varient, selon les âges et selon les autres constitutions ou tempéraments des corps. Il prétend encore que les raisons de toutes les apparences des sens, sont dans la matière, comme dans leur sujet ; tellement que la matière par elle-même et de sa nature, peut être toutes les choses qui paraissent à un chacun ; mais que de ces choses-là les hommes, suivant la diversité des temps, et la différente disposition de leurs corps, aperçoivent tantôt les unes et tantôt les autres. Il faut raisonner de la même manière à l'égard des différents âges, à l'égard du sommeil et de la veille, et de toute autre sorte de disposition. Par là on voit que, selon Protagoras l'homme est la règle de vérité de toutes les choses qui existent : que selon lui toutes les choses qui paraissent aux hommes, existent aussi ; et que celles qui ne sont aperçues par aucun des hommes, n'existent en aucune manière. Il décide donc dogmatiquement, que la matière est fluide, et que les raisons de toutes les apparences, sont réellement dans la matière: mais ce sont là pour nous des choses incertaines, et sur lesquelles nous croyons devoir suspendre notre jugement."

    Sextus Empiricus, Institutions pyrrhoniennes, chap. XXXII

     
    Lien permanent Catégories : =>Saison 4, Compilation de textes, Documents, Livres, [26] "La vérité est-elle toujours bonne à dire?" Imprimer

"Il faut se méfier des ingénieurs, ça commence par la machine à coudre, ça finit par la bombe atomique." [Marcel Pagnol]