Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Hobbes : société civile contre guerre universelle

hobbes"Certes, bien que les hommes aient ceci naturellement, c’est-à-dire, dès leur naissance, et de ce qu’ils naissent animaux, qu’ils désirent et tâchent de faire tout ce qui leur plaît, et qu’ils fuient avec crainte, ou qu’ils repoussent avec colère les maux qui les menacent, toutefois, ils ne doivent pas être pour cela estimés méchants ; parce que les affections de l’âme qui viennent de la nature animale, ne sont point mauvaises en elle-même, mais bien quelque fois les actions en procèdent, c’est à savoir, lorsqu’elles sont nuisibles et contre le devoir. Si vous donnez aux enfants tout ce qu’ils désirent, ils pleurent, ils se fâchent, ils frappent leurs nourrices, et la nature les porte à en user de sorte. Cependant ils ne sont pas à blâmer, et on ne dit pas qu’ils sont mauvais, car premièrement, parce qu’ils peuvent point faire de dommage, en après, à cause qu’étant privés de l’usage de la raison, ils sont exempts de tous les devoirs des autres hommes. Mais, s’ils continuent de faire la même chose lorsqu’ils sont plus avancés en âge, et lorsque les forces leur sont venues avec lesquelles ils peuvent nuire, c’est alors qu’on commence à les nommer, et qu’ils sont méchants en effet. De sorte que je dirais volontiers, qu’un méchant homme est le même qu’un enfant robuste, ou qu’un homme qui a l’âme d’un enfant ; et que de la méchanceté n’est autre chose que le défaut de raison en un âge auquel elle a accoutumé de venir aux hommes, par un instinct de la nature, qui doit être alors cultivée par la discipline, et qui se trouve déjà assez instruite par l’expérience des dangers et des infortunes passées. Si ce n’est donc que l’on veuille dire, que la nature a produit les hommes méchants, parce qu’elle ne leur a pas donné en les mettant au monde les disciplines, ni l’usage de la raison, il faut avoir qu’ils peuvent avoir reçu d’elle, le désir, la crainte, la colère et les autres passions de l’âme sensitive, sans qu’il faille l’assure d’être cause de méchanceté. Ainsi le fondement que j’ai jeté demeurant ferme, je fais voir premièrement que la condition humaine hors de la société civile (laquelle condition permettez moi de nommer l’été de nature) n’est autre que celle d’une guerre de tous contre tous, et que durant cette guerre il y a un droit général de tous sur toutes choses. Ensuite, que tous les hommes désirent, par une nécessité naturelle, de se tirer de cet odieux et misérable état dès qu’ils en reconnaissent la misère. Ce qu’ils peuvent point faire, s’ils ne conviennent entre eux de céder leurs prétentions et de leur droit sur tout choses."

Thomas Hobbes, Du Citoyen (1642)

Lien permanent Catégories : =>Saison 8, Compilation de textes, Documents, Livres Imprimer

Les commentaires sont fermés.

"Il faut se méfier des ingénieurs, ça commence par la machine à coudre, ça finit par la bombe atomique." [Marcel Pagnol]