Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Verne : Le tour du monde en 80 jours

Passepartout se montra.
« C'est la deuxième fois que je vous appelle, dit Mr. Fogg.
— Mais il n'est pas minuit, répondit Passepartout, sa montre à la main.
— Je le sais, reprit Phileas Fogg, et je ne vous fais pas de reproche. Nous partons dans dix minutes pour Douvres et Calais. »

Une sorte de grimace s'ébaucha sur la ronde face du Français. Il était évident qu'il avait mal entendu.

« Monsieur se déplace ? Demanda-t-il.
— Oui, répondit Phileas Fogg. Nous allons faire le tour du monde. »
Passepartout, l'œil démesurément ouvert, la paupière et le sourcil surélevés, les bras détendus, le corps affaissé, présentait alors tous les symptômes de l'étonnement poussé jusqu'à la stupeur.
« Le tour du monde ! murmura-t-il.
— En quatre-vingts jours, répondit Mr. Fogg. Ainsi, nous n'avons pas un instant à perdre.
— Mais les malles ?… dit Passepartout, qui balançait inconsciemment sa tête de droite et de gauche.
— Pas de malles. Un sac de nuit seulement. Dedans, deux chemises de laine, trois paires de bas. Autant pour vous. Nous achèterons en route. Vous descendrez mon makintosch et ma couverture de voyage. Ayez de bonnes chaussures. D'ailleurs, nous marcherons peu ou pas. Allez. »

Jules Verne, Le Tour du monde en quatre-vingts jours (1872)

Lien permanent Catégories : =>Saison. 10, Compilation de textes, Documents, Livres, [75] "Va-t-on trop vite?" Imprimer 0 commentaire Pin it!

Les commentaires sont fermés.