Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Machiavel : Le Prince

AVT_Nicolas-Machiavel_9060.jpeg"Quand il s'agit de contenir ses sujets dans le devoir, on ne doit pas se mettre en peine du reproche de cruauté. D'autant qu'à la fin, le prince se trouvera avoir été plus humain en faisant un petit nombre d'exemples nécessaires que ceux qui, par trop d'indulgence, encouragent les désordres et provoquent finalement le meurtre et le brigandage ; car ces tumultes bouleversent l'État au lieu que les peines infligées par le prince ne portent que sur quelques particuliers.

Mais cela est vrai surtout d'un prince nouveau qui ne peut guère éviter le reproche de cruauté. Toute domination nouvelle étant pleine de dangers, aussi Didon dans Virgile s'excuse-t-elle de sa sévérité et par la nécessité où elle est de soutenir une loyauté récente :

Choses difficiles et règne nouveau me contraignent ainsi
À porter dans de larges limites la garde des frontières.

Il ne faut cependant pas qu'un prince ait peur de son ombre, et écoute trop facilement les rapports effrayants qu'on lui fait. Il doit au contraire être lent à croire et à agir en mêlant la douceur à la prudence ; il y a un milieu entre une folle sécurité et une défiance déraisonnable.

On a demandé s'il valait mieux être aimé que craint, ou craint qu'aimé ?

Je crois qu'il faut de l'un et de l'autre."

Nicolas Machiavel, Le Prince (1532)

Lien permanent Catégories : =>Saison 8, Compilation de textes, Documents, Livres, [59] "La société menacée par l'ordre/le désordre?" Imprimer 0 commentaire Pin it!

Les commentaires sont fermés.