Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Peintures/Photos/BD

  • Ferry : Prométhée

    Le philosophe Luc Ferry est aux manettes pour une passionnante collection sur la mythologie en bande dessinée. Voilà une excellente idée, qui vient confirmer l’engouement pour un genre inépuisable. Qui osera dire que les histoires de Zeus, Athéna ou les les Furies font partie des contes à dormir debout ? En réalité, elles ont beaucoup à nous dire.

    Prenez Prométhée, ce géant enchaîné au sommet du Caucase, condamné pour l’éternité à voir son foie dévoré par un aigle le jour, avant de repousser la nuit. Son crime ? Avoir offert aux hommes le feu et la technique, au risque de faire de cette race l’égale des dieux.

    Avec un solide sens de la narration, et un grand soin dans le dessin, Luc Ferry, Clotilde Bruneau et Giuseppe Baiguera offrent une lecture moderne, rythmée et séduisante du cycle prométhéen. Assez naturellement, les auteurs n'ont n’a pas oublié d’y insérer le mythe de la boîte de Pandore, mettant du même coup en avant le frère de Prométhée, Épiméthée. "Anti-Prométhée" et personnage que les auteurs nous dépeignent en frère naïf, besogneux mais passionné, Épiméthée devient l’un des personnages phares du mythe : celui qui a en charge le peuplement de la terre et qui réussit tellement bien son coup qu'il met son frère au pied du mur en accaparant tous les attributs du règne animal. Il va être également à l’origine des calamités terrestres.

    L’exploit de cette BD est d’avoir rendu au mythe toute sa clarté et d’en faire un ouvrage à la fois accessible et séduisant. Une jolie promesse pour la suite de cette collection.

    Luc Ferry, Clotilde Bruneau et Giuseppe Baiguera, Prométhée et la Boîte de Pandore,
    éd. Glénat, 2016, 56 p.

    Lien permanent Catégories : Documents, Peintures/Photos/BD, Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • « Ta bouche dit : "Déterminisme" mais tes yeux disent : "libre-arbitre" »

    Lien permanent Catégories : =>Saison 8, Documents, Peintures/Photos/BD, [63] "Suis-je l'auteur de ma propre vie?" Imprimer
  • Ivan Argote : "Retouch"

    Lien permanent Catégories : =>Saison 8, Documents, Peintures/Photos/BD, Philo-galerie, Vidéos/cinéma/TV, [61] "Qu'est-ce qu'une œuvre d'art?" Imprimer
  • Marianne Mispelaëre : "Mesurer les actes"

    marianne mispelaëre - Mesurer les actes from Mispelaëre on Vimeo

    Lien permanent Catégories : =>Saison 8, Documents, Peintures/Photos/BD, Vidéos/cinéma/TV, [61] "Qu'est-ce qu'une œuvre d'art?" Imprimer
  • Kandinsky : Du spirituel dans l'art

    "D’une manière tout à fait générale, la chaleur ou la froideur d’une couleur est une tendance au jaune ou au bleu. C’est là une distinction qui s’opère pour ainsi dire sur le même plan, la couleur conservant sa résonance de base, mais cette résonance de base devient de son côté plus matérielle, ou plus immatérielle. C’est un mouvement horizontal, le chaud sur ce plan horizontal allant vers le spectateur, tendant vers lui, alors que le froid s’en éloigne... Si l’on fait deux cercles identiques et que l’on peint l’un en jaune et l’autre en bleu, on s’aperçoit, après une brève concentration sur ces cercles, que le jaune irradie, prend un mouvement excentrique et se rapproche presque visiblement de l’observateur. Le bleu, en revanche, développe un mouvement concentrique (comme un escargot qui se recroqueville dans sa coquille) et s’éloigne de l’homme. L’œil est comme transpercé par l’effet du premier cercle, alors qu’il semble s’enfoncer dans le second... Si l’on essaie de rendre le jaune (cette couleur typiquement chaude) plus froid, il prend un ton verdâtre et perd immédiatement ses deux mouvements (horizontal et excentrique). Il prend ainsi un caractère quelque peu maladif et surnaturel, comme un homme plein d’énergie et d’ambition qui se trouve empêché par des circonstances extérieures d’exercer cette énergie et cette ambition. Le bleu, mouvement tout à fait opposé, freine le jaune, si bien qu’en continuant à ajouter du bleu, les deux mouvements contradictoires s’annihilent, produisant l’immobilité totale et le calme. Le vert apparaît... Cette propriété du jaune, qui a une nette tendance vers les tons plus clairs, peut être amenée à une force et à un niveau insoutenables pour l’œil et l’esprit humains. A ce niveau, il sonne comme une trompette, jouée dans les aigus et de plus en plus fort, ou comme le son éclatant d’une fanfare."

    Vassily Kandinsky, Du spirituel dans l’art (1911)

    Lien permanent Catégories : =>Saison 8, Compilation de textes, Documents, Livres, Peintures/Photos/BD, [61] "Qu'est-ce qu'une œuvre d'art?" Imprimer
  • Andy Warhol : "Sleep"

    Andy Warhol Sleep 1963 from screen_tests on Vimeo.

    Lien permanent Catégories : =>Saison 8, Documents, Peintures/Photos/BD, Vidéos/cinéma/TV, [61] "Qu'est-ce qu'une œuvre d'art?" Imprimer