Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sartre : La "passion" du racisme et de l'antisémitisme

"J’ai noté tout à l’heure que l’antisémitisme se présente comme une passion. Tout le monde a compris qu’il s’agit d’une affection de haine ou de colère. Mais, à l’ordinaire, la haine et la colère sont sollicitées : je hais celui qui m’a fait souffrir, celui qui me nargue ou qui m’insulte. Nous venons de voir que la passion antisémite ne saurait avoir un tel caractère : elle devance les faits qui devraient la faire naître, elle va les chercher pour s’en alimenter, elle doit même les interpréter à sa manière pour qu’ils deviennent vraiment offensants. Et pourtant, si vous parlez du Juif à l’antisémite, il donne tous les signes d’une vive irritation. Si nous nous rappelons par ailleurs que nous devons toujours consentir à une colère pour qu’elle puisse se manifester, et que, suivant l’expression si juste, on se met en colère, nous devrons convenir que l’antisémite a choisi de vivre sur le mode passionné. Il n’est pas rare que l’on opte pour une vie passionnelle plutôt que pour une vie raisonnable. Mais c’est qu’à l’ordinaire on aime les objets de la passion : les femmes, la gloire, le pouvoir, l’argent. Puisque l’antisémite a choisi la haine, nous sommes obligés de conclure que c’est l’état passionné qu’il aime. À l’ordinaire, ce genre d’affection ne plaît guère : celui qui désire passionnément une femme est passionné à cause de la femme et malgré la passion : on se défie des raisonnements passionnels, qui visent à démontrer par tous les moyens des opinions qu'a dictées l’amour ou la jalousie ou la haine ; on se défie des égarements passionnels et de ce qu’on a nommé le monoïdéisme. C’est là, au contraire, ce que l’antisémite choisit d’abord. Mais comment peut-on choisir de raisonner faux ? C’est qu’on a la nostalgie de l’imperméabilité. L’homme sensé cherche en gémissant, il sait que ses raisonnements ne sont que probables, que d’autres considérations viendront les révoquer en doute ; il ne sait jamais très bien où il va ; il est « ouvert », il peut passer pour hésitant. Mais il y a des gens qui sont attirés par la permanence de la pierre. Ils veulent être massifs et impénétrables, ils ne veulent pas changer : où donc le changement les mènerait-il ? Il s’agit d’une peur de soi originelle et d’une peur de la vérité. Et ce qui les effraie, ce n’est pas le contenu de la vérité, qu’ils ne soupçonnent même pas, mais la forme même du vrai, cet objet d’indéfinie approximation. C’est comme si leur propre existence était perpétuellement en sursis. Mais ils veulent exister tout à la fois et tout de suite. Ils ne veulent point d’opinions acquises, ils les souhaitent innées ; comme ils ont peur du raisonnement, ils veulent adopter un mode de vie où le raisonnement et la recherche n’aient qu’un rôle subordonné, où l’on ne cherche jamais que ce qu’on a déjà trouvé, où l’on ne devient jamais que ce que déjà, on était. Il n’en est pas d’autre que la passion. Seule une forte prévention sentimentale peut donner une certitude fulgurante, seule elle peut tenir le raisonnement en lisière, seule elle peut rester imperméable à l’expérience et subsister durant toute une vie. L’antisémite a choisi la haine parce que la haine est une foi ; il a choisi originellement de dévaloriser les mots et les raisons. Comme il se sent à l’aise, à présent ; comme elles lui paraissent futiles et légères les discussions sur les droits du Juif : il s’est situé d’emblée sur un autre terrain."

Jean-Paul Sartre, Réflexions sur la question juive (1946)

Lien permanent Catégories : =>Saison 9, Compilation de textes, Documents, Livres, [70] Tout doit-il être fait par passion? Imprimer 0 commentaire Pin it!

Les commentaires sont fermés.