Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

CAFÉ PHILOSOPHIQUE À L'AGART d'AMILLY : "UN BON ARTISTE EST-IL LE SURHOMME?"

C’est un café philosophique tout à fait exceptionnel qui est proposé le vendredi 29 novembre à 19 heures.

carton-recouvrement-2.jpgPour la première fois en effet, l’animation philosophique de la Chaussée se délocalisera à la Galerie d’art d’Amilly L’AGART.

C’est dans ce lieu que se réuniront les participants du café philo pour un débat intitulé "Un bon artiste est-il le Surhomme ?"

Un tel sujet, volontairement provocateur, interroge d’abord sur la notion d’artiste. À quoi sert-il ? Qu’est-ce qu’un "bon" artiste ? Peut-on l’identifier à un simple artisan sachant utiliser toutes ses techniques pour créer ? Un "bon artiste" ne serait-il finalement qu’un "bon technicien" ? Ou bien est-ce un être à part, une sorte de démiurge dont le génie renverrait à des talents surnaturels ? Dans ce cas un "bon artiste" ne serait-il pas un Surhomme ? Les participants du café philosophique de Montargis auront à s’interroger sur ce terme de "Surhomme". Ce vocable, emprunté à l’œuvre de Nietzsche, "le philosophe au marteau", a suscité des interprétations très souvent erronées et utilisées parfois à mauvais escient. Que recouvre cette notion de Surhomme et en quoi elle peut définir l’artiste ?

Ce sont autant de questions de points qui pourront être débattus au cours de ce café philosophique du 29 novembre à 19 heures, à l’AGART d’Amilly. 

Renseignements également auprès de L’AGART, 35 rue Raymond Tellier, 45200 Amilly
Tél. 07 81 27 36 26 / 02 38 85 79 09 
Mail : contact@galerieagart.com et http://www.galerieagart.com

Lien permanent Catégories : =>Saison 5, [37] "Un bon artiste est-il le Surhomme?" Imprimer 0 commentaire Pin it!

Les commentaires sont fermés.

"Tous les hommes recherchent d’être heureux; cela est sans exception; quelques différents moyens qu’ils y emploient, ils tendent tous à ce but ” [Blaise Pascal]