Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

ruwen ogien

  • RUWEN OGIEN, LA MORALE À ZÉRO

    téléchargement.jpgDans la panique morale qui semble gagner le pays sur l’air de «rien ne va plus…», un homme s’astreint à ne pas céder trop vite aux brigades de vertus. "Ce qui est révoltant, ce n’est pas que Cahuzac et d’autres politiques n’aient pas été particulièrement vertueux, dit-il, c’est que leur action publique soit injuste. L’expérience montre qu’il n’y a pas de rapport entre la vertu privée et l’action politique juste." Le ministre de l’Education, Vincent Peillon, souhaite-t-il le retour du catéchisme laïc sur les bancs de l’école ? Ruwen Ogien le tacle aussitôt dans son dernier livre. "Les interventions de l’Etat sont légitimes lorsqu’elles ont pour objectif de promouvoir la justice sociale." Plus les discours en matière de morale semblent inflationnistes, plus ce philosophe provoc cultive le plaisir de les réduire à presque rien. "Cessons d’employer le mot à tort et à travers", dit-il. En ce moment, la tâche semble difficile…

    Recroquevillé dans le canapé de son salon, tel un adolescent qu’il n’est plus depuis fort longtemps mais dont il garde la nonchalante allure et le col rond du pull étudiant, il n’aime guère occuper le devant de la scène. Timidité et amabilité font sincèrement partie de sa personnalité. Or, ses thèses sont aussi radicales qu’il se montre charmant en société. Jamais Ruwen Ogien ne se met en colère, même face à Sylviane Agacinski ou Christine Boutin qui veulent beaucoup interdire. Lui dit oui à tout : prostitution, gestation pour autrui, dépénalisation du cannabis ou du suicide assisté… Est-ce bien raisonnable pour un moraliste ? Il convient que non. "Etant donné que la tradition en philosophie morale est maximaliste, avec son insistance sur les vertus personnelles et les devoirs moraux envers soi-même, c’est toujours dans un certain état de schizophrénie que j’expose mes idées." Il va donc vaillamment à l’encontre de la tradition d’Aristote à Kant, du "y a qu’à…" et du "faut qu’on"...

    LA SUITE ICI...

     
    Lien permanent Catégories : Quelques news en philo mais pas que Imprimer

"L'homme raisonnable est plus libre dans la cité où il vit sous la loi commune que dans la solitude où il n'obéit qu'à lui-même." [Baruch Spinoza]