Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

agacinski

  • SYLVIANE AGACINSKI : "CORPS EN MIETTES" (EXTRAITS)

    organe.jpg"Au-delà d'une compassion qui peut nous tromper, ce qui nous empêche d'interroger réellement l'usage du corps d'autrui est notre attachement à la liberté individuelle : pourquoi faire obstacle à la liberté des femmes et à la volonté des parents ? (Vous l'avez peut-être remarqué : on est parent, de nos jours, avant d'avoir des enfants, par l'effet magique d'une intention). On se réclame d'une vision libérale et individualiste de la liberté, pour poser toujours la même question : « Pourquoi interdire ? », comme s'il s'agissait de permettre à chacun de vivre comme il l'entend, et comme si, d'un autre côté, la dignité d'autrui ne comptait pour rien. En réalité, en attendant des médecins et des tiers les moyens d'avoir des enfants, on a déjà abandonné la perspective libérale pour exprimer une demande d'assistance marquée du sceau de la créance. Quant à la prétendue liberté des femmes qui « souhaitent » louer leur utérus, comme certains osent l'écrire, elle me paraît à peu près aussi précieuse à sauvegarder que celle des jeunes Indiens qui mettent une petite annonce dans le journal pour vendre un de leurs reins. La question n'est donc pas de savoir si l'on doit empêcher des hommes et des femmes de procréer, ce qu'ils ont toujours fait sans rien demander à personne, mais de demander comment, avec le corps de qui, la médecine est censée répondre au désir d'enfant.

    Prenons la peine de déplacer le regard de l'autre côté, du côté de ceux qui sont sollicités pour donner ou vendre des parcelles de leur corps ou de leur vie. Du côté de l'enfant aussi, cet enfant sans prix, mais dont le tarif s'affiche ouvertement sur les dépliants et les sites Internet des cliniques californiennes, et qui devra assumer d'être né de parents en miettes, mère partielle d'un côté et "paillettes congelées" de l'autre."

    Sylviane Agacinski, Corps en Miettes (2009)

     
    Lien permanent Catégories : =>Saison 4, Compilation de textes, Documents, Livres, [31] "Puis-je faire ce que je veux de mon corps?" Imprimer

"Il faut se méfier des ingénieurs, ça commence par la machine à coudre, ça finit par la bombe atomique." [Marcel Pagnol]