Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

DEVOS, "LE RIRE PHYSIOLOGIQUE"

Le rire physiologique

 

Mon pianiste est irrésistible!
Vous avez remarqué qu'il ne riait jamais!...
Il ne peut pas!
C'est physiologique...
Vous savez que, physiologiquement, le rire résulte de la contraction des muscles du visage, ce qui provoque une modification du faciès, accompagnée de sons très caractéristiques tels que:
Ha! Ha! Ha! Ha!
Ou encore:
Hi! Hi! Hi! Hi!
C'est irrésistible!
Le rire est caractérisé en outre par une respiration saccadée...
Cette respiration s'explique par une convulsion des muscles expirateurs...
Hi! Hi! Hi! Hi! Hi!
Une inspiration brutale vient de temps à autre interrompre ces convulsions...
Heursshh!
Si l'expiration nécessaire ne peut se faire à temps, le rire devient douloureux!
Ha! Ha! Ha! Ha! Ha!
Le visage se congestionne,
le rieur est sur le point de s'asphyxier,
c'est irrésistible!
D'où les expressions:
"Crever de rire."
Ou:
"Étouffer de rire."
D'où aussi:
"Les plus courtes sont les meilleures."
Car si la plaisanterie dure un peu trop longtemps,
que se passe-t-il?
Les muscles abdominaux se contractent de façon spasmodique:
Hi! Hi! Hi! Hi! Hi!
- Arrêtez, vous me faites mal au ventre!
D'où, parfois... Ha!... mixtion involontaire,
c'est-à-dire que le rieur fait pipi dans sa culotte...
C'est le cas de mon pianiste... C'est pourquoi il ne rit pas.
Il se retient!
(Au pianiste)
N'est-ce pas?
Dites? Laissez-vous aller un peu à rire
pour illustrer ma démonstration!
Pianiste (se laissant aller): Ha! Ha! Ha! Ha! Ha!
(Le pianiste change d'expression, se lève et sort.)
Vous voyez?... Ça fait partie de ces choses qui vous échappent!

Ce texte est extrait de Sens dessus dessous
(Le Livre de Poche, 1976, ISBN 2-253-01958-5)

 

Raymond Devos.jpg



Lien permanent Catégories : => Saison 2, Documents, [13] "1er avril : Parlons sérieux, parlons rire" Imprimer

Les commentaires sont fermés.

"L'homme raisonnable est plus libre dans la cité où il vit sous la loi commune que dans la solitude où il n'obéit qu'à lui-même." [Baruch Spinoza]