Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Quelques news en philo mais pas que - Page 3

  • Sans commentaire

    Atala_au_tombeau,1808,Girodet_de_Roussy_-Trioson,_Louvre..JPG

    Lien permanent Catégories : Documents, Peintures/Photos/BD, Quartier de La Chaussée / Montargis et sa région, Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • Montargis sinistrée

    InstagramCapture_a8b77385-23fd-49bd-9597-e3876f6fb183.jpgMontargis s’est réveillée les pieds dans l’eau après des jours d’averses. Rien de finalement étonnant pour une ville traversée par le Loing, le Puiseaux, le Vernisson et plusieurs canaux dont celui de Briare.

    Une centaine de ponts émaillent la ville d’eau qui s’est trouvée un surnom touristique : "La Venise du Gâtinais". Une Venise toutefois sans vaporetti, ni gondoles, et encore moins de gondoliers. Des bateaux, Montargis en aurait pourtant eu besoin ce 1er juin : le centre-ville de la sous-préfecture du Loiret était traversé par des crues inédites, surtout en cette partie de l’année. La zone de l’hypercentre autour de la mairie, comprenant la rue Gambetta, l’église Sainte-Madeleine et la rue Dorée, la rue commerçante de la ville se sont retrouvés sous l’eau. La veille, Montargis comme d’ailleurs le reste du département du Loiret, était placé en vigilance rouge, entraînant la fermeture de nombreux établissement accueillant du public (écoles, médiathèques, cinémas, etc.).

    Les averses s’étaient calmées ce mercredi 1er juin, mais pas la désolation ni l’inquiétude pour les prochains jours puisque la pluie semble n’avoir offert qu’un bref répit. À Montargis, le Loing, cours d’eau d’ordinaire paisible, était devenu un véritable fleuve bouillonnant, charriant branches, déchets et résidus d’hydrocarbures. Les canaux débordaient de tout côté et l’eau s’immisçait jusque dans les habitations. L’électricité est toujours coupée en plein centre-ville au moment où je poste ce billet et de nombreux magasins et entreprises vont gravement souffrir – et pendant longtemps – de cette catastrophe majeure. Des questions demeurent : combien de temps va-t-elle durer et tout a-t-il été fait pour en atténuer les effets ?

    "Sous l'eau", Bla Bla Blog

     

    Lien permanent Catégories : Quartier de La Chaussée / Montargis et sa région, Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • L'ennui représente-t-il un danger ?

    untitled-article-1444730768-body-image-1444731244.jpgLe 16 août, trois ados américains tuaient un joggeur dans l’Oklahoma pour “tromper leur ennui”. Un fait divers inquiétant qui peut poser la question du danger de cet état d’âme, pourtant si familier.
    Le 20 août, trois adolescents américains étaient inculpés pour le meurtre d’un sportif originaire d’Australie, abattu par arme à feu alors qu’il faisait son footing dans la petite ville de Duncan (Oklahoma). Le fait divers, sinon banal du moins lointain, aurait pu ne jamais traverser les frontières américaines. C’était sans compter le motif du meurtre: aux policiers qui les ont interrogés à ce sujet, les ados ont affirmé avoir tué “par ennui”. Le 21 août, le mot “ennui” s’étalait dans toute la presse internationale, sans plus d’explications.

    Serait-il possible, comme ces ados l’affirment, de tuer par ennui ? Le meurtre ne serait-il, alors, qu’un divertissement, un moyen comme un autre de mettre un peu de piment dans un morne quotidien ?

    LA SUITE ICI...

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 7, Cours, études et pédagogie, Documents, Quelques news en philo mais pas que, [57] "L'ennui : vice ou vertu?" Imprimer
  • Un cas de placardisation jugé

    Fotolia_59218077_S.jpgUn cas d’épuisement professionnel par "placardisation", désigné par "bore out" dans sa nouvelle terminologie, sera examiné lundi par le conseil de prud’hommes de Paris.

    Au coeur de l’affaire, un homme, Frédéric Desnard, 44 ans, licencié fin septembre 2014, après un arrêt maladie de sept mois, par l’entreprise de luxe française Interparfums, spécialisée dans la licence de parfums prestigieux, où il a travaillé pendant huit ans.

    M. Desnard a décrit à l’AFP sa «mise au placard» comme une «descente aux enfers insidieuse, un cauchemar», à l’origine, selon lui, de ses «graves problèmes de santé: épilepsie, ulcère, troubles du sommeil, grave dépression".

    Cette "placardisation" est survenue, selon lui, à la «suite à la perte d’un gros contrat pour l’entreprise et d’une restructuration à venir".

    Responsable des services généraux où il s’occupait à la fois des tâches logistiques et administratives, il explique avoir été brusquement ostracisé, perdant toutes ses attributions, n’ayant "plus aucune tâche» à exécuter, ses «amis» devenant «ses ennemis», «chacun ne pensant plus qu’à sauver son poste".

    "J’ai déprimé, j’avais honte d’être payé à ne rien faire. Je suis épileptique et j’ai eu un accident de voiture dû à cette épilepsie, puis une grave dépression. Le plus terrible, c’est la négation de cette souffrance", ajoute-t-il...

    LA SUITE ICI...

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 7, Documents, Quelques news en philo mais pas que, [57] "L'ennui : vice ou vertu?" Imprimer
  • Rire malgré tout ?

    rire.PNG

    Lien permanent Catégories : =>Saison 7, Documents, Peintures/Photos/BD, Quelques news en philo mais pas que, [56] "Peut-on rire de tout?" Imprimer
  • Lorsque le président suisse fait rire sur un sujet grave

    L'allocution du président de la Confédération suisse risque bien d'entrer dans les annales, mais pas pour les bonnes raisons. A l'occasion de la journée des malades, dont le thème cette année était le rire, Johann Schneider-Ammann a donné un discours retransmis à la télévision, dimanche 6 mars. Alors que l'allocution devait louer les bienfaits du rire sur la santé, c'est plutôt le stoïcisme et l'austérité du président qui ont offert aux internautes une bonne partie de rire.

    LA SUITE ICI...

     

    Lien permanent Catégories : =>Saison 7, Documents, Quelques news en philo mais pas que, Vidéos/cinéma/TV, [56] "Peut-on rire de tout?" Imprimer
  • Hommage a Umberto Eco : critique de "L'Œuvre ouverte"

    Alors que nous apprenons le décès d'Umberto Eco, voici une critique de l'Oeuvre ouverte, un essai capital de l'intellectuel et écrivain italien.

    360_eco_1210 (1).jpgUmberto Eco, avant d'être un romancier à succès (auteur de romans ambitieux comme Le Nom de la Rose ou Le Pendule de Foucault), s'est fait connaître grâce à des études pointues sur le langage, l'information, le signe et la communication.

    Dans l'Oeuvre ouverte, étude austère et aride pour certains passages (notamment sur la différence entre information et communication), l'auteur italien passionne dans sa vision de l'ouverture des œuvres d'art (modernes et contemporaines). Il est surtout convaincant dans son approche des romans de James Joyce : il parvient à montrer pourquoi les livres Ulysse et Finnegans Wake ont révolutionné la littérature en même temps qu'ils se situent dans la droite ligne de la culture occidentale. Il nous fait découvrir en quoi s. Thomas d'Aquin peut être considéré comme une référence capitale dans l'oeuvre de Joyce. Un essai lumineux !

    Extrait :

    Faut-il enfin rappeler que l'œuvre de James Joyce fournit l'exemple limite d'une création "ouverte", entendue précisément comme image de la condition existentielle et ontologique du monde contemporain ? Dans Ulysse, un chapitre comme celui des Wandering Rocks constitue un petit univers que l'on peut regarder sous divers angles, qui échappe totalement aux lois d'une poétique aristotélicienne et par conséquent au déroulement irréversible du temps dans un espace homogène. Comme l'a écrit Edmund Wilson 6, "la force (d' Ulysse), au lieu de suivre une direction déterminée, se répand dans toutes les dimensions (y compris celle. du temps) autour d'un même point. Le monde d' Ulysse est animé d'une vie complexe et inépuisable. On le découvre comme une ville où l'on revient souvent pour retrouver des visages, comprendre des caractères, établir des relations et des courants d'intérêt. Joyce a déployé une grande habileté technique pour nous présenter les éléments de cette histoire dans un ordre tel qu'il nous permette de nous y retrouver par nous-mêmes. Je doute. qu'une mémoire humaine puisse, après une première lecture, satisfaire à toutes les exigences d'Ulysse. Et lorsqu'on le relit, on peut prendre le récit n'importe où comme si l'on se trouvait devant quelque chose d'aussi cohérent qu'une ville réelle dans laquelle on pourrait pénétrer de toute part. Joyce lui-même affirme avoir travaillé simultanément aux différentes parties de son livre."
    Avec Finnegans Wake, nous nous trouvons devant un véritable univers einsteinien recourbé sur lui-même (le dernier mot du livre s'identifie avec le premier), univers donc achevé, et en.même temps illimité. Chaque événement, chaque mot peut être, mis en relation avec tous les autres, et l'interprétation sémantique d'un terme rejaillit sur l'ensemble. Cela ne veut pas dire que l'œuvre soit privée de sens : si Joyce y introduit des clefs, c'est précisément parce qu'il souhaite la voir lue dans un certain sens. Mais ce « sens » a la richesse de l'univers et l'auteur prétend qu'il implique la totalité de l'espace et du temps — de tous les espaces et de tous les temps possibles. L'élément fondamental de cette ambiguïté intégrale est le pun : le calembour ; deux, trois, dix racines différentes s'enchevêtrent pour faire d'un seul mot un nœud de significations dont chacune peut déboucher sur, ou se rattacher à, d'autres centres d'allusions, eux-mêmes ouverts à de nouvelles constellations, à de nouvelles interprétations.

    Umberto Eco, L'Oeuvre ouverte, éd. Seuil, Point, Essais, 314 p.

    Lien permanent Catégories : Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • Coup de projecteur sur le café-rencontre Ivan Calbérac

    media.jpgLe Cercle Littéraire Curtinien (Michelle Georgel) et l'association Art et Culture Montargis (Isabelle Couty, Dominique Necker et Pascal Weber) ont l'honneur de recevoir le réalisateur, scénariste, acteur et producteur Ivan Calbérac pour un café-rencontre au Belman, à Montargis, le vendredi 19 février, à 18h.

    Films réalisés :

    - Irène (2003) : Prix du festival de la Ciotat, Prix du Jury à Cabourg et nominé aux Césars du premier film
    - On va s'aimer (2006)
    - Une semaine sur deux (2009)
    - L'Etudiante et Monsieur Henri (2015)

    Il est également scénariste et réalisateur pour la télévision et auteur de la pièce de théâtre L'Etudiante et Monsieur Henri.

    Au programme de cet événement :

    - 17h30 : séance de dédicaces pour son 1er roman Venise n'est pas en Italie
    - 18h : présentation d'Ivan Calbérac, suivie d'un entretien sur l'ensemble de sa carrière
    - 19h : 2ème séance de dédicaces

    Entrée gratuite.

    Lien permanent Catégories : Quartier de La Chaussée / Montargis et sa région, Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • Michel Onfray dans une vidéo de Daesh : la réaction du philosophe

    Dans une vidéo de Daesh, des extraits d'interviews du philosophe sont utilisés où il condamne la politique étrangère française. Il s'est expliqué sur Itélé.

    "Nous devrions, nous la France, cesser de bombarder les populations musulmanes sur la totalité de la planète", avait déclaré Michel Onfray sur LCI, une phrase reprise en boucle par Daesh.

    C'est la cinquième vidéo de revendication des attentats de Paris, publiée par l'État islamique. Particularité de celle-ci : elle contient notamment des extraits de plusieurs interviews du philosophe Michel Onfray. Au début de la vidéo, on voit François Hollande, lors d'une allocution où il évoque des "vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie". Puis très vite apparaît Michel Onfray, interviewé sur RMC et BFM TV.

    Plusieurs passages sont repris, et sous-titrés, par l'État islamique. À la fin de la vidéo de propagande apparaît un autre court extrait d'une interview de Michel Onfray datant du début du mois de septembre. Le philosophe est alors sur LCI interrogé par Audrey Crespo-Mara, un entretien également publié sur Le Point.fr. Il déclare : "Nous devrions, nous la France, cesser de bombarder les populations musulmanes sur la totalité de la planète." La vidéo de l'EI s'achève avec cette dernière phrase, répétée en boucle...

    LA SUITE ICI...

     

    Lien permanent Catégories : Attentats du 13 novembre, Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • Spinoza : "la fin de l’État est en réalité la liberté"

    Suite aux attentats de Paris du 13 novembre, avec les explosions autour du Stade de France, les mitraillages dans les rues de Paris et l'attaque contre le Bataclan, il nous paraissait que ce texte de Spinoza donnait un éclairage philosophique aux événements que nous vivons.

    2048x1536-fit_place-republique-paris-16-novembre-2015.jpg"Ce n’est pas pour tenir l’homme par la crainte et faire qu’il appartienne à un autre, que l’Etat est institué; au contraire, c’est pour libérer l’individu de la crainte, pour qu’il vive autant que possible en sécurité, c’est-à-dire conserve aussi bien qu’il se pourra, sans dommage pour autrui, son droit naturel d’exister et d’agir. Non, je le répète, la fin de l’Etat n’est pas de faire passer les hommes de la condition d’êtres raisonnables à celles de brutes ou d’automates, mais au contraire, il est institué pour que leur âme et leur corps s’acquittent en sûreté de toutes leurs fonctions, pour qu’eux-mêmes usent d’une raison libre, pour qu’ils ne luttent point de haine, de colère ou de ruse, pour qu’ils se supportent sans malveillance les uns les autres. La fin de l’Etat est donc en réalité la liberté."

    Baruch Spinoza, Traité Théologico-politique (1670)

     

     

    Lien permanent Catégories : Attentats du 13 novembre, Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • Voltaire : contre le fanatisme

    250px-Dubois-massacre-détail.jpg"Le fanatisme est à la superstition ce que le transport est à la fièvre, ce que la rage est à la colère. Celui qui a des extases, des visions, qui prend des songes pour des réalités, et ses imaginations pour des prophéties, est un fanatique novice qui donne de grandes espérances; il pourra bientôt tuer pour l'amour de Dieu.

    Barthélemy Diaz fut un fanatique profès. Il avait à Nuremberg un frère, Jean Diaz, qui n'était encore qu'enthousiaste luthérien, vivement convaincu que le pape est l'antéchrist, ayant le signe de la bête. Barthélemy, encore plus vivement persuadé que le pape est Dieu en terre, part de Rome pour aller convertir ou tuer son frère: il l'assassine; voilà du parfait: et nous avons ailleurs rendu justice à ce Diaz.

    Polyeucte, qui va au temple, dans un jour de solennité, renverser et casser les statues et les ornements, est un fanatique moins horrible que Diaz, mais non moins sot. Les assassins du duc François de Guise, de Guillaume prince d'Orange, du roi Henri III, du roi Henri IV, et de tant d'autres, étaient des énergumènes malades de la même rage que Diaz.

    Le plus grand exemple de fanatisme est celui des bourgeois de Paris qui coururent assassiner, égorger, jeter par les fenêtres, mettre en pièces, la nuit de la Saint-Barthélemy, leurs concitoyens qui n'allaient point à la messe. Guyon, Patouillet, Chaudon, Nonotte, l'ex-jésuite Paulian, ne sont que des fanatiques du coin de la rue, des misérables à qui on ne prend pas garde: mais un jour de Saint-Barthélemy ils feraient de grandes choses.

    Il y a des fanatiques de sang-froid: ce sont les juges qui condamnent à la mort ceux qui n'ont d'autre crime que de ne pas penser comme eux; et ces juges-là sont d'autant plus coupables, d'autant plus dignes de l'exécration du genre humain, que, n'étant pas dans un accès de fureur comme les Clément, les Chastel, les Ravaillac, les Damiens, il semble qu'ils pourraient écouter la raison.

    Il n'est d'autre remède à cette maladie épidémique que l'esprit philosophique, qui, répandu de proche en proche, adoucit enfin les mœurs des hommes, et qui prévient les accès du mal; car dés que ce mal fait des progrès, il faut fuir et attendre que l'air soit purifié. Les lois et la religion ne suffisent, pas contre la peste des âmes; la religion, loin d'être pour elles un aliment salutaire, se tourne en poison dans les cerveaux infectés. Ces misérables ont sans cesse présent à l'esprit l'exemple d'Aod qui assassine le roi Églon; de Judith qui coupe la tête d'Holopherne en couchant avec lui; de Samuel qui hache en morceaux le roi Agag; du prêtre Joad qui assassine sa reine à la porte aux chevaux, etc., etc., etc. Ils ne voient pas que ces exemples, qui sont respectables dans l'antiquité, sont abominables dans le temps présent: ils puisent leurs fureurs dans la religion même qui les condamne.

    Les lois sont encore très impuissantes contre ces accès de rage: c'est comme si vous lisiez un arrêt du conseil à un frénétique. Ces gens-là sont persuadés que l'esprit saint qui les pénètre est au-dessus des lois, que leur enthousiasme est la seule loi qu'ils doivent entendre.

    Que répondre à un homme qui vous dit qu'il aime mieux obéir à Dieu qu'aux hommes, et qui en conséquence est sûr de mériter le ciel en vous égorgeant?

    Lorsqu'une fois le fanatisme a gangrené un cerveau, la maladie est presque incurable. J'ai vu des convulsionnaires qui, en parlant des miracles de saint Pâris, s'échauffaient par degrés parmi eux: leurs yeux s'enflammaient, tout leur corps tremblait, la fureur défigurait leur visage, et ils auraient tué quiconque les eût contredits.

    Oui, je les ai vus ces convulsionnaires, je les ai vus tendre leurs membres et écumer. Ils criaient: "Il faut du sang". Ils sont parvenus à faire assassiner leur roi par un laquais, et ils ont fini par ne crier que contre les philosophes.
    Ce sont presque toujours les fripons qui conduisent les fanatiques, et qui mettent le poignard entre leurs mains; ils ressemblent à ce Vieux de la montagne qui faisait, dit-on, goûter les joies du paradis à des imbéciles, et qui leur promettait une éternité de ces plaisirs dont il leur avait donné un avant-goût, à condition qu'ils iraient assassiner tous ceux qu'il leur nommerait. Il n'y a eu qu'une seule religion dans le monde qui n'ait pas été souillée par le fanatisme, c'est celle des lettrés de la Chine. Les sectes des philosophes étaient non seulement exemptes de cette peste, mais elles en étaient le remède; car l'effet de la philosophie est de rendre l'âme tranquille, et le fanatisme est incompatible avec la tranquillité. Si notre sainte religion a été si souvent corrompue par cette fureur infernale, c'est à la folie des hommes qu'il faut s'en prendre."

    Voltaire, "Fanatisme", Dictionnaire philosophique portatif (1764)

     

    Lien permanent Catégories : Attentats du 13 novembre, Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • Apres les événements du week-end

    marianne.jpg

    Au café philosophique de Montargis, nous pensons aux plusieurs centaines de victimes qui ont eu lieu à Paris ce week-end.

    Ces actes commis par des "fous de Dieu" sont destinés autant à instiller dans notre pays la peur qu'à mettre à mal le modèle de nos sociétés, basé sur la raison, la liberté, la laïcité, la solidarité entre personnes de toutes origines mais aussi la culture, la vie et la jeunesse (car ce sont des jeunes qui ont été les premières victimes de ces actes odieux). 

    Et ne nous trompons pas de cible : "Ce n'est pas le monothéisme qui favorise l'intolérance, mais la volonté de l'imposer comme foi universelle" (Gérard Haddad). 

     

    Lien permanent Catégories : Attentats du 13 novembre, Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • Mort d'André Glucksmann

    825065-portrait-culture.jpgLe philosophe André Glucksmann est mort dans la nuit de lundi à mardi, à l’âge de 78 ans. Ancien assistant de Raymond Aron à la Sorbonne, proche de Jean-Paul Sartre, André Glucksmann faisait partie, avec Bernard-Henri Lévy, du mouvement des «nouveaux philosophes». Militant de la démocratie et des droits de l'homme, il avait plaidé pour les «boat people» face à Valery Giscard d'Estaing, et, plus récemment, avait pris position pour un meilleur traitement des Roms en France. Il a toujours pris fait et cause contre toutes les formes de totalitarisme. Il a soutenu notamment l’intervention contre la Serbie au moment de la guerre du Kosovo en 1999.

    Philosophe antitotalitaire après avoir été proche des «maos» français, André Glucksmann, né le 19 juin 1937, avait rompu spectaculairement avec le marxisme en 1975 en publiant La cuisinière et le mangeur d’homme. Il avait, en 2007, soutenu Nicolas Sarkozy, avant de se raviser et de faire son autocritique. Ancien militant maoïste, puis défenseur des dissidents d’Europe de l’Est et du peuple tchétchène, il avait alors été rangé parmi les néoconservateurs français...

    LA SUITE ICI...

     

    Lien permanent Catégories : Quelques news en philo mais pas que Imprimer
  • Décès de René Girard

    Nous publions hier sur ce site un texte de René Girard au sujet de la vengeance. Par un étrange et triste hasard, nous apprenons aujourd'hui le décès de ce philosophe internationalement reconnu.

    Le journal Libération revient sur la carrière de l'académicien. 

    Le philosophe et académicien français René Girard est décédé mercredi à l'âge de 91 ans aux Etats-Unis.

    L’académicien René Girard est mort
    Il était surnommé «le nouveau Darwin des sciences humaines». Le philosophe et académicien français René Girard est décédé mercredi à l’âge de 91 ans aux Etats-Unis, a annoncé l’université de Stanford où il a longtemps enseigné.

    "Le renommé professeur français de Stanford, l’un des 40 immortels de la prestigieuse Académie française, est décédé à son domicile de Stanford mercredi des suites d’une longue maladie», a indiqué l’université californienne dans un communiqué...

    La suite ici...

    Lien permanent Catégories : Quelques news en philo mais pas que Imprimer