Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Lévi-Strauss : L’ethnocentrisme, une attitude ancienne

L'Antiquité confondait-elle tout ce qui ne participait pas de la culture grecque (puis gréco-romaine) sous le même nom de barbare ; la civilisation occidentale a ensuite utilisé le terme de sauvage dans le même sens.

On sait, en effet, que la notion d’humanité, englobant, sans distinction de race ou de civilisation, toutes les formes de l’espèce humaine, est d’apparition fort tardive et d’expansion limitée. Là même où elle semble avoir atteint son plus haut développement, il n’est nullement certain (...) qu’elle soit établie à l’abri des équivoques ou des régressions. Mais, pour de vastes fractions de l’espèce humaine, et pendant des dizaines de millénaires, cette notion paraît être totalement absente. L'humanité cesse aux frontières de la tribu, du groupe linguistique, parfois même du village ; à tel point qu'un grand nombre de populations dites primitives se désignent elles-mêmes d'un nom qui signifie les "hommes" (...), impliquant ainsi que les autres tribus, groupes ou villages ne participent pas des vertus ou même de la nature humaine.

Claude Lévi-Strauss, Race et Histoire (1952)

Lien permanent Catégories : =>Saison. 10, Compilation de textes, Documents, Livres, [81] "Se mettre à la place des autres?" Imprimer 0 commentaire Pin it!

Les commentaires sont fermés.