Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Diogène Laërce : Les sceptiques

diogene.jpg"Pyrrhon eut encore pour disciples Hécatée d’Abdère, Timon de Phlionte, auteur des Silles, dont je parlerai, et Nausiphane de Téos, dont une autre tradition fait le disciple d’Épicure. Tous ces philosophes furent appelés Pyrrhoniens du nom de leur maître, et aussi les ignorants, les Sceptiques, les douteurs, les chercheurs, d’après leurs idées philosophiques : chercheurs, parce qu’ils cherchaient partout la vérité ; Sceptiques, parce qu’ils observaient tout, sans jamais rien trouver de sûr ; douteurs, parce que le résultat de leurs recherches était le doute ; ignorants, parce que selon eux, les dogmatiques eux-mêmes sont ignorants (et pyrrhoniens du nom de Pyrrhon).

Théodose (Sceptique) refuse à l’école sceptique le nom de pyrrhonienne, en disant que si le mouvement de la pensée d’autrui nous est insaisissable, nous ne pourrons pas connaître quelle était la pensée de Pyrrhon. Par conséquent, nous ne pouvons pas nous appeler Pyrrhoniens. Par surcroît, ce n’est pas Pyrrhon qui a trouvé l’attitude sceptique, et il n’a donné aucun dogme. On pourrait appeler aussi bien Pyrrhonien tout homme qui a vécu comme Pyrrhon[5].

Une tradition fait d’Homère le fondateur de cette secte, parce que des mêmes choses il a parlé diversement et parce qu’il ne porte sur rien un jugement catégorique. On dit encore que les sept sages étaient des Sceptiques, parce qu’ils ont dit par exemple : « Rien de trop » ou « Qui se porte garant se prépare du malheur », ce qui prouve que celui qui témoigne fermement et en connaissance de cause pour quelqu’un, y trouve toujours un dommage[6].

Archiloque et Euripide ont été par certains côtés des Sceptiques. Ainsi Archiloque écrit :

Le coeur des hommes, ô Glaucos, fils de Leptinès,
Est tel que Zeus, chaque jour, l’envoie aux mortels.

Et Euripide dit :

O Zeus, comment les malheureux mortels peuvent-ils
Se dire sages, puisque nous suivons tes indications
Et ne faisons que ce qui te plaît.

De la même façon, on peut joindre aux Sceptiques Xénophane, Zénon d’Élée et Démocrite. Xénophane ne dit-il pas :

La vérité, aucun homme ne la connaît, et aucun
Ne la connaîtra.

Et Zénon nie le mouvement en disant : « Ce qui se meut ne se meut ni dans le lieu où il est, ni dans le lieu où il n’est point. » Et Démocrite est sceptique aussi quand il rejette les qualités et dit : "C’est l’usage qui fait dire d’une chose qu’elle est froide ou qu’elle est chaude ; en réalité, il n’y a que l’atome et le vide", et encore : "En réalité, nous ne savons rien, car la vérité est dans un puits." Platon dit comme eux, qui accorde la vérité aux dieux et à leurs enfants, mais qui ne recherche pour lui que l’explication vraisemblable."

Diogène Laërce, Vies, Doctrines et Sentences des Philosophes illustres (IVe s av. JC) 

Lien permanent Catégories : =>Saison 9, =>Saison 9, Compilation de textes, Compilation de textes, Documents, Documents, Livres, Livres, [69] "La vérité finit-elle toujours par triompher?, [69] "La vérité finit-elle toujours par triompher? Imprimer 0 commentaire Pin it!

Les commentaires sont fermés.