Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Gustave Thibon : Poésie et Vérité

"L’empire des philosophes sur la pensée est absolu. Leur méthode, la dialectique, règne sans partage, depuis que l’« hégélerie », comme l’appelait Schopenhauer, l’a élevée au rang de parole essentielle. Il n’y aurait rien au-dessus de ces trois mouvements, thèse, antithèse, synthèse. Et au terme de ce ballet, assurent les experts, la vérité surgirait, infailliblement; il suffirait de la fixer sur une pancarte ou de la dérouler dans un almanach. L’histoire de la pensée abonde en vérités de cette sorte. Mais l’âme n’y reconnaît pas les hymnes de sa patrie, de sa demeure. La philosophie, en bannissant l’allégorie, la métaphore et le symbole de ses terres, en interdisant le chant et la poésie, n’engendre que des vérités muettes. Les raisonneurs de profession sont même persuadés qu’une pensée dense s’exprime nécessairement dans un style pesant. L’opacité de la langue attesterait la profondeur des vues, la sécheresse de la démonstration garantirait le sérieux du propos. J’ouvre un livre de philosophie au hasard : « Ce qui transforme, par la naissance, l’organisme en une personne au plein sens du terme, c’est l’acte socialement individuant à travers lequel la personne est admise dans le contexte public d’interaction d’un monde vécu intersubjectivement partagé. » La phrase est de Jürgen Habermas. Elle pourrait être de n’importe qui. Elle n’a pas de visage, de souffle, d’altitude, d’éclat. Rien qu’un air sévère… greffé sur le vide."

Gustave Thibon

 

Lien permanent Catégories : =>Saison 9, Compilation de textes, Documents, Livres, [69] "La vérité finit-elle toujours par triompher? Imprimer 0 commentaire Pin it!

Les commentaires sont fermés.