Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Kafka : de quoi suis-je coupable ?

Met_Le_proces_de_Kafka.jpg"Il devait s’agir d’une calomnie car un matin, sans avoir rien fait de mal, Joseph K fut arrêté. Il attendit en vain la cuisinière de Mme Grubach, sa logeuse, qui lui apportait son petit-déjeuner tous les jours vers huit heures. Ce n’était encore jamais arrivé. K. patienta un petit moment, et il aperçut de son oreiller la vieille femme qui habitait en face de chez lui; elle était en train de l’observer avec une curiosité qui ne lui ressemblait pas du tout; à la fois troublé et affamé, il sonna. Aussitôt, on frappa à sa porte, et un homme entra, qu’il n’avait jamais vu dans ce logement. Quoique bien bâti, il était mince et portait un habit noir seyant, pourvu à la façon des costumes de voyage d’une série de plis, de poches, de boucles, de boutons et d’une ceinture; sans que l’on pût en déterminer l’utilité, ces détails le faisaient paraître particulièrement pratique. “Qui êtes-vous?” demanda K. qui s’était immédiatement redressé sur son lit. Mais l’homme ne releva pas la question, comme s’il fallait accepter sa présence...

- Mais qu’est-ce que vous voulez?” demanda K. en faisant alterner son regard entre le nouveau personnage et celui que l’on appelait Franz, qui s’était arrêté dans l’embrasure de la porte. Par la fenêtre ouverte, on apercevait à nouveau la vieille femme qui, avec une curiosité véritablement sénile, s’était maintenant postée à une fenêtre située en face du salon afin de continuer à tout voir. “Mais je veux que Mme Grubach…” dit K. en faisant mine de se libérer des deux hommes qui pourtant se tenaient loin de lui, puis il voulut passer son chemin. “Non, dit l’homme à la fenêtre, vous n’avez pas le droit de partir puisque vous êtes en état d’arrestation.

- Ça m’en a tout l’air”, remarqua K., puis il demanda : “Et pourquoi donc?

- Il n’est pas de notre ressort de vous le dire. Allez dans votre chambre et patientez. Il se trouve que la procédure a été engagée, et le moment venu vous serez mis au courant de tout..."

Franz Kafka, Le Procès (1925)

 

Lien permanent Catégories : =>Saison 7, Compilation de textes, Documents, [51] "De quoi sommes-nous responsables?" Imprimer

Les commentaires sont fermés.