Montaigne : mon oisiveté (27/04/2020)

Dernièrement je me retirai chez moi, décidé autant que je le pourrais à ne pas me mêler d’autre chose que de passer en repos, en m’isolant, ce peu qui me restait de vie : il me semblait que je ne pouvais faire à mon esprit une plus grande faveur que de le laisser en pleine oisiveté s’entretenir avec lui-même : j’espérais qu’il pouvait désormais le faire plus aisément, devenu avec le temps plus pondéré, plus mûr aussi.

Montaigne, Sur l'oisiveté et autres essais en français moderne (XVIe s.)

| Tags : montaigne | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | |